Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 18:29

photos-septembre-2010-0223.JPG

 L’article  "intensément unique Monaco" se fera en deux partis bien distincte. La première celle-ci est consacré aux jardins exotiques et la seconde vous emmènera à la grotte de l’observatoire, les jardins du casino ainsi que les jardins japonais. Commençons par le jardin exotique:
Tracé à flanc de falaise, offrant une vue extraordinaire sur Monaco et les rivieras Italienne et Française, cet éden végétal regroupe plus de sept milles espèces de cactées et plantes succulentes de la flore semi-désertique dans un espace de 14500 m² pratiquement suspendu au rocher.

photos-septembre-2010-0229-copie-1.JPGOriginaires de plusieurs zones sèches lointaines, les cactées et plantes succulentes s’épanouissent en ce lieu unique, ou la végétation s’exprime dans sa plus grande beauté. Et puisque ces plantes viennent des quatre coins du monde, les floraisons se succèdent presque toute l'année.  Au fil des saisons, les couleurs se mélangent, les formes sont extravagantes, le spectacle est permanent, certains spécimens atteignent des tailles gigantesques, identiques à celle qu'elles auraient dans leur milieu d'origine. Les cactées sont tellement gigantesques que leurs épines dissuadent d'ailleurs de s'en approcher de trop près.

photos-septembre-2010-0022-copie-2.JPGphotos-septembre-2010-0043-copie-2.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une succession de petits ponts, voutes et chemin, permettent de circuler librement au milieu des végétaux et de découvrir leur grande variété. Le jardin Exotique est un site d’exception, le dépaysement y est total, c’est la promesse d’un moment intensément unique.

photos-septembre-2010-0053-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0066-copie-2.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conçu par l'ingénieur monégasque Louis Notari sur les vœux du prince Louis II, le jardin a été ouvert au public en 1933. Vous bénéficiez d'une vue imprenable sur le Rocher de Monaco. Il est le fruit d'une collection de plantes succulentes débutée en 1895, de travaux d'aménagements monumentaux et d'un microclimat exceptionnel.

photos-septembre-2010-0023-copie-2.JPGLe Jardin Exotique de Monaco a su rester unique en son genre. Il rassemble en plein air, dans un cadre prestigieux, une grande variété de plantes dites « succulentes ». Les plantes succulentes sont des végétaux ayant développé plusieurs adaptations à des climats secs, dont la plus spectaculaire est celle de posséder un organe (feuille, tige) hypertrophié stockant des réserves d'eau. Les cactées (ou cactus) constituent la famille la plus représentative de cet ensemble. Elle se singularise par l'absence de feuilles remplacées par des épines.

photos-septembre-2010-0081.JPGphotos-septembre-2010-0098-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les végétaux acclimatés dans ce Jardin sont originaires de plusieurs zones sèches lointaines (d'où le terme d' « exotique ») : sud-ouest des Etats-Unis, Mexique, Amérique centrale et du sud pour les cactées et les agaves ; Afrique du sud, orientale et péninsule arabique pour les autres succulentes. Euphorbes et Aeonium des Iles Canaries, Crassula et Portulacaria d’Afrique du Sud, Pereskia d’Amérique Centrale et Méridionale pour ne citer que ceux la ...

photos-septembre-2010-0045.JPGMalgré leurs formes extravagantes, ce sont des plantes à part entière produisant régulièrement des fleurs afin de se reproduire. Les 2400 heures de soleil annuelles offrent des fleurs de couleurs et de tailles variées, à longueur d'année. Les floraisons s'échelonnent pratiquement toute l'année en fonction du lieu d'origine de chaque espèce : hiver pour les Aloès et les Crassula africains, printemps et été pour la plupart des cactées. Contrairement à une idée largement répandue seule une petite partie des cactus fleurit de nuit. Nombreux sont ceux qui produisent de grandes fleurs colorées et diurnes.

photos-septembre-2010-0107-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0109.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jardin exotique de Monaco est aussi un laboratoire expérimental à ciel ouvert. Dans cet éden exotique, les jardiniers ont des fonctions très variées qui se rapprochent parfois plus du scientifique que du tailleur de haie. Tous sont des techniciens spécialisés, même si aucune formation spécifique n’existe pour ce type de plantes ; l’enseignement se fait par les aînés qui transmettent également l’amour du métier. Les jardiniers interviennent sur deux sites. Le jardin d’abord, où leur rôle quotidien est rythmé par l’entretien méticuleux des plantes, puis par un important travail de paysagiste.

photos-septembre-2010-0103.JPGL’expertise de ces hommes se retrouve aussi dans un lieu moins connu du grand public, le centre botanique. Travaillant parfois comme des chirurgiens, ils soignent, étudient, observent et reproduisent  des végétaux. Le centre botanique fait l'objet d'un véritable inventaire depuis 1995 et quelques chiffres peuvent être avancés à son propos : un peu plus de 18.000 sujets représentatifs de 50 familles botaniques sont recensés aujourd'hui. La plante la plus ancienne de la collection est un Mammillaria camptotricha introduit en janvier 1949.

photos-septembre-2010-0125-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0205.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Jardin Exotique publie annuellement une liste des graines issues de la collection de son centre  qui sont proposées à 560 jardins botaniques répartis dans 87 pays. Cette année, ce sont 1.863 sachets de graines rares qui ont été distribués à travers le monde. La collection du Centre Botanique du Jardin Exotique est connue de tous les spécialistes. Elle renferme des sujets d'une grande valeur historique unique au monde.

photos-septembre-2010-0122.JPGAinsi donc, le Jardin Exotique qui était un simple Jardin Communal à sa création est devenu, au fil des années, un jardin botanique de renommée internationale.

photos-septembre-2010-0211.JPG

photos-septembre-2010-0214.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la petite anecdote , la terrasse principale qui surplombe le rocher de Monaco , s'appelle "la terrasse de l'observatoire" non pas qu'elle possede un panorama exceptionnel  sur la méditerannée ,mais plutot parce que le Prince Albert Ier fit l' acquisition, en 1910, du "Terrain de l' Observatoire" afin de créer en Principauté un jardin qui soit entièrement consacré aux végétaux exotiques.

photos-septembre-2010-0208.JPGphotos-septembre-2010-0235.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce terrain était ainsi dénommé en raison de la présence d' un petit observatoire astronomique abandonné depuis le décès, en 1895, de son propriétaire, le Docteur Alfred Gueirard. Y poussaient déjà spontanément quelques Figuiers de Barbarie et Agaves introduits dans tout le bassin méditerranéen dès la seconde moitié du XVIème siècle, après la découverte du Nouveau Monde.
photos-septembre-2010-0240.JPG Le choix de cet emplacement ne fut donc pas uniquement dicté par les circonstances et, de fait, il s' avéra des plus judicieux. En effet, il y a tout lieu de penser qu'en nul autre endroit de la Principauté les végétaux "succulents" auraient pu trouver des conditions aussi favorables pour leur développement.Il vous faudra aller tres loin de part le monde pour retrouver un ensemble de plantes succulentes aussi important.


              DIAPORAMA DU JARDIN EXOTIQUE 

Repost 0
Published by freerider06 - dans region sud
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 16:52

photos-septembre-2010-0059-copie-1.JPG Malheureusement, je ne pourrai pas vous faire voir de photos des appartements intérieurs du palais. Les appareils photos et les vidéos sont strictement interdits et l’ensemble est surveillé par un système des plus sophistiqués. J’ai déjà eu le privilège de me garer avec ma moto devant le palais princier ce qui n’est pas autorisé pour les non monégasques ou pour ceux n’habitant pas le rocher.  Je vais donc seulement vous décrire ma visite et tout ce que l’on peut admirer à l’intérieur du palais.

photos-septembre-2010-0023-copie-1.JPG

la releve de la garde

 

Le Prince Honoré II y a reuni de très riches collections d'œuvres d'art, malheureusement disparues pendant la Révolution Française au cours de laquelle le Palais fut pillé et servit d'hôpital pour les troupes de l'Armée d'Italie.  Avec Soso, nous rentrons par un escalier qui relie la Galerie d'Hercule à la Cour d'Honneur du Palais datant du XVIIe siècle. Il a été construit en marbre de Carrare suivant une architecture à double révolution inspirée du Château de Fontainebleau.

photos-septembre-2010-0063.JPGLa Chapelle du Palais dédiée à saint Jean-Baptiste est du XVIIe siècle. Sa façade porte des fresques retraçant notamment l'histoire de sainte Dévote, Patronne de la Principauté.
La Galerie d'Hercule est décorée de fresques figurant des personnages de la mythologie, ainsi que les travaux d'Hercule dus à l'artiste génois du XVIIe siècle, Orazio dei Ferrari.

photos-septembre-2010-0029-copie-1.JPGLa Galerie des Glaces, conduit ensuite vers les Grands Appartements qui étaient réservés aux visites des Souverains étrangers.
On découvre notamment le Salon Rouge, tendu de damas et meublé en style Louis XV, la Chambre d'York, ainsi dénommée en souvenir du Duc d'York, frère du Roi d'Angleterre Georges III, qui y mourut en 1767. Les fresques du plafond qui représentent "Les Quatre Saisons", sont l'œuvre du génois Gregorio de Ferrari (1644-1726).

photos-septembre-2010-0037.JPGOn passe ensuite dans le Salon Jaune  tapissé et meublé en style Louis XV, puis dans la Chambre du même nom, attenante à ce salon.
Le Salon des Officiers est l'antichambre utilisée par le Service d'honneur les jours de réception.
Le Salon Bleu est utilisé pour des réceptions officielles. La tapisserie est en brocatelle de soie ; le mobilier italien est du XIXe siècle, en bois doré. Les lustres sont en cristaux de Venise taillés. Comme tous ceux des Grands Appartements, son sol est en marqueterie de marbre.

photos-septembre-2010-0066-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0070.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est dans la Salle du Trône qu'ont lieu les prestations de serment au Prince des hauts fonctionnaires de la Principauté et les cérémonies officielles de la Famille Souveraine ainsi que certaines réceptions. Les fresques attribuées à Orazio dei Ferrari représentent « Le sacrifice d'Alexandre le Grand », les signes du zodiaque et divers paysages.
Sous le baldaquin en velours de soie : le Trône de style Empire, au monogramme de Charles III, est surmonté des Armes de la Maison des Grimaldi, dont la devise « Deo Juvante » signifie « Avec l'aide de Dieu ».

photos-septembre-2010-0105.JPGLa visite se poursuit par le Salon Mazarin, dont le nom évoque le lien qui a uni la Famille Grimaldi à celle du Cardinal de Mazarin, par le mariage en 1777, du Prince Honoré IV avec Louise d'Aumont-Mazarin, descendante d'Hortense Mancini, nièce du Cardinal. Ce salon est décoré de boiseries polychromes.
On accède ensuite à la Chambre Louis XIII, dans laquelle fut reçu le Pape Jean XXIII, à l'occasion d'une de ses visites au Palais, alors qu'il était Nonce Apostolique à Paris.

photos-septembre-2010-0111.JPGphotos-septembre-2010-0148.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'Antichambre Matignon rappelle l'alliance prestigieuse de la Famille Grimaldi avec celle des Matignon, par le mariage, en 1715, de la Princesse Louise-Hippolyte avec Jacques François Léonor de Goyon, Sire de Matignon. Enfin, le Grand vestibule : cette antichambre, aux murs de marbre et de stuc, relie l'aide Sud à l'aile Est et conduit à la Salle à manger ainsi qu'aux Salons privés par un grand escalier de marbre. La visite se termine avec le musée Napoléon dont la collection est l’une des plus grandes sur l’empereur.

photos-septembre-2010-0172.JPGphotos-septembre-2010-0284-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On comprend mieux pourquoi la principauté de Monaco à l’instar du comté de Nice a pu conserver ses titres et son indépendance. Nice a toujours été rebelle et a toujours défendu son identité alors que Monaco et ses princes ont été des alliés en toutes circonstances des rois de France, des empereurs et des présidents Français, ce qui lui a valu de conserver son statu.

photos-septembre-2010-0218.JPGDans le quartier de Fontvieille, je découvre l’un des plus beaux musées de l’automobile. Passionné d'automobiles, le Prince Rainier III a constitué, pendant plus de trente ans, au gré des occasions et de « coup de cœur », une importante collection personnelle de voitures anciennes. Il a ainsi rassemblé et fait restaurer quelque 100 véhicules, large échantillon des modèles construits par les plus illustres firmes européennes et américaines et qui, à divers titres, ont marqué leur époque.

photos-septembre-2010-0222.JPGEn remontant au début du siècle, et sans les citer toutes, mentionnons une De Dion Bouton de 1903, la plus ancienne voiture de la Collection et par ailleurs la première acquise par le Prince Rainier III ; une Renault Torpedo 1911, une Panhard Levassor 1913, une Ford T 1924, une Peugeot Quadrilette de 1921, une Lincoln 1928, une Citroën Kégresse, une Ford A 1930, une Hispano Suiza 1928, une Delage 1934, une Packard de 1935.

photos-septembre-2010-0204.JPGMérite encore d'être vu un bel ensemble de véhicules dont les noms et les silhouettes demeurent attachés à l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale.
Jeep, Ford, Dodge, GMC, sans oublier les « belles américaines, de l'après-guerre : Cadillac 1953, Chrysler Imperial de 1956 …. Et quelques-unes  des plus prestigieux modèles conçus par Maserati, Jaguar, Mercedes et Rolls Royce.

photos-septembre-2010-0238.JPGDes voitures hippomobiles (berlines, calèches, coupés) aux armes du Prince Charles III et du Prince Albert Ier, le « Break de chasse » Ford du Prince Louis II, la « Floride » et le taxi londonien qu'utilisait la Princesse Grace apportent une touche plus personnelle à la Collection. Quelques voitures et Formule 1 qui ont fait la légende du grand prix rassemblés dans un salon ou l’on retrouve, combinaisons, gants et casques de pilote prestigieux comme Ayrton Senna.

photos-septembre-2010-0274.JPG

Ce musée est exposé sur cinq niveaux selon un ordonnancement voulu par le Prince Rainier III, dans un hall spécialement aménagé, donnant sur les « Terrasses de Fontvieille », au pied du Rocher.

DIAPORAMA DU PALAIS SUIVI DU DIAPORAMA DU MUSEE AUTO


DIAPORAMA DE LA COLLECTION AUTOMOBILE RAINIER
Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 18:05

photos-septembre-2010-0437.JPG Ma route du baroque commence par Breil-sur-Roya ! Difficile de savoir par où commencer quand on arrive sur la place bordée d'arcades dont la couleur des enduits de façade se nomme poétiquement « gris huile de noix », face à cet ensemble urbanistique que composent l'église Santa Maria in Albis, les chapelles de la Miséricorde et Santa-Catarina. Derrière les façades étroites, pauvres et rigides jaillissent les couleurs, l'audace et l'exubérance.

photos-septembre-2010-0448.JPGphotos-septembre-2010-0458.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vingtaine d'églises et chapelles parsèment la commune.  C’est le village de ma mère, dont je vous avais raconté son histoire étant jeune, quand elle avait du traverser les lignes allemandes dans la nuit pour rejoindre Nice, et échappé à la déportation des habitants de la vallée. Passé le village de Breil, les gorges annoncent Saorge. Non, vous n'êtes pas au Tibet ! On peine à le croire, pourtant, quand on accède à cette ancienne place forte incrustée dans la montagne qui surplombe les gorges de la Roya.

photos-septembre-2010-0043-copie-1.JPGC'est là, dans l'ancien couvent des Franciscains fondé au XVIIe siècle et son église Notre-Dame des Miracles, qu'écrivains, traducteurs, scénaristes et compositeurs de musique se retirent pour se consacrer à l'écriture. D’ailleurs le jour de ma visite, j’ai rencontré un vieux prêtre new yorkais qui c’est retiré dans ce bout du monde et c’est grâce à lui, si j’ai pu faire quelques photos de la cour intérieure...

photos-septembre-2010-0049.JPGLe Couvent des Franciscains Observantins Réformés ou " Récollets " a été fondé en 1633. En 1639, la commune de Saorge mit à disposition des frères, la chapelle Saint-bernard. En 1648, pour leur permettre de construire le couvent, elle leur concéda un terrain attenant. En 1661, elle leur attribua une aide financière pour terminer l’église. La construction du couvent s’acheva dans les années qui suivirent. Les bâtiments furent restaurés entre 1760 et 1762 par le maître-maçon luganais calderari qui apporta un complément de décoration à l’église et au cloître.

photos-septembre-2010-0038.JPGphotos-septembre-2010-0083.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1794, les Franciscains furent chassés par les soldats français qui occupèrent le Couvent. Il fut ensuite affecté à l’Hospice communal puis rendu aux Franciscains en 1824. Ils y demeurèrent jusqu’en 1903, date de promulgation de la loi sur les congrégations. Puis le monument périclita et fut utilisé à des fins diverses : occupation par les soldats italiens et allemands durant le conflit de 1939-1945.Classé monument historique en 1917, l’État en fit l’acquisition en 1967 et entreprit des programmes de restauration.

photos-septembre-2010-0052.JPGL’un d’eux permit le retour des Franciscains de 1969 à 1988. Depuis leur départ définitif, et afin de faire revivre le couvent, le Ministère de la Culture a décidé d’y organiser une retraite d’écriture. De nombreuses manifestations culturelles y sont également organisées, notamment en partenariat avec l’Association « Les Fioretti ». Dans le centre du village, l’église Saint Sauveur, aujourd'hui joyau du baroque, est à  l'origine une église romane  revêtue des ors et des peintures très colorées du dix-huitième siècle. Cette église du XVème siècle fut, comme beaucoup d'autres dans le Comté de Nice, "baroquisée" au XVIIIème siècle.

photos-septembre-2010-0166.JPG  L'iglesa di Saorge

 

Sa façade elle-même porte encore des traces très visibles de colonnes peintes en trompe-l’œil suivant la façon de l'époque. Le maître-autel, construit par un artisan de San Remo a été consacré en 1732. C'est une merveille de marqueterie de marbre. Un carillon très original, dont les quatre cloches on été fondues au dix-neuvième siècle à Nice, équipe le clocher. Le maître-carillonneur de Saorge sonne régulièrement aux mains et aux pieds le "tirignoun de saoudge», j’ai eu la chance d’entendre ce concert de carillon à midi, juste avant de repartir du village.

photos-septembre-2010-0178.JPGL'église possède un orgue de facture italienne entièrement restauré, régulièrement joué lors de concerts et manifestations religieuses. Saorge est un point important de la « Route du Baroque et des orgues historiques de la Vallée de la Roya ». Les orgues de l'église paroissiale Saint-Claude-Martyr de Saorge sont une réalisation des frères Lingiardi en 1847. Enfin ! On ne peut pas, ne pas apercevoir le clocher de « La Madona Santa Maria del Poggio » d’une hauteur de 30 mètres.

photos-septembre-2010-0283.JPGphotos-septembre-2010-0284.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En l'an 1092, la  communauté d’hommes et des femmes de Saorge faisait don d'une chapelle Santa Maria sise au "Poggio" à l'Abbaye cistercienne des Iles de Lérins. Les moines de Lérins de Cannes demeurèrent environ sept siècles à Saorge. La Chapelle de la Madone del Poggio (Poggio vient du latin Podium qui a donné le français Puy, point dominant) est d'un pur art Roman ancien rehaussé de fresques (notamment une Sainte Lucie en relief à l'intérieur, et des fresques du quinzième siècle dues à Baleison à l'extérieur et dans l'abside centrale). Une poutre de Gloire porte un Christ de facture très primitive.

photos-septembre-2010-0022-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0173.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ma visite se poursuit dans la vallée, au village de la Brigue classé monumental lui aussi comme son voisin Saorge. Monumental veut dire que tout le village entier est classé monument historique. La moindre pierre, la moindre maison, les ponts, les portes, les voutes, les linteaux, tout est classé, c’est la distinction suprême pour un village.

photos-septembre-2010-0293.JPGLa Colégiala San-Martino est l'iglésa principale du village où se célèbrent les messes du dimanche. De construction romane, elle fut démolie à la fin du XIV siècle  et entièrement rebâtie en style roman lombard. Elle abrite à son intérieur de nombreux retables baroques, en particulier une Nativité de Louis Bréa, et un orgue monumental du XIXe siècle de fabrication italienne.

photos-septembre-2010-0299.JPGphotos-septembre-2010-0302.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une partie des fresques exceptionnelles de cette église est reproduite dans le musée des monuments français, au Trocadéro à Paris. Je suis impressionné et en admiration devant tant de magnificence … Mes parents ont habité une maison quand j’avais l'age de 3 mois, la brigue est aussi un village sentimental pour moi.

photos-septembre-2010-0305.JPGphotos-septembre-2010-0389.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma dernière étape sera pour le village de Tende, le dernier village de la route du baroque Nisso Ligure avant de franchir à nouveau le Piémont Italien. La frontière italienne limite le nord et l'est de la commune par une ligne de sommets élevés (plus de vingt sommets dépassant 2 000 mètres, culminant aux cimes de l'Agnel, 2 852 mètres, avec la brèche du col de Tende à 1 871 mètres).La neige m’apparaît toute proche pour la première fois depuis mon départ du matin.

photos-septembre-2010-0405.JPGLa Construction de la Collégiale Notre Dame de l'Assomption de Tende fut ordonnée par le Comte de Tende, Honoré Lascaris vers la fin du XVème siècle sur les vestiges d'une église romane .Le portail présente les douze apôtres et le christ au centre.  Le buffet d’origine est daté de 1673. Dix autels et retables, du XVIIème et parfois doré à l’or fin (redorés en 1866 par Joseph Parodi), sièges de compagnies et de confréries, sont dédiés à un ou plusieurs Saints: Sacré Cœur, St Eloi (patron des muletiers), Ste Agathe, Ste Brigitte, Ste Lucie…

photos-septembre-2010-0399.JPGphotos-septembre-2010-0404.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la chapelle de gauche abrite l’entrée des catacombes renfermant les tombeaux des nobles de Tende. Un ciel bleu profond étoilé décore l'ensemble de la voute centrale et date du XIXème. Avec cette église se termine mon itinéraire des églises baroques de la vallée et sans aucun doute sur celle qui est la plus théâtrale de toute …

DIAPORAMA DES EGLISES BAROQUE DE LA VALLEE

Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 18:25

photos-septembre-2010-0004.JPG SAORGE se situe au confluent de deux routes venant du Sud qui s'y réunissent pour n'en faire plus qu'une, vers Tende et le Piémont.
Ces routes sont: D'une part celle de la Ligurie, qui, par le col de Muratone et le bassin de la Nervia, conduit notamment à Pigna, village Italien cousin et très proche au cœur des vieux saorgiens,  nombre de familles ont encore des attaches d'un village à l'autre, rappelant les étroits rapports du passé.

photos-septembre-2010-0015.JPGLes noms de famille, la toponymie, les langues et le folklore rappellent encore ce voisinage. Cette route était celle d'une transhumance pastorale intense, et sans doute d'un commerce d'huile, de laine etc.
L'autre, c'est la route du sel, qui permettait le transit de cette précieuse denrée, indispensable pour la conservation des aliments, depuis le port de Nice vers la capitale savoyarde Turin.

photos-septembre-2010-0027.JPG  la neige sur les contreforts du Mercantour en ce mois d'Octobre

 

Ainsi, fort loin de la situation actuelle, SAORGE était le lieu de passage obligé, jusqu'à la fin du seizième siècle, d'un important trafic (on parle de dix mille mulets par an, soit une moyenne de trente par jour !) qui entretenait une population d'aubergistes, maréchaux ferrants et autres bourreliers, professions liées au service des gens du voyage de l'époque.

photos-septembre-2010-0094.JPGphotos-septembre-2010-0107.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la rue vue d'en bas et la rue d'en haut

 

Ce bourg médiéval surélevé et déployé en amphithéâtre au-dessus de la vallée de la Roya, est un des plus remarquables ensemble urbains du département formé de hautes maisons datées du 15 ème au 17 ème siècle. Les habitations typiques de l'architecture médiévale des villages perchés sont colorées de tons ocre ou bleutés avec des encadrements de portes en pierre de taille et des toits de lauzes. La Madonna del Poggio est une ancienne église construite vers le 11ème siècle. Son clocher, haut de 30 mètres, de type roman lombard date du 15ème siècle.

photos-septembre-2010-0137.JPGphotos-septembre-2010-0195.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Saorge est classé « Village Monumental », il est l'un des 40 plus beaux villages de France. Saorge existe depuis l'époque romaine.

photos-septembre-2010-0189.JPGAutrefois défendu par trois châteaux, la place forte de Saorge, réputée imprenable, était surnommée "le verrou de la Roya". On comprend pourquoi en observant de loin ce bourg médiéval qui se déploie en amphithéâtre en surplomb des vertigineuses gorges de la Roya. Saorge est incontestablement l'un des plus beaux villages perchés qu'il soit (si ce n'est le plus beau).

photos-septembre-2010-0207.JPGphotos-septembre-2010-0250.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Construit à même le rocher, à 550 m d'altitude, il domine de façon impressionnante la vallée de la Roya, avec une concentration de maison blotties les unes contre les autres, hautes de plusieurs étages, et étagées sur plusieurs niveaux. L'intérieur du village, qui se parcourt exclusivement à pied, est un dédale de ruelles étroites et pentues, et pour certaines, obscures. Aucune voiture ne peut circuler dans ses ruelles étroites qui se transforment parfois en tunnel, en souterrain ou bien encore en passerelle pour relier une maison à une autre. J’ai mis plusieurs jours avant que mes vieilles articulations ne me fassent plus souffrir. J’admire le facteur des lieux…

photos-septembre-2010-0232.JPG

on aperçoit encore sur la facade de gauche des impacts de balles de la seconde guerre mondiale

 

Votre œil s'arrêtera ça et là sur des détails architecturaux pittoresques : linteaux, porches voûtés, cadrans solaires, fontaines et lavoirs, peintures murales et frises rustiques... Aucune des plaques de signalisation des rues sont en Français mais uniquement en langue royasque, le patois de la vallée proche du Nissart.

photos-septembre-2010-0265.JPGphotos-septembre-2010-0262.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village, situé entre Breil-sur-Roya et Tende, possède 2 accès qui ne sont pas reliés entre eux : le premier à l'est qui permet d'avoir une vue d'ensemble exceptionnelle du village et de son cadre ; le second, qui constitue l'accès principal est accessible depuis la commune de Fontan. Depuis le couvent, vous aurez sous un autre angle un point de vue magnifique de l'ensemble du village. Dominant le village, le baroque Monastère des Franciscains à la façade peinte en trompe-l’œil, renferme de superbes boiseries alors que le cloître du couvent est orné de fresques retraçant la vie de St François d'Assises et de superbes cadrans solaires.

photos-septembre-2010-0259.JPGDe là-haut, la vue sur le village est saisissante d’harmonie, entre le bleu-mauve des toits en tuiles de Lauzes, la presque blancheur des façades, magnifiquement usées par le soleil, et les touches de couleurs vives fournies par les tuiles vernissées de quelques clochers.
Profitez-en aussi pour faire une halte dans la miellerie à l'entrée du village, place Capiane, où le miel, les nougats et pains d'épice sont absolument délicieux.
Saorge est un village aussi étonnant et singulier que sa position géographique et son allure générale le démontrent.

photos-septembre-2010-0061.JPGphotos-septembre-2010-0064.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Surplombant la vallée de la Roya, immense linéament géologique, il est aussi à la quasi intersection de deux vallées qui se sont manquées : la vallée de la Bendola, une des plus authentiquement sauvages des vallées des Alpes maritimes, et la vallée du Caïros, autrefois potager et vignoble des Saorgiens.

photos-septembre-2010-0427.JPGphotos-septembre-2010-0428.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vallée de la Bendola s'élève à l'est jusqu'au pied de la Cime de Marta, du Toraggio et du Pietravecchia. Encore une fois après avoir fait une pause casse croute à midi sous l’ombre d’un olivier car en cette fin du mois d’octobre le soleil cogne toujours, je continue ma route vers Tende et la brigue.

photos-septembre-2010-0327.JPGPiène Haute (piena Alta), Libre (libra) Tende (tenda), la brigue (la briga) etc ...  Furent italiens jusqu’à la fin de la guerre 1939-1945, ils sont devenus français par décision d’annexion signée par le Général De Gaulle en 1947, car tout ces villages n’avaient pas rejoint l’annexion du comté de Nice en 1860.

photos-septembre-2010-0352.JPG  ruines du chateau des Lascaris

 

Le village de la Brigue tout entier est une merveille, à commencer, sur la place, par la Collégiale St Martin, imposante église baroque à la façade peinte en trompe l’œil et à côté, une étonnante chapelle arrondie. Le reste du village est un enchantement également, avec ses nombreuses ruelles pavées, ses longs passages voûtés bordant la rivière, ses maisons richement ornées de trompe-l’œil de couleurs gaies, ou solidement bâties en pierre verte de la Roya.

photos-septembre-2010-0325.JPGphotos-septembre-2010-0346.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans doute remarquerez-vous, au dessus des portes, des linteaux sculptés, de motifs variés parfois mystérieux, où l’on retrouve souvent un agneau ou les trois lettres IHS. Si l'agneau  fait référence à la forte tradition pastorale de la cité, les trois lettres signifient “Iesus Hominum Salvatori”, (Dieu Sauveur des Hommes). La croix de Savoie quand à elle , se trouve de partout dans le village.Je termine ma promenade avec le village de tende, bourg construit en étages à flanc de montagne lui aussi.

photos-septembre-2010-0377.JPGJe vais voir la somptueuse Collégiale magnifiquement rénovée, à la façade flamboyante, mêlant les rouges et les jaunes, agrémentée de touches de bleus. Mais je vous en parlerai dans un autre article, car la vallée fait parti de la route du baroque Nisso Ligure et les monuments religieux, églises, orgues, chapelles et monastères sont remarquables de cet art représentatif de la région. C'est à mon avis, la plus belle de toutes les vallées du Comté Niçois....

DIAPORAMA DE SAORGE ET DE LA BRIGUE

Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 17:19

 

photos-septembre-2010-0016-copie-2.JPGchapelle sur la route de Seranon 

 

La Route Napoléon serpente sur  324 km dans des paysages exceptionnels. Ma balade n’en fera qu’une soixantaine de kilomètres, mais, elle a été parcourue par des millions de touristes et demeure aujourd'hui une étape obligée pour tous les amoureux des belles routes qu'ils soient automobilistes ou motards. Elle est sans aucun doute beaucoup plus spectaculaire que la N7 elle-même, car traversant des paysages grandioses de montagne. La Route Napoléon est l'épine dorsale qui va de la Côte d'Azur au cœur des Alpes, praticable toute l'année.

photos-septembre-2010-0030.JPG  Le Verdon à Castellane avant l'entrée des gorges

 

Ce périple est entré dans l’histoire de France comme le « vol de l’Aigle » entreprit par Napoléon après son débarquement de Golfe Juan prés de Cannes. Une bonne partie de sa route  était constituée de sentiers muletiers. Ils sont à présent goudronnés et forment la « route mythique », créé en 1932 par des élus cherchant à valoriser le patrimoine touristique exceptionnel de cette route impériale. Elle suit pour une bonne part le tracé de la RN85 qui va de Cannes à Grasse jusqu'à Digne en passant par les villages de Saint Vallier de Thiey et d’Escragnolles deux petits paradis dont beaucoup de personnes originaires du littoral Cannois se sont retirés.

photos-septembre-2010-0253.JPG  Eglise d'escragnolles (06)

 

Après une quarantaine de minutes de trajet sur la route Napoléon à partir de Mouans Sartoux, voilà le début de la vaste plaine de Séranon constituant le cœur d'un paysage paradisiaque couronné par des barres calcaires aussi verticales que déchiquetées, et une forêt de pins majestueuse.

photos-septembre-2010-0029.JPG  le pont de la Reine Jeanne sur le Verdon

 

Puis, j'arrive au village de la Doire et du Logis du Pin où la route quitte les Alpes Maritimes pour entrer dans le département du Var qui pousse là une corne dont la traversée dure à peine quelques minutes pour de nouveau re pénétrer dans mon département...

photos-septembre-2010-0018.JPGJe monte par le col de Luens qui culmine à 1.054 mètres et je quitte à nouveau les Alpes Maritimes pour entrer dans le département des Alpes de Haute Provence en traversent le village de La Garde. C'est un village du XII° siècle avec environ 80 habitants qui cherchent certainement le calme et la tranquillité.

photos-septembre-2010-0022.JPGAu détour d'un virage, je découvre au loin le Roc de Castellane. Le Roc est un pavé calcaire de 184 mètre de haut. Avec au sommet la chapelle Notre-Dame du Roc, et à ses pieds la silhouette gracile du pont romain «le pont de la Reine Jeanne». C'est un des plus beaux sites du Haut Verdon. Avec ses ruelles ponctuées de portes, de placettes, de fontaines, Castellane est un petit paradis. Vous avez noté qu'il n'y a que des petits paradis sur cette Route Napoléon depuis que l'on a quitté les fastes du littoral Cannois.

photos-septembre-2010-0033.JPGphotos-septembre-2010-0043.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour l'instant, je passe sur le pont de la Reine Jeanne avec un petit frisson dans le dos, parfois des pierres se détachent du Roc ! Ce pont romain à lui seul vaut le détour, on a toujours l'impression qu'il va s'écrouler... Depuis des siècles, Il enjambe le Verdon et qui dit Verdon, pense immédiatement aux  célèbres gorges. Oui ! Encore une visite qui s'impose, mais cette fois ci, je continue ma route.

photos-septembre-2010-0074.JPG

le lac de Castillon vue de Blaron

 

A la sortie de Castellane, je tourne à droite pour emprunter la route qui va au lac de Castillon. C'est un petit lac d’à peine 500 hectares.
Deux barrages sont installés dans la partie sud du lac: le barrage de Castillon et le barrage de Chaudanne. Le premier est réservé à la Marine Nationale qui y fait des essais. Au bout d’un kilomètre environ, j’arrive au barrage de Castillon. Un premier arrêt s’impose pour admirer cet ouvrage.

photos-septembre-2010-0163.JPG

Barrage de Castillon , on voit bien les lignes du cadran solaire

 

Ici les hommes et la nature ont rivalisé de talent. Le canyon qui s’enfonce derrière, entre les montagnes, est entravé par ce géant de presque cent mètres de hauteur et 200 mètres de large. De l'autre côté du mur, la retenue d'eau prend ses aises : bienvenue au lac de Castillon, une eau turquoise dans un écrin de verdure, c’est un site d´une grande beauté, dépouillé de tout artifice. Suite à la mise en eau du barrage en 1948, le village de Castillon a été englouti sous le lac. L'ancienne RN 202 a aussi été recouverte par la retenue. D'ailleurs, lorsque le niveau de l'eau baisse, on peut voir l'ancien pont Julien ce qui etait le cas lors de mon passage.

photos-septembre-2010-0084.JPGLe 20 juin 2009 a été inauguré un cadran solaire dont les lignes horaires sont tracées sur la voûte du barrage. Couvrant une surface d'environ 13 000 mètres carrés, il s'agit du plus grand cadran solaire du monde réalisé  en lave émaillée avec plus de 2,5 tonnes de lave émaillée.  Comme tout cadran solaire, celui de Castillon indique l'heure grâce une ombre projetée. Contrairement à l'habitude, cette ombre n'est pas celle d'un style, mais celle de la corniche en surplomb qui couronne le barrage. Celle-ci projette une ombre courbe déterminée par le profil de la corniche et par la forme de la voûte du barrage. La lecture de l'heure se fait de la façon suivante : il est, par exemple, 9 heure solaire quand l'ombre de la corniche est tangente à la ligne horaire correspondante. En été, ce cadran peut indiquer l'heure de 6h à 18h solaire.

photos-septembre-2010-0130.JPG  La cité sainte du Mandarom

 

En levant les yeux sur les hauteurs du lac de Castillon, on peut apercevoir la cité sainte du Mandarom. Enfin ! Quand je dis « cité sainte », c’est plutôt le repère d’une secte qui avait fait parler d’elle dans les années 90. Un illuminé qui se déclarait être le Chevalier du lotus d’or, et le Messie cosmoplanétaire rien que ca ! Ses disciples l’appelaient  sa « Sainteté le Seigneur Hamsah Manarah ». J’aurai du y penser moi-même à créer cette fanfaronnade à l’époque de mes 20 ans, car on y trouve de très jolies filles dans ces communautés. Vous voyez un peu le truc ! Sa sainteté le biker suprême … hi hi hi vient chez moi, il y a des bonbons !

photos-septembre-2010-0124.JPGphotos-septembre-2010-0053.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je décide de faire une halte au petit hameau de Blaron pour prendre mon casse croute. Il y a 4 maisons et une église, un berger et un anglais plus une vingtaine de moutons ….

photos-septembre-2010-0066.JPG

l'une des 4 maisons du village de Blaron

 

Je continue ma route sur Demandolx qui offre un magnifique panorama qui rappelle les fjords norvégiens où le bleu profond des lacs miroite dans un écrin vert de montagnes. Je rencontre quelques Grassois à la recherche de champignons , notament le lactaire délicieux dit sanguin chez nous. Cet endroit est tres prisé des Grassois pour la cueillette de ses sporophores .

photos-septembre-2010-0229.JPG

le lac de Chaudanne vue de Demandolx

 

J’emprunte la route qui va au lac et au barrage de Chaudane et je découvre aménagé en réserve géologique un site unique, car il y a 40 millions d’année cet endroit était sous une mer chaude, ils vivaient de paisibles mammifères marins que l’on appelait : les siréniens, on retrouve la trace d’ossements bien conservés sur place.

photos-septembre-2010-0241.JPG

barrage de Chaudanne

 

D’ailleurs une source d’eau salée continue de jaillir des profondeurs de la terre. La route fait une boucle et redescend sur Castellane cette fois ci avant le fameux pont Romain. Mes pas me font faire à present la route à sens inverse . Arrivée de nouveau à Escragnolles (06), j'apercois une etrange fresque. Une de plus retracant le vol de l'aigle sur la route Napoleon. Celle ci m'indique l'hommage à un heros local.

photos-septembre-2010-0181.JPGPour la petite anecdote, Francois Mireur entonne pour la première fois le Chant de Guerre pour l'Armée du Rhin, composé par Rouget de Lisle. Adopté par les volontaires  qui le chanteront au cours de leur marche vers Paris en juillet, le chant deviendra ainsi la Marseillaise. Francois Mireur est né à Escragnolles(06). Dans cette region l'histoire rejoint toujours la merveilleuse nature qui n'est pas de la fiction  mais la realité extraordinaire.

photos-septembre-2010-0188.JPGJe reprends tout doucement ma route vers Grasse  avec l’envie d’y retourner bien vite … Tout au long de ma route, j'apercois les cueilleurs de champignons avec leurs paniers en osiers qui profitent pleinement de cette nature exceptionnele.

                  DIAPORAMA DE LA BALADE

Repost 0
Published by freerider06 - dans Provence
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 15:20

                              LE PARC MARIN DE TOUT LES RECORDS

 photos-2010a-0005.JPG

Accompagné de Soso et de Célia, je profite de ces invitations pour voir l’un des plus fabuleux parcs d’attraction au monde. Mais pas seulement d’attraction, car ce parc marin prône l’équilibre, l’écologie, le respect de la planète, il est avant tout un parc pédagogique pour les enfants comme pour les adultes.

photos-2010a-0031.JPGMarineland est l’équivalent Européen de Sea World aux Etats-Unis. Fondé en 1970 à Antibes sur les bords de la méditerranée dans les Alpes-Maritimes et la Côte d'Azur, Marineland est le plus grand  et le plus beau parc aquatique d’Europe. Cette année il fete son quarantieme anniversaire. Je me répète peut-être, mais celui-ci est vraiment le must le plus total !

photos-2010a-0062-copie-1.JPGphotos-2010a-0076.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le parc d'attractions fait partie d'un complexe comprenant  Aqua-Splash, la ferme du Far West et Adventure Golf sur le thème de Jules Verne.
Comptant plus de 4 500 animaux, 30 espèces réparties sur 35 hectares, 40 soigneurs/animateurs, un bassin géant principal  de 11 mètres de profondeur avec des Gradins pouvant contenir 5000 personnes. Ce bassin possède des  parois vitrées panoramique en méthacrylate de 5,00 m de haut, 64 m de long, 17 cm d’épaisseur, construit par la société historique de construction métallurgique Gustav Eiffel et permet d’admirer cétacés et prédateurs évoluer dans le plus grand bassin d'Europe pour plus d'un million et demi de visiteurs par an.

photos-2010a-0047-copie-2.JPGIl y a aussi quatre autres bassins un peu moins profonds, un lagon de deux bassins pour les orques, un bassin hôpital toujours pour les orques, un tunnel vitré de 30 metres de long dans un aquarium géant de requins de 2 millions de litres d'eau, des musées de la mer etc. …On y trouve 44 millions de litres d'eau de mer et une station d'épuration équivalente à celle de la ville de Nice (débit de 9000 m³/h). C’est le parc de tous les records.

photos-2010a-0066-copie-2.JPGphotos-2010a 0063

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une quarantaine de soigneurs s’occupe de la faune du parc, ils sont psychologues de formation bac+ 5 minimum (option psychologie animale) et biologie marine et possèdent d'excellentes qualités humaines et une trés bonne condition physique. Ils sont responsables de la surveillance de l'entretien des bassins, de l’alimentation des animaux du parc (+ de 900 kg de poissons par jour),de la  surveillance de la bonne santé physique, mentale des animaux et de leur bien-être et de l’apprentissage et animateurs de numéros de spectacles aux orques, dauphins, otaries et phoques.

photos-2010a-0090-copie-1.JPGAu fil des années, un patrimoine animalier extraordinaire est reconstitué à Marineland, du Pacifique aux mers du Sud en passant par la Méditerranée, la grande bleue, le centre de toutes les plus grandes civilisations.
Marineland se présente comme l’unique parc marin européen où l’on peut voir des orques, l’unique parc également à en assurer la reproduction.
La première naissance eut lieu en 1993, et Marineland peut aujourd’hui se targuer d’avoir la famille d’orques la plus reproductrice au monde !

photos-2010a-0096-copie-1.JPGMarineland est également le seul parc au monde à avoir maîtrisé la reproduction de requins gris, compétence unique en dehors des Etats-Unis et du Canada. Depuis 1999, quatre femelles ont donné naissance à des portées successives variant de deux à quatorze petits requins.
Marineland existe depuis 40 ans et a été fondé par le créateur de la célèbre Méhari, le Comte Roland de la Poype.

photos-2010a-0121-copie-1.JPGLa véritable attraction du parc est le spectacle des orques qui a lieu tous les jours. Emerveillement assuré devant cet animal marin de 9 mètres de long et d’un poids moyen avoisinant les 6 tonnes. Ce cétacé est facilement reconnaissable à sa livrée noire et blanche et à la taille de sa nageoire dorsale qui peut atteindre 2 m de hauteur chez les mâles.

photos-2010a-0131-copie-1.JPGExcellents nageurs, ils peuvent parcourir, souvent en groupe de cinq à cinquante individus, une centaine de kilomètres par jour. Leur vitesse de pointe dépasse 50 km/h. Grâce à sa mâchoire qui contient une cinquantaine de dents très acérées, il avale entre 100 et 200 kg de nourriture par jour. Bien qu’il s’agisse d’un prédateur et malgré son surnom de baleine tueuse, l’épaulard, l’autre nom de l’orque ne s’attaque généralement pas à l’Homme. Des accidents comme  la malheureuse dresseuse, Dawn Brancheau tué par l’animal à Orlando est plutôt rare.

photos-2010a-0139-copie-1.JPGphotos-2010a-0175.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a aussi, le bassin des dauphins où vous avez droit aux acrobaties et jeux avec le public. Cette année pour le quarantième anniversaire du parc, des personnages de dessins animés et des pom pom girls ont été invités. Pour les orques et les dauphins chaque été des spectacles en nocturne ont lieu ainsi que des diners spectacles. N’oublions pas les otaries ou, c’est toujours une aventure, tellement cet animal est attachant avec ses moustaches, mais aussi quand il vous salue avec ses nageoires.

photos-2010a-0183.JPGHumour et poésie sont les maîtres mots de ces différents spectacles. Il est même proposé d’approcher et de toucher les dauphins et otaries sur une plage immergée. Je peux vous dire que les enfants avaient des sourires jusqu’aux oreilles au moment ou ils caressaient les dauphins et Célia avaient des yeux comme des billes devant les otaries.

photos-2010a-0203.JPGOn oublie trop vite qu’a Marineland, il y a aussi des animations pédagogiques autour des rapaces, certes moins chaleureux mais tout aussi impressionnants. Là encore le panel est bien fourni puisque les animateurs sont accompagnés d’aigles, de vautours, de faucons, de perroquets et d’oiseaux exotiques.

photos-2010a-0220-copie-1.JPGOn ne peut pas manquer le tunnel des requins de 30 mètres de long qui permet de les observer de dessous. Etoiles de mer, crustacés, poissons clowns brillent de tout leur éclat dans les différents aquariums qui leurs sont consacrés. Le musée est lui aussi incontournable, c’est la visite culturelle de Marineland, avec une collection démarrée au XVII° siècle. Pleins d'objets d’arts, de maquettes racontent l’histoire maritime à travers les différentes conquêtes.

photos-2010a-0274.JPG

les orques ont arrosé tout le monde !

  C’est donc un savant mélange entre visite pédagogique et émerveillement devant cet univers sous marin qui vous attend sur la Cote d’Azur le pays des merveilles. A l’occasion de ses 40 ans, Marineland accueille  deux nouveaux pensionnaires : Folcke et Raspoutine, deux jeunes ours polaires. Pour les accueillir, un chantier colossal a été mis en place. C’est une installation unique en Europe et aménagée sur mesure. Un espace de 2200m² leur a été réservé. Les bassins sont constitués d’eau de mer et d’eau douce maintenues à une température de 14°c toute l’année. Ils disposent d'un système de climatisation dans leur espace de nuit, mais surtout de deux grottes réfrigérées avec des lits de glace.

photos-2010a-0323-copie-1.JPGMarineland contribue également au sauvetage de mammifères marins qui s’échouent chaque année sur les côtes Méditerranéennes françaises (tortues, dauphins, baleines…).Marineland est avant tout un lieu où chacun se mobilise pour le bien être des animaux marins, et où l'on se sent concerné par leur protection. Marineland a développé des programmes de recherche autour des cétacés, des actions de sensibilisation et des interventions pédagogiques auprès des scolaires. Trois autres parcs à thème font parti de l’espace de Marineland. A deux pas des plages méditerranéennes, les pistes bleues d'Aquasplash offrent des sensations fortes et de la fraîcheur.

photos-2010a-0354.JPGLes 13 toboggans géants et les 5 tours de 12m t'attendent avec 600m de glisse, une piscine à vagues qui s’anime toutes les demi-heures, une grande piscine de 1200 m2, une rivière à petit courant et de nombreuses autres attractions.
En tout 14 activités aquatiques différentes. A Aquasplash, il y a le toboggan le plus rapide de France: Le Black Cannon te propulse dans un tube d’eau sur un dénivelé de 12 mètres, et te plonge à la sortie dans un bassin, à la vitesse de 60 km/h. Sensations assurées pour les plus sportifs ! Enfin, Vous parcourrez une rivière lente (pour toute la famille), une attraction unique en Europe où vous traverserez un tunnel de requins et poissons tropicaux…

photos-2010a-0368.JPGLa ferme du Far West s’adresse au plus petit et se trouve dans un décor western, entouré de cow-boys et d’indiens plus vrais que nature, ainsi que de poules, coqs, vaches, chèvres et poneys. prise d’otage, attaque d’indiens, parcours d’obstacles, tour de charrette, train des plaines, découverte de tipis, tour de poney, labyrinthe végétal, théâtre de marionnettes, bateaux à aube…

photos-2010a-0406.JPGLes petits seront ravis d’assister aux repas des animaux de la basse-cour, et de pouvoir devenir cow-boy ou indien le temps d’une journée grâce à l’atelier maquillage. Celia a meme été maquillé par une indienne des plaines.
Ils pourront aussi apprendre à danser la country ou à fabriquer de vrais colliers indiens qu’ils emporteront avec eux en souvenir. Et, ce n’est pas tout : Le cadre exceptionnel d'Adventure Golf vous propose trois parcours de 18 trous inspirés des aventures de Jules Verne. - L'île mystérieuse - 5 semaines en ballon - Voyage au centre de la terre, plongée à 20.000 lieues sous les mers, traversée du tunnel de glace, vous n'êtes pas au bout de vos surprises ! Cette balade en plein air vous emmène par monts et par vaux vers le phare du bout du monde, une montgolfière ou un volcan d'or ! Marineland, c’est inoubliable …
  Le 21 Aout de cette année , 18000 personnes se sont préssées d'aller à Marineland. Un record pour cette journée. Un hotel de 100 chambres est en construction à l'interieur du parc et devrait ouvrir ses portes l'année prochaine.

photos-2010a-0427.JPG

*Indépendamment d’ "Espace Marineland" se trouve à proximité Antibes Land. Ce sont  40 manèges, roues, toboggans avec le plus surprenant de tous: l'Oblivion, Grand Huit, Trampoline, Rivière Canadienne, Train Fantôme, Grande Roue, Indiana Jones, Fantasia Land, Karting, Turbo Jet, Rock Climbing Wall, Autos tamponneuses, Peter's Island, Happy Jungle et les sauterelles de City Hopper ! Rien ne manque pour les émotions.

                                               DIAPORAMA DE NOTRE JOURNEE

 

Repost 0
Published by freerider06 - dans region sud
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 17:05

photos-2010a-0282.JPG Je suis ravie d’avoir pu franchir à l'occasion de la journée du patrimoine le grand portail du palais des rois de Sardaigne qui ne se visite pas en temps normal et de visiter les appartements d’apparat de la monarchie Niçoise dans le Vieux-Nice. Vraiment royal, et même impérial ! Tout en haut du grand escalier, c’est d’ailleurs l’impératrice Eugénie peinte par Winterhalter, qui nous accueille. Il y a 150 ans, Naboléon III et son épouse ont scellé ici le rattachement du comté de Nice à la France. Le palais des rois de Sardaigne est alors devenu préfecture des Alpes Maritimes. L’une des plus belles, des plus fastueuses du territoire national.

photos-2010a-0178-copie-1.JPGphotos-2010a-0230.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On se bousculait, on se piétinait pour voir cette merveille du patrimoine Niçois. Le public se faufile dans l’enfilade des salons en s’extasiant sur la décoration, les fresques de Jules Chéret, les énormes candélabres. Les colonnes Corinthiennes de la salle des fêtes supportent le plafond décoré dans le style néo baroque. Au fronton, les armes de Nice, entourées de celle des sous préfectures de Grasse et Puget-Théniers. Clou de cette déambulation : la chambre où dorment les chefs d’État et autres personnages de marque.

photos-2010a-0142-copie-4.JPGPuis, voici la « petite » salle-à-manger : la table est déjà dressée. Mais c’est surtout la « grande » salle-à-manger qui impressionne, avec son lustre en verre de Venise. Là aussi, la table est mise, en prévision d’un futur banquet ? En  1960, Charles de Gaulle y a présidé un dîner de gala, à l’occasion du centenaire du rattachement de Nice à la France. Le palais de la préfecture, c’est mieux qu’un musée. C’est une maison où l’Histoire continue de s’écrire.

photos-2010a-0137.JPGphotos-septembre-2010 0156
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le palais des rois de Sardaigne, situé dans le Vieux-Nice, fut de 1610 à 1861 un Palais  dévolus aux ducs de Savoie, lesquels à partir de Victor-Amédée II de Savoie étaient rois de Sardaigne de Piémont et de Sicile. Il est inscrit et  classé au titre des monuments historiques. Son entrée principale se situe sur le cours Saleya prés du marché aux fleurs. Il apparaît sur des vues de Nice au XVIe siècle. Il est cependant inauguré par Charles-Emmanuel Ier en 1613.Tous les ducs de Savoie et rois de Sardaigne y résidèrent durant leur séjour niçois. Ce palais fut un haut lieu des réunions mondaines du siècle dernier. Le palais continua à recevoir des embellissements. Ceux-ci étaient d’autan plus nécessaire que Nice était devenu la « capitale de l’Europe monarchique et aristocratique ».

photos-septembre-2010-0162.JPG

Vue de la terrasse du palais

 

En 1814, lors de la restauration sarde, le roi de Piémont-Sardaigne Victor-Emmanuel Ier décide d'élever l’édifice au rang de résidence royale. Les appartements royaux réaménagés reçoivent du mobilier prélevé dans les palais de Turin et de Gênes. Durant l'hiver 1856, le futur roi d'Italie Victor-Emmanuel II y reçoit l'impératrice de Russie.

photos-septembre-2010-0206.JPGEn 1860, après l’annexion de Nice, la résidence royale devient le siège de la préfecture des Alpes-Maritimes et continue d’être le cadre de brillantes réceptions. Napoléon III y reçoit le tzar Alexandre II en 1864, puis en 1889, Sadi Carnot y rencontre Léopold II de Belgique et Oscar II de suède.… Félix Faure y eut comme hôte le tsarévitch Nicolas. Le roi des Belges y fut invité en 1909 par le président Fallières, accompagné de Clemenceau. Après la guerre, le livre d’or a continué de s’enrichir de noms parmi les plus illustres de l’époque contemporaine.

photos-septembre-2010-0236.JPGphotos-septembre-2010-0251.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parmi les nombreux comtes, puis ducs de Savoie, puis rois de Sardaigne qui ont régné sur Nice de 1388 à 1860, il en est un qui a laissé de nombreuses traces dans le patrimoine niçois et une empreinte non moins indélébile dans la mémoire du comté de Nice : le roi Charles-Félix, dit Carlo-Felice. Charles-Félix est le cinquième garçon du roi Victor-Amédée III.

photos-septembre-2010-0256.JPGSa politique d’embellissement de Turin et de Gênes rejoint celle de Nice. A l’occasion de son premier voyage officiel dans notre ville, en 1826, on restaure le Palais royal (palais des rois de Sardaigne), pillé par les révolutionnaires français. Sur ses instructions, on rénove le port Lympia, relançant ainsi l’économie niçoise, et on élargit le quai Rauba-Capèu qui le relie à la ville. Il fait achever la route Nice-Gênes (actuelle Grande Corniche) qui reliera enfin les 2 grands ports. Il commande aussi le pont Charles, enjambant le Paillon, permettant ainsi le développement du faubourg Saint-Jean-Baptiste, le long de la rive droite.

photos-septembre-2010-0152.JPGphotos-septembre-2010-0281.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nice change beaucoup sous le règne de Charles-Félix. C’est alors que naît la promenade des Anglais » lou camin dei Inglès » le premier chemin côtier de notre histoire, et qui deviendra le symbole de la Belle-Epoque. Cette même année, le roi cède à la Ville la colline du Château à charge pour elle de la transformer en parc public. Ouvrant sur le cours Saleya à son extrémité est, on crée pour sa venue une nouvelle porte qui prendra son nom. Côté rue des Ponchettes, on peut encore y lire l’inscription latine qui dit : " En hommage à notre bon roi de passage à Nice, nous lui ouvrons nos portes et notre cœur ". Une ville fière de sa modernité et confiante dans l’avenir, par ailleurs fraîche, claire et paisible.

photos-septembre-2010-0263.JPGC’est bien à Charles-Félix, le Carlo-Felice des Niçois, que l’on doit cette ville. C’est sans doute pourquoi les Niçois l’aimèrent. Ce ne sera pas le cas du seigneur actuel vassal d'un roi jacobin ...

                  DIAPORAMA DE LA VISITE DU PALAIS ROYAL

Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 10:30

photos-septembre-2010-0016.JPG La Côte d'Azur est dotée d'un patrimoine culturel exceptionnel, le plus riche d'Europe, il  nous offre une grande diversité de types de jardins. Récents ou anciens, réhabilités, ils représentent l'évasion, le rêve, la liberté, la fantaisie, la grâce et l'harmonie.
Parmi toutes les régions du pourtour méditerranéen, Menton jouit d'un climat unique. On y relève des paramètres climatiques subtropicaux qui lui sont propres : long et fort ensoleillement, faibles écarts de température tout au long de l'année, hygrométrie élevée, protection contre les vents violents.
C'est la raison pour laquelle la végétation des différentes contrées du globe ayant un climat similaire, est susceptible de s'épanouir à Menton.

photos-septembre-2010-0125.JPGLa légende rapporte qu’Eve, chassée du paradis et décidément incorrigible, emporta avec elle en souvenir de son éden perdu, un magnifique agrume : le citron. Redoutant la colère divine, Adam enjoignit à sa compagne de se débarrasser au plus vite de ce fruit. Mais la première femme déclara qu’elle ne l’abandonnerait que dans un lieu lui rappelant le mieux le paradis.
Apres avoir parcouru plaines et vallons, montagnes et rivages, Eve conservait toujours l’unique vestige de leur bonheur disparu, n’ayant découvert aucun paysage digne de justifier son choix.
Parvenue sur les bords de la grande bleue, elle aperçut à ses pieds Garavan, le golfe paisible de la méditerranée, une baie admirable, ses rivages, la douceur de son climat, la végétation luxuriante. » C’est ici dans ce cadre de rêve que je retrouve le paradis » déclare t’elle et elle enterra alors le citron dans ce sol qui allait devenir Menton la perle de la France.

photos-septembre-2010-0023.JPGphotos-septembre-2010-0041.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La Citronneraie du mas Flofaro est située à flanc de la colline de l'Annonciade, berceau de Menton, à mi-hauteur, soit une altitude de 120 m. Elle est orientée face au soleil levant, une exposition très favorable à l'épanouissement des agrumes et à l'acclimatation des plantes tropicales et subtropicales.

photos-septembre-2010-0002.JPGL'origine de « La Citronneraie » remonte aux environs du XVIème siècle. A cette époque commence l'aménagement de restanques en terre, puis de murets en pierres traversés d'allées et d'escaliers. Dès cette époque, on plante 200 oliviers en bordure des restanques sur une superficie d'environ 25000 m². Le problème de l'eau est crucial dans notre région, aussi, dès le début du XVIIIème siècle, on entreprend d'importants travaux pour canaliser et mettre en réserve ce précieux liquide. On creuse une galerie souterraine et un bassin de retenue de 150 m de long sur 2 mètres de haut, alimentés par une source.

photos-septembre-2010-0059.JPGphotos-septembre-2010-0096.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On crée également une barme, c'est à dire une citerne enterrée de 150 m3, pour alimenter les nombreux canaux d'arrosage de la partie centrale de la propriété.
Vers 1820, une petite maison rurale de quelque 70 m² est construite dans la tradition mentonnaise. Elle est ombragée d'une terrasse couverte de belles pergolas de glycine et de jasmin. Au sortir de la dernière guerre mondiale, morcelée par plusieurs successions, cette propriété se trouve en partie abandonnée.  A partir des années 1950, l'actuel propriétaire va faire renaître ce domaine. Il rachète aux familles la partie centrale de la propriété. Dès lors, et pendant plusieurs années, il n'aura de cesse de reconstituer la propriété originelle, rachetant peu à peu les diverses parcelles des familles Valetta,Laurenti,Fiorentini,Palmaro,Campi,Vezzoli et Ponzezera.

photos-septembre-2010-0098.JPGphotos-septembre-2010-0099.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1953, commencent la réhabilitation du jardin et la restauration de la maison rurale. Une grande attention est portée au choix des matériaux de rénovation et à leur mise en œuvre afin de préserver l'authenticité du lieu. Aujourd'hui, la maison principale et ses trois dépendances ont une superficie d'environ 1000 m². Le cachet et le charme d'origine ont été résolument préservés. En 1957, commence la plantation d'une centaine de nouveaux citronniers dans la partie amont de la propriété. A ce jour, on en dénombre environ 450 pieds, tous de la variété « citron de Menton ». Le « citron de Menton » constitue par le parfum de son zeste et la saveur de sa pulpe, la plus prestigieuse des quelques 80 espèces connues à ce jour. Ces fruits savoureux sont utilisés par les plus grands « Chefs » de France et ornent leur « Table Etoilée » pour le plaisir de certains et la renommée de Menton.

photos-septembre-2010-0113.JPGC’est le meilleur citron connu à ce jour. De très nombreux tests organoleptiques ont déjà effectués sur le citron de Menton (on tient compte de l'aspect, couleur, forme, taille de l'écorce et du goût). Une fois de plus le fruit d'or made in Menton l'emporte haut la main face à ses cousins, vert ou jaune du monde entier. Son goût est savoureux, son parfum inimitable, son écorce, très épaisse, permet une longue conservation. La Citronneraie est composée essentiellement d'oliviers et de citronniers ainsi que de pamplemoussiers, orangers, kumquatiers, mandariniers, clémentiniers, pomelos, cédratiers, bigaradiers, auxquels il convient d'ajouter une vingtaine d'hybrides dont le fameux cédrat « main de Bouddha », limequat, citrange, combava,etc.. 

photos-septembre-2010-0115.JPGphotos-septembre-2010-0121.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le remarquable jardin d'agrément, dédié aux plantes tropicales, et réparti en plusieurs pôles à thèmes différents, avec une disposition de l'espace très originale, respectant le « naturel », présente au total plus de 800 espèces de plantes : cactées, plantes tropicales et subtropicales, cycas, ginkgo, kiwis, avocatiers, bananiers, labiacées, solanacées, arecastrums, phœnix, camphrier, eucalyptus, cèdres, yuccas, dracænas, manguiers, érable, syagrus, orchidées cymbidium, nombreuses variétés de bambous et de mimosas…Le paysagisme exotique et le jardin architecturé : ce type d'espace s'ouvre sur une aire d'accueil ménagée au creux d'un boisement d'oliviers gigantesques et plusieurs fois centenaires .

photos-septembre-2010-0108.JPGUn cheminement discret au fil des terrasses, loggias, emmarchements, portiques, colonnades, arcades, pergolas, treillages, vasques, jarres, vases, bancs…conduit à la résidence, fondue au sein de la nature. Un beau parcours dallé vous emmène ensuite à une oasis fleurie aménagée autour des éléments de vie collective : piscine, espace de rencontres… Cette propriété, depuis son acquisition est sans cesse enrichie par son propriétaire, un ex-champion de course automobile, qui embellit le jardin, développe continuellement la plantation d'agrumes et qui nous confie en clin d'œil au slogan de la Ville de Menton : «ma maison est un jardin ».

La citronneraie est un jardin privé. Je remercie les proprietaires Mr et Mme Mazet de m'avoir si gentiment ouvert leur porte.

                              DIAPORAMA DE LA CITRONNERAIE

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 17:36

photos-2010a-0192.JPG Saint-Jeannet a l'apparence de tous ces villages perchés, si nombreux  dans les Alpes Maritimes et le comté Niçois, qui répondaient jadis à un souci de protection. Il est construit au sud, largement ensoleillé et protégé des vents du nord. Le village est situé au pied du Baou (807m), petite montagne qui attire beaucoup d'alpinistes et de marcheurs. Le Baou de La Gaude (à l'est) et le Baou des Noirs et le Baou des Blancs (à l'ouest) complètent le paysage montagneux environnant.

photos-2010a-0051-copie-2.JPGphotos-2010a-0053-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La place Sainte-barbe, à l'entrée du village, offre un panorama grandiose jusqu'à la mer. Le vieux Saint-Jeannet, qui s'agrippe à une pente abrupte, est parcouru de ruelles tortueuses et de nombreuses impasses.
Ces passages sont empierrés et coupés de marches pour annuler les effets du ravinement. La rue de la Tour, en bordure du noyau ancien, est la seule rue qui soit large et rectiligne, soigneusement pavée.

photos-2010a-0087-copie-1.JPGphotos-2010a-0028-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pratique des Calades, caractéristiques des ruelles des villages du sud de la France, a pour origine le pavement des voies romaines.
Après être passé sous une arche remarquable, la terrasse du Panorama (XIXe siècle), au centre du village, offre également un point de vue unique sur la campagne environnante et la Baie des Anges...

photos-2010a-0036-copie-2.JPG
Le Baou de Saint-Jeannet a toujours joué un grand rôle dans l'histoire de Saint-Jeannet. Il a d'abord servi à protéger les hommes qui se réfugiaient dans ses grottes. Il est maintenant réputé auprès des randonneurs et des escaladeurs. Sur son sommet, un magnifique panorama s'offre à la vue, à la fois sur le bord de mer, de Nice à l'Esterel, et sur les montagnes de l'arrière pays. A côté, le Baou de La Gaude, situé également sur la commune, culmine à la même altitude tout en étant moins escarpé. Son relief permet aux parapentistes de s'envoler. Au milieu d'un petit bois, on peut voir le fameux "Gros Chêne" sans doute l'un des plus anciens de France. On le dit millénaire et sa circonférence est de 11 mètres.

photos-2010a-0031-copie-1.JPGphotos-2010a-0035-copie-2.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La commune est bordée par deux rivières : à l'est par le Var et à l'ouest par la Cagne. Cette dernière est appréciée par les adeptes de baignade et du canyoning.
"Tels les très hauts lieux de l'antiquité où les hommes situaient les dieux, le Baou de Saint-Jeannet et son village ont attiré très tôt peintres et artistes ; des classiques aux contemporains, depuis le passage quasi mythique de Nicolas Poussin en route vers l'Italie jusqu'à Raoul Dufy, sans oublier, dans l'intervalle, Hercule Trachel, Alexis Mossa, Emile Loubon. Ce lieu privilégié a séduit aussi de grands poètes tels que Georges Ribemont-Dessaignes, qui a fait de Saint-Jeannet son village.

photos-2010a-0115.JPGIci, l'Art et la nature ont trouvé une évidente harmonie dans cette lumière azuréenne, entre les contreforts des Alpes et la mer.
La Main au collet d'Alfred Hitchcock, avec Grace Kelly et Gary Grant, a été tourné en partie à Saint-Jeannet, tout comme le film l'école buissonnière, avec Bernard Blier ainsi qu’une scène du film « Les Égouts du paradis », avec Francis Huster.

photos-2010a-0022.JPGDans un site remarquable de beauté et de tranquillité, le village de Saint Jeannet semble béni des Dieux : peu envahi par les touristes, il présente pourtant un attrait singulier avec ses jolies rues bien tenues, ses belles maisons du 17ème siècle, sa porte creusée dans ce qui reste de l'ancien rempart, ses passages voûtés. Après un dédale de ruelles ombragées, vous arrivez sur la place sur laquelle se dresse une grosse église à clocher carré: elle date du 17ème siècle. En ressortant sur la place, vous pourrez vous rafraîchir à la Fontaine du Bœuf (1875), avant de terminer votre visite sur la terrasse la plus remarquable de toute la Côte d’azur : abritée par un toit et ornée de balustres médiévales, elle offre une vue merveilleuse sur la campagne et la mer au loin.

photos-2010a-0143.JPGphotos-2010a-0157.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Jeannet a ses raisins, comme Tourrettes ses violettes ou Grasse ses parfums. Ne quittez pas saints Jeannet sans avoir goûté au vin du pays, obtenu avec du raisin "Servan", un raisin blanc de fin de saison qui se conserve jusqu'à Pâques, grâce à une technique de conservation en bocal. En 1950, le vignoble recouvrait encore un tiers de la superficie agricole de la commune et produisait des dizaines de tonnes de raisin. Essentiellement du raisin de table. En noir, le Levallet, en blanc, le role ou le muscat. Et bien sûr le Saint-Jeannet tardif qui, au lendemain de la guerre, alimentait encore au moment des fêtes de fin d'année les épiceries de luxe de la capitale.

photos-2010a-0149-copie-1.JPGTerroir de raisin mais aussi de vin. Les crus furent vantés par bien des poètes, de Prévert à Verdet. Surtout le vin blanc, au goût madérisé, issu des cépages de role, ce raisin aux petits grains qui, fin septembre, prend une couleur dorée. Mais aussi le vin tuilé qui tire son nom de son mode de conservation. On le stockait dans les greniers. L'alternance de froid et de chaud lui donnait un goût particulier très fruité.

photos-2010a-0024.JPGphotos-2010a-0181-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une petite dizaine d'agriculteurs de Saint-Jeannet continuent à faire leur vin. Mimi Lorenzato, Roger Barrière, Lazare Giambi sont de ceux-là. Mais il n'en reste qu'un qui exerce encore une activité d'importance, René Rasse. Aidé de Denis et Georges, deux de ses fils, il travaille cinq hectares d’un vignoble exceptionnel. Ses vins rouges à base de cabernet-sauvignon, de merlot et de syrah, ses vins blancs à base de role ornent les tables de nombreux restaurants étoilés de la région. Envers et contre tout, René Rasse avait décidé dans les années soixante de perpétuer la culture de la vigne, sa grande passion. Quarante cinq ans plus tard il a gagné son pari. Il produit, Vingt mille bouteilles que les amateurs du monde entier s'arrachent.

photos-2010a-0110.JPGphotos-2010a-0122.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La surprise est de taille dès l’entrée au Domaine. Devant la cave, en plein air, les vins rouges et rosés de la vendange de l’année ont été mis en bonbonnes en verre. Ils attendent patiemment leur retour en cave. L’alternance de la fraîcheur des nuits et de l’ensoleillement de la journée va donner au vin de Saint-Jeannet un goût particulier très fruité. Un vin d’exception, un vin d’une noblesse absolu.

photos-2010a-0016.JPGAu début du siècle, les anciens exposaient de la sorte leur vin déjà embouteillé sur les tuiles des appentis. Le vin était tuilé.  Son Muscat d’Alexandrie a été vendangé tardivement pour donner un vin naturellement doux excellent. (Naturellement doux = sans apport aucun. Seul le sucre du raisin lui donnera sa douceur, son moelleux.) On pratique cette méthode ici depuis 1860…  aucun additif chimique de synthèse pour accélérer la fermentation. Aucun soufre sur les vignes et uniquement de la bouillie bordelaise. Les vinifications s'opèrent suivant les méthodes artisanales les plus traditionnelles. L’un des rares vins vraiment Bio en France.

photos-2010a-0135.JPG
Sur les pentes en terrasses de ces Alpes dites «maritimes», la vigne pousse depuis l'Antiquité. Un pressoir romain retrouvé ici même atteste l'ancienneté de la viticulture locale. Georges Rasse son fils est resté attaché aux méthodes traditionnelles. La plus typique d'entre elles est sans doute le vieillissement en bonbonnes, au soleil, procédé qui donne au vin une structure et des arômes exceptionnels. Cette pratique s'applique exclusivement à une cuvée de rosé appelée «tuilé», du fait de la couleur orangée que prend la robe de ce vin obtenu par pressurage direct à partir des cépages grenache et mourvèdre.

photos-2010a-0085.JPGphotos-2010a-0092.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les rouges ne sont ni collés ni filtrés. A l'encontre de tous les principes de l'élaboration du vin, ils sont élevés dans des bonbonnes exposées au soleil pendant quatre mois avant de séjourner 12 mois en barriques. La couleur des rosés s'obtient par "pistage" ancestral au pied pour éclater les baies sans les écraser. Les blancs sont obtenus après bâtonnage sur lies et vieillissement en barriques. Dans les Alpes Maritimes, les vignes sont devenu rares, mais les quelques vignerons qui continuent la viticulture, possèdent des vignobles d’exceptions comme le Bellet AOC Nice dont une quinzaine de vignerons se partagent 60 hectares. Le vin des moines de l’ile Saint Honorat considéré comme l’un des meilleurs du monde ou encore le domaine de Pibonson à Mougins cher à Alain Delon.

photos-2010a-0162.JPGAvant de terminer, deux petites anecdotes sur l’un des vins préférés de César Baldaccini le célebre sculpteur. Monsieur Rasse à refusé les deux appellations commune à la région. L’AOC Nice et l’AOC Cote de Provence pour n’en accepter qu’une seule « Le vin de Saint Jeannet » pour vous dire l’exceptionnelle qualité de ce vin Bio. Chaque année, les étiquettes sont choisies sur le modèle d’un tableau du frère à Georges Rasse, peintre de talent établit en Argentine dont l’hacienda à 17 km de Tilcara fait gite d’étape et hotelerie. Le « Solar Del Tropico » à proximité du tropique du capricorne…. Une Hacienda de rêve au milieu du vignoble Argentin et de la Cordilleres des Andes tout comme le domaine vinicole "des Hautes Collines de la Cote d'Azur" de Saint Jeannet dans les Alpes Maritimes. Encore un Niçois sur les traces de Garibaldi……

photos-2010a-0123-copie-1.JPG

 

Lien vers le poeme de Jacques Prévert aux vignerons de Saint Jeannet :

 Ode aux Vignerons

 

                                         DIAPORAMA DE SAINT JEANNET

Repost 0
Published by freerider06 - dans region sud
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 11:41

  800px-Gourdon

A quelques battements d'ailes de cannes et de Grasse, suspendu dans le vent et perché sur le roc, il est des endroits qu'on ne peut raconter...un village qu'il faut voir de ses propres yeux dominé par des falaises hautes de 700 mètres. Un village de ce temps où les pierres avaient une importance. Des batailles livrées et des saisons passées, elles ont gardé l'humeur et les couleurs. Des chemins, des pavés, des donjons, un château, des arbres, des fleurs, le goût du miel et de la  lavande, une Reine, un Seigneur, des chevaliers comme dans « Alice au pays des Merveilles ».

chateau-de-gourdonBâti sur un socle rocheux à 760m d'altitude, Gourdon domine la vallée du Loup. Archétype du village perché en nid d'aigle à l'extrémité d'un éperon rocheux. Son panorama incomparable, s'étale sur 80km de Nice à Théoule. A 10km seulement à vol d'oiseau de la Méditerranée, Gourdon forme un ensemble remarquablement harmonieux de maisons médiévales en pierre blanche qui se pressent autour de leur château féodal, Forteresse au IXe siècle, le tout parfaitement restauré et entretenu … Sans conteste, Gourdon est un village heureux sur lequel se sont penchées toutes les bonnes fées de la création !

photos-2010a 0020-copie-1photos-2010a 0035-copie-1
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce rocher isolé était un lieu de refuge et de défense aux époques les plus reculées. Une place imprenable à la frontière des Comtés de Vintimille, de Nice et de Provence.

photos-2010a 0008-copie-1De la place Victoria, on découvre un panorama grandiose sur toute la Riviera, d'une ampleur et d'une profondeur admirable, aux couleurs changeantes selon l'heure et la saison. A l'horizon, la mer unie au ciel. A gauche, Nice, l'embouchure du Var, Cagnes/mer et l'Hippodrome, Antibes et le Cap d'Antibes, Juan les Pins, Les Iles de Lérins, Cannes, La Napoule, les Maures et l'Estérel, perdus dans l'azur... En bas, à gauche, l'entrée des Gorges du Loup, le bar et le Pont du Loup ou est né le célèbre amiral de Grasse qui permit l'indépendance aux états unis.

photos-2010a 0025photos-2010a 0026
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les origines du Village se perdent dans la nuit des temps. Aux époques les plus reculées, ce rocher isolé fut employé comme lieu de refuge et de défense. Les Romains avaient déjà occupé la région, un oppidum s’y trouve. Tel qu'il se présente à nos yeux, Gourdon donne une parfaite idée du Village Féodal. Il est bâti sur un pic dont les pentes formidables vont, après plusieurs centaine de chutes et d'éboulis, s'arrêter à la rivière du Loup au pied de la cascade de Courmes site classé « remarquable ».

photos-2010a 0021Vous pourrez choisir de monter à pied à Gourdon, en empruntant le vieux "Chemin du Paradis", qui fut autrefois un sentier muletier : attention, dénivelé de plus de 500 mètres, mais le paradis est au bout du chemin ! Les moins courageux resteront dans leur voiture pour atteindre tranquillement un des plus beaux villages de France sinon le plus beau, un site grandiose … Gourdon fait parti du classement très officiel des villages d'exceptions.

photos-2010a 0040-copie-1photos-2010a 0042-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Jardins à la française dessinées par Lenôtre, à l'italienne, à la médiévale, ou de style provençal avec son fameux jardin à rocailles. Ses buis en forme de fer à cheval ouvert ou fermé, d’une composition harmonieuse du au paysagiste de Versailles. Les terrasses à l’italienne suspendue sur le vide par des arches de 15 mètres de haut façonnées par la main de l’homme en font un lieu d’une incroyable beauté.

photos-2010a 0036-copie-1Le Château de Gourdon est classé depuis Monument Historique. Son petit village vous dévoilera les secrets des parfumeurs et des verriers, des bijoux en pierres naturelles, et des méthodes pour traiter l'huile comme autrefois. Dégustez son pain d'épice au goût savoureux ! Une spécialité locale.

photos-2010a 0045
C’est à l’occasion de la fête de la Saint Vincent que nous sommes invités Soso et moi-même pour l’inauguration par le maire du village, le président du conseil général des Alpes Maritimes et le Sénateur/Maire de Valbonne Sophia Antipolis pour la mise en place de véhicules électriques qui remplaceront les voitures habituelles des résidents propriétaires dans le village. Ceux-ci se verront devoir laisser leur voiture sur un parking extérieur au village pour emprunter celui plus écologique. Mais pas seulement les administrés ! Mais aussi pour que les personnes handicapées puissent  visiter ce nid d’aigle en toute facilité.

photos-2010a 0062
Gourdon est l’une des destinations les plus importantes de France. Chaque année, c’est plus d’un million et demi de touristes qui débarquent dans ce petit village de 400 habitants. Même certaines icones et monuments Parisiens ne font pas mieux….

photos-2010a 0052photos-2010a 0056-copie-1
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'autres aménagements pour les personnes handicapées sont également envisagés : maquette tactile pour les non voyants, guides audio et carnets de visite en braille et en caractères agrandis, toilettes normalisées dans l'enceinte du village, une bonne initiative de la part de la commune. Cette inauguration sera suivie d’un très bon repas avec animation et ambiance musicale. De quoi passer une excellente soirée sous le ciel étoilé du haut pays Grassois.

photos-2010a 0068En plus la cerise sur le gâteau sera encore plus magnifique si vous emprunter la route qui serpente dans les gorges du Loup haut lieu du canyoning dans les Alpes Maritimes. En chemin, il faut impérativement s'arrêter  pour admirer la cascade de Courmes, une chute d'eau spectaculaire de 40 mètres extrêmement rafraîchissante en été ou encore le saut du loup un torrent impétueux en toute saison.

photos-2010a 0077-copie-2photos-2010a 0089
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour information, il y a quelques plans et vues de Gourdon avec d’autres beaux sites de la Côte d'Azur, dans le film "Pour Attraper un Voleur" d'Hitchcock avec Cary Grant et Grace Kelly (1955).
La place Victoria à Gourdon, son nom lui a été donné suite à la visite de la Reine victoria le 18 avril 1891.

photos-2010a 0075photos-2010a 0087
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques Higelin chante Gourdon dans sa chanson "Aout put" sur l'album Coup de foudre en 2010. Gourdon est le haut lieu des Parapentistes de France. Un village aux multiples activités, l’un de ces rares lieux à jamais immortel …

 

           DIAPORAMA DU VILLAGE ET DE SON CHATEAU

Repost 0
Published by freerider06 - dans region sud

Retour Blog Principal & Commentaire