Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 06:47

JUILLET-2014-6143.JPG

Le Suquet, le vieux Cannes

 

Au cœur du quartier, ses ruelles médiévales en pente serpentent autour de la citadelle. Son artère commerçante principale, la mythique rue Saint-Antoine, la rue des restaurants et des pubs, dévale la colline depuis la rue du Suquet et débouche sur le quai Saint-Pierre et la promenade de la Pantiero où se trouve l'hôtel-de-ville de Cannes derrière lequel s'anime le marché Forville que je vous ai déjà fait découvrir et dont les plus grands chefs étoilés de la région se servent pour leurs produits du terroir.. 

JUILLET-2014-6214.JPGJUILLET-2014-6216.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce soir le parvis de l'église Notre-Dame-de-l'Espérance accueille les concerts estivaux des Nuits Flamenca du Suquet. Deux jours de fête, de danses et de chants… rythmés au son du flamenco !  La danseuse Mercedes Ruiz rend hommage à sa terre natale, la terre de Jerez. Une tradition revisitée à travers son regard, sa danse… Cette grande d'Espagne au sourire lumineux vient mettre le feu aux nuits du Suquet.

JUILLET-2014-6044.JPG

Le Castellum Marcellini


 A partir de 19h30 s'installe une bodega avec sangria, paëlla et autres spécialités, suivi de démonstration et d'initiation gratuites à la sévillane proposées par l’Association Pimienta Flamenco de Delfina Carrasco et ses danseuses Manuela Sanchez et Consuela Rodriguez.

JUILLET-2014-6039.JPGJUILLET-2014-6041.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la 3e année, le Suquet passe à l'heure espagnole. Pour la première des deux soirées de la Fiesta flamenca, le public a répondu présent et s'est laissé prendre à la magie sévillane. Ce festival inédit pour la culture locale plutot italianisante, « Fiesta Flamenca » a démarré en trombe sur une place de la Castre noire de monde.

JUILLET-2014-6055.JPG

Sangria et paella sur la place de la Castre


 Pendant que certains savouraient ces mets et breuvages typiques de l'Espagne, une cinquantaine de téméraires s'est essayée à des cours gratuits de danse sévillane. « Gauche, gauche, droite et balai... Allez, un, dos et tres... » Disciplinés, en ordre, les danseurs du dimanche soir ont été au pas pendant une bonne heure.

JUILLET-2014-6045.JPGJUILLET-2014-6137.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques messieurs avaient sorti leur plus beau costume tandis que les dames, bien plus nombreuses, s'étaient parées de robes fendues jusqu'à la cuisse. Maquillées comme pour les grands soirs et ornées d'un chignon dans la plus pure tradition andalouse.

JUILLET-2014-6170.JPG

Paquebot dans la baie de Cannes


 Crée par le peuple Gitan et Andalou, sur la base de folklores populaires, le Flamenco est un art de musique, de chant et de danse. Parler de Flamenco, c'est parler d'art, l'art de l'Andalousie arabe, juive, chrétienne et, bien sur gitane. Cette dernière ethnie venue du nord de l'Inde est si étroitement liée au Flamenco qu'il est impossible de faire l'impasse sur la connaissance de la spécificité des Romanichels. En général, on considère que les Gitans, peuple errant par excellence et sans domicile fixe, sont arrivé en Europe au XVe siècle et en Espagne vers 1447, en passant par Barcelone la Catalane.

JUILLET-2014-6201.JPGJUILLET-2014-6164.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La raison qui les a poussées à s'installer en Andalousie est sûrement le sens de l'hospitalité et l'esprit ouvert de ses habitants, habitués aux continuelles invasions d'autres peuples. La participation gitane à l'apparition de l'art Flamenco a donc été primordiale, mais il ne faut pas oublier que le Flamenco n'est pas l'apanage des seuls Gitans. On peut prendre comme exemple le fait que pas un seul chant n'a de nom en "calo" (la langue des Gitans).

JUILLET-2014-6205.JPG

La tour du suquet haute de 22 metres sur la colline du Suquet haute elle de 66 metres


 Le Flamenco prend appui sur des compositions au sens mélodique et rythmique indiscutable qui éveillent, peut être en raison de la cohabitation durant des siècles en Andalousie, le souvenir de la musique arabe. Celle-ci impose sa répétition insistante des périodes et ses langoureuses inflexions, et laisse s'élever ses airs mélancoliques transmis aux enfants de génération en génération, avec une certaine saveur orientale propre également à la liturgie mozarabe.

JUILLET-2014-6158.JPGJUILLET-2014-6157.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tour vigie ou est mort le masque de fer  

Le Flamenco, comme l'univers des corridas en Espagne, est né dans la basse Andalousie, c'est à dire dans sa partie la plus méridionale, entre Séville et Cadix. Pour bien des amateurs de Flamenco, il faudrait, pour bien le situer, suivre le cours du fleuve Guadalquivir depuis la capitale andalouse jusqu'à son embouchure. En prenant le fleuve comme axe, le Flamenco naît et s'enracine de manière très particulière sur ses deux rives, à la façon de doigts lumineux.

JUILLET-2014-6168.JPGLes modulations du chant et la force de la danse se seraient fondamentalement établies dans le quartier sévillan de Triana, et dans la province sévillante à Utrera, Lebrija, Ecija, Marchena, Osuna, Carmona, Alcala de Guadaira et Moron de la Frontera ; dans la province de Cadix, à Arcos de la Frontera, Jerez de la Frontera, Sanlucar de Barrameda, EL Puerto de Santa Maria, Puerto real et San Fernando, ainsi que dans sa capitale Cadix.

JUILLET-2014-6068.JPGSelon la tradition, le cante jondo aurait été directement introduit dans la ville de Cordoue par les soldats arabes de Tarik au VIIe siècle.. Il est curieux de découvrir dans le recensement des habitants de l'Andalousie au VIIIe siècle que les grandes concentrations de population gitane correspondent aux deux provinces que nous avons considérées comme le noyau générateur de l'art Flamenco : Séville et Cadix.

JUILLET-2014-6074.JPGJUILLET-2014-6082.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme on peut l'observer, la présence du peuple gitan à influé de façon décisive sur la naissance et le développement du Flamenco ; l'endogamie de ce peuple est d'ailleurs patente dans le fait que les noms de famille gitans les plus fréquemment répertoriés conservent de nos jours leur présence et importance. C'est le cas des noms de familles Flamencos tels que Ortega, Moje, Soto, Vargas, Herdian Jimenez, Hernandez ... 

JUILLET-2014-6112.JPG

Olé olé zapateado


 Au cours des temps, le Flamenco s'étendit pour occuper un territoire beaucoup plus vaste jusqu'a arriver à Barcelone et meme aux Saintes Marie de la Mer en France....  Pour cet avant dernier week end de Juillet le festa Flamenca a enchanté tous les aficionados de cette musique et de ces danses entrainantes dans le cadre idyllique de la place de la Castre entre remparts et tours médiévales...

JUILLET-2014-6124.JPGJUILLET-2014-6126.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la petite histoire la fiesta Flamenca se situe dans le quartier du Suquet au pied de la tour de vigie de la citadelle ou le Masque de Fer se serait évadé de l’ile Sainte Marguerite pour s’y refugier. Il serait mort après une longue période de recueillement et de prières ayant pardonné à ses bourreaux (voir plaque dans diaporama).

JUILLET-2014-6129.JPG

la paella, la mer, le flamenco...que du bonheur !


 La légende voudrait que le masque de fer hante toujours les lieux. Les restes d’un crane, d’un squelette et surtout d’un masque aurait été découvert dans une oubliette. Le crane serait l’homologue scientifiquement prouvé de celui de Louis XIV et le masque de velours celui peint par un artiste de la cour sur un tableau d’époque.

JUILLET-2014-6110-copie-1.JPGJUILLET-2014 6088

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A ces troublantes révélations s’ajoutent des apparitions constatées par les habitants du quartier associées à des bruits étranges contribuant à faire de cette tour hantée un lieu de souffrance pour une âme oubliée. Allez ! J’entends déjà certains me dire que nous sommes dans la cité du cinéma….

JUILLET-2014-6113.JPG

flamenco nuevo et guitare flamenca


Je pense que pour beaucoup d'entre vous, vous ne connaissiez pas le Cannes médiéval, comme je viens de vous le présenter, mais seulement celui au travers de son palais des festivals et de sa croisette. Le vieux Suquet est le coeur historique de la ville.


                                DIAPORAMA DE LA SOIREE






  

Partager cet article

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES

Retour Blog Principal & Commentaire