Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 10:29

photos-janvier2011-0007.JPG Fondé en 1910 par le Prince Albert Ier de Monaco, le Musée océanographique est un lieu exceptionnel entièrement dédié à la mer. Prince souverain érudit et explorateur, Albert Ier de Monaco consacra sa vie et ses forces autant à la Principauté qu'à l'investigation scientifique. Fasciné par l'anthropologie et la paléontologie humaine, c'est finalement l'océanographie qui retint son intérêt. Aujourd’hui, les 90 bassins offerts aux visiteurs sont autant de fenêtres ouvertes sur la Méditerranée et sur les mers tropicales.

photos-janvier2011-0011.JPGPlus de la moitié de la collection est constituée par les spécimens recueillis par le Prince Albert Ier de Monaco lors de ses 28 expéditions menées entre 1885 et 1915, en Méditerranée et dans l’Atlantique Nord. Dans les salles, des milliers de spécimens d’histoire naturelle ont été collectés, des appareils de mesure, de récolte ou d’exploration sous-marine, en passant par les objets d’art, d’ethnographie et les collections iconographiques. Ici, art et science sont liés.

photos-janvier2011-0034.JPGPlusieurs dizaines de milliers d’objets dont presque tous ont une origine marine se bousculent ici : Invertébrés, poissons, tortues, oiseaux, mammifères marins, algues… Des espèces, minutieusement référencées, le plus souvent localisées sur des cartes dès leur prélèvement ou récoltes. Parmi ces spécimens, certains ont une importance particulière, ce sont des types.

photos-janvier2011-0302.JPGphotos-janvier2011-0306-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La collection est également riche de spécimens provenant d’illustres expéditions comme celles du Talisman (1883), du Pourquoi Pas (1908-1910) ou encore de la Calypso (1961-1982).Sa richesse, sa valeur scientifique, les nombreux “types” qu’elle renferme (individus ayant servi à la description de nouvelles espèces) en font une collection de référence fréquemment consultée par des chercheurs internationaux et mondiaux.

photos-janvier2011-0100.JPGLe musée se divise donc en trois zones distinctes : Aquarium (au sous-sol) : Il se divise en deux grandes zones : une zone tropicale (océan Indien, océan Pacifique, mer Rouge, mer des Caraïbes) comportant notamment un aquarium tropical géant de 450 000 litres d'eau (inauguré en 2000) renfermant quelques spécimens de requins et de tortues marines ; et une zone tempérée (mer Méditerranée et océan Atlantique proche). Sur les 638 espèces de poissons actuellement recensées en Méditerranée, plus de 100 sont présentées à l'Aquarium.

photos-janvier2011-0085.JPGphotos-janvier2011-0115.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Aquarium propose également de découvrir quelques poissons d'eau douce comme piranhas, discus ou esturgeons. C'est au total 90 bassins pour découvrir la faune et la flore de ces zones. Puis il y a les expositions temporaires et permanentes (au rez-de-chaussée) : Un siècle d'histoire de l'océanographie avec des expositions permanentes telles que "Art de la nacre, coquillages sacrés" et "Découverte de l'Océan". Le Prince Albert 1er a voulu montrer au public des œuvres d'art faites à partir des êtres vivants de la mer et notamment les coquillages. Environ 800 objets sont ainsi exposés. Une salle de conférence se trouve également au rez-de-chaussée, elle diffuse des films de l'odyssée sous-marine de Cousteau.

photos-janvier2011-0300-copie-1.JPGDepuis  2010, L'exposition temporaire "Le Musée océanographique, 100 ans déjà" raconte en images l'aventure de la construction de ce Temple de la mer. Elle rend hommage aux "bâtisseurs" du Musée : ceux qui ont contribué à son édification et ceux qui ont vécu son ouverture au public. Enfin au 1er étage, il y a la salle d'Océanographie zoologique avec sa collection de squelettes de cétacés.

photos-janvier2011-0121-copie-1.JPGphotos-janvier2011-0324.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La majeure partie des squelettes de mammifères marins du musée proviennent des 28 expéditions océanographiques du Prince Albert 1er menée en Méditerranée et dans l'Atlantique nord entre 1884 et 1915. On y trouve le squelette d'une baleine de 20 m, de cachalots, d'orques, de narvals. On y admire également des animaux naturalisés (requins, poissons-scie, tortues ou crabes géants du japon)...

photos-janvier2011-0316.JPGLe 1er étage présente également les maquettes des quatre navires océanographiques du Prince Albert 1er et un laboratoire grandeur nature installé en 1911. Impossible donc… de vous faire un seul article sur ce musée merveilleux. Alors cette visite, s’effectuera en deux parties et pour l’heure celle-ci aura la priorité du rez de chaussée et du 1er étage, ainsi qu’une vue d’ensemble du bâtiment extérieur. Le second article sera consacré aux aquariums. Au moment de ma visite (12 janvier 2011) l’exposition temporaire est consacrée à la Méditerranée.

photos-janvier2011-0014-copie-1.JPGphotos-janvier2011-0026.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Une mer au milieu des terres », comme son nom l’indique ; la Méditerranée se présente comme un immense lac, creuset de cultures et berceau de la civilisation occidentale.
Sa situation stratégique, ses côtes extrêmement découpées, son climat propice expliquent tout à la fois son importance dans l’histoire de l'humanité et sa place actuelle. Sa faune et sa flore sont également exceptionnelles. Cette mer représente moins d'1% de la surface des océans de la Terre, pourtant elle renferme 10% des espèces vivantes marine...

photos-janvier2011-0042.JPGAvec « Méditerranée », le Musée océanographique de Monaco poursuit son ouverture à l’art contemporain. L’œuvre inédite réalisée à la demande du Musée, par l’artiste chinois de renommée mondiale Huang Yong Ping, a créé surprise et émerveillement ..

photos-janvier2011-0047.JPG

photos-janvier2011-0052.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En arrivant dans l’immense hall d’entrée du musée océanographique de Monaco on aperçoit une énorme pieuvre qui enroule ses tentacules autour des colonnes gréco Romaines. Accueillant le visiteur, cet animal hybride impressionnant, proche de la pieuvre, occupe le plafond du salon d’honneur de ses 25 mètres d’envergure, et de ses 8 tentacules parcourant l'espace. Son nom : “Wu zei” qui est le nom chinois de la seiche.  ( prochainement dans la seconde partie: les aquariums)

 

                            DIAPORAMA DE LA VISITE

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 20:03

 photos-janvier2011-0180.JPG

La route qui remonte doucement de la vallée à Saint Paul de Vence est bordée d’arbres fleuris et d’oliviers centenaire ou l’on découvre les panneaux qui annoncent déjà la couleur de l’art : La fondation Maeght … musée qui possède l'une des plus importantes collections de peintures, sculptures, dessins et œuvres graphiques d’art du XXème siècle (Bonnard, Braque, Calder, Chagall, Chillida, Giacometti, Léger, Miró). En arrivant avec ma moto au pied des remparts en ce mois de décembre très hivernal pour la plupart des régions de France, la douceur de Saint Paul m’envahit tout de suite l’esprit de son regard merveilleux. Saint Paul est la, devant moi, provocant l’azur et l’horizon dressé sur son éperon, dominé par son campanile, sa silhouette affinée par les siècles, intacte….. Saint Paul de Vence à chaque fois que j’y viens, m’éblouie de sa grâce et de l’impatience de la retrouver.

photos-janvier2011-0186.JPG Sur le Nice Matin de la semaine précédente, la publicité annonçait que les artistes exposaient dans la rue pour les fetes de Noel. Je ne me fis donc pas prier pour  aller vite admirer les œuvres de ces maitres de l’art. Même si je n’y comprends tout juste qu’un « beignet » dans l’art, j’en apprécie tout de meme l’habileté et les émotions des artistes.

photos-janvier2011-0029.JPGphotos-janvier2011-0030.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plupart des touristes voient Saint Paul de Vence à travers son mythe. Moi, je le regarde tout simplement comme un village de mon département que j’ai toujours connu et qui se trouve à quelques minutes de mon domicile. Je connais presque par cœur le dédale de ruelles médiévales, cette place à l’ombre des platanes ou les plus célèbres parties de pétanques ont vu le jour entre Henri Salvador, Yves Montant ou César. Mais ici, on joue aux boules si on veut ou bien on se promène sur les remparts en regardant la méditerranée et les Alpes. C’est la liberté ! L’art de vivre de notre sud en hiver.

photos-janvier2011-0053.JPGphotos-janvier2011-0054.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je sors d’une boutique d’art, je m’assois sur la margelle de la fontaine et je m’imagine qu’il existe toujours un endroit sur ma cote d’azur ou il fait bon vivre… Ce n’est pas  Verlaine qui me contredira, lui qui a tellement écrit sur Saint Paul de Vence.

photos-janvier2011-0056.JPGphotos-janvier2011-0090.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les artistes sont tellement nombreux à avoir pris possession de ce village que chaque pierre de la cité médiévale chante les louanges de leurs œuvres. Les couleurs de la campagne et la lumière de la cote d’azur attirent à l’aube du XXe siècle les plus grands peintres de la planète tel Signac, Picasso, Tobiasse, Zivo ou Dufy… puis ce sont poètes, écrivains, sculpteurs, comme jacques Prévert, James Baldwin, Marc Chagall, Calder, Fernand Leger ou Soutine.

photos-janvier2011-0062.JPGphotos-janvier2011-0071.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La liste est tellement longue des amoureux de Saint Paul  qu’en visitant la fondation d’Aimé et Marguerite Maeght, on découvre les œuvres faites spécialement par giacommetti, braque, bury, Miro, Tal Coat et inauguré par André Malraux pour la cité. Folon en a même tout spécialement décoré la chapelle des pénitents blancs. Aucune cité au monde ne peut se targuer d’avoir une telle concentration  d’artistes créateurs comme saint Paul.

photos-janvier2011-0086.JPGphotos-janvier2011-0106.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une source d’inspiration et une véritable tradition vivante. Puisque les artistes de nos jours s’appellent : Kiki Giuliana, Michel Degay, Alarçon Dalvin, Zita Landy, Paul Antonescu, Anou Paolini, Guy Pieters, Dung Bui, Vladimir Rustinoff, Joël Guyot. Tous de véritables institutions reconnues sur le marché de l’art international.
Art contemporain, art singulier, naïf ou figuratif …. A Saint Paul, les artistes de talent côtoient Koons, Niky de Saint Phalle, Modigliani, César ou Ben.

photos-janvier2011-0114.JPGphotos-janvier2011-0116.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dois-je continuer ma liste ? Mais bien sur ! On ne peut passer sous silence tous les chanteurs qui ont immortalisé Saint Paul et qui y ont habité ou qui y habitent encore :
C’est « A Saint-Paul-de-Vence » que chante Yves Montand, Charles Trenet et Nationale 7 ou encore Michel Sardou dans la Java de Broadway.

photos-janvier2011-0131.JPGphotos-janvier2011-0119.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques Prévert qui a vécu jusqu’a la fin des années cinquante a écrit Fatras. Il se liera d'amitié avec André Verdet autre artiste saint paulois polyvalent (poète, peintre, musicien et cosmologue). Samivel, Jean Giono et James Baldwin ont également vécu à Saint Paul. D'autres écrivains comme Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Colette, André Gide, Paul Valéry, la liste est loin d'être exhaustive ont résidé à Saint Paul.

photos-janvier2011-0155.JPGphotos-janvier2011-0160.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les acteurs de cinéma ne sont pas en reste non plus ! Depuis le célèbre mariage de Simone Signoret et Yves Montand en 1951 jusqu'à celui, plus récent de Arielle Dombasle et Bernard-Henry Lévy en 1994, on à compté : Lino Ventura, Fernandel, Gérard Philipe et même y résident actuellement  Michel Boujenah ou Aldo Maccione.

photos-janvier2011-0164.JPGphotos-janvier2011-0165.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et la pétanque me direz-vous ! Quoi la pétanque ?  Elle a été inventé ou la pétanque ? Suivez mon regard vers le sud !.
Située à l’entrée du village de St Paul, la place Charles de Gaulle, baptisée ainsi après la visite du Général en 1948, est surtout connue sous le nom de place du jeu de boules. La pétanque se pratique sur cette place du lever au coucher du soleil, Bien que l'existence de ce jeu de boules si cher à la région remonte à l'Antiquité, les Provencaux aiment à raconter qu'ils en sont à l'origine.

photos-janvier2011-0166.JPG

photos-janvier2011-0168.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1910, alors qu'un de ses amis, perclus de rhumatismes se déplaçait avec difficulté, un certain Ernest Pitiot imagina de lancer la boule les pieds joints, "pe Tanque" en langue locale, dans un cercle dessiné sur le sol. Ainsi naquit la Pétanque qui acquit de véritables lettres de noblesse en faisant d'artistes aussi célèbres que les peintres Chagall et Matisse, le sculpteur Mancini, ou encore les comédiens Fernandel, Yves Montand et Lino Ventura de vrais adeptes. Ces derniers, avouaient retarder quelquefois les séances de tournage d'un film qui se passait sur la Cote d'Azur  ou au studio de la Victorine pour pouvoir profiter de leurs interminables parties. "Lorsqu'une partie de boules commence à saint Paul, c'est tout le village qui renaît" disait Marcel Pagnol.

photos-janvier2011-0121.JPGphotos-janvier2011-0099.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors oui ! Saint Paul de Vence n’est pas dans la liste officielle des plus beaux villages de France. Alors me direz vous, qu’est ce qu’ils sont bien venus faire tous ces « people » C’est parce que, celui-ci est tout simplement le plus beau village du monde …(Célestin Freinet instituteur à Saint Paul).

                         DIAPORAMA DE LA VISITE

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 13:15

photos-janvier2011-0041.JPG Au départ, j’envisageais de faire un article sur le salon, puis en y réfléchissant bien, je me suis dit : pourquoi ne pas consacrer plus tard un article sur la cuisine piémontaise et me consacrer maintenant sur le thème de la Saint Valentin dont l’illustrateur Peynet est l’une des figures les plus représentatives de la ville d’Antibes. Puis, même si j’ai déjà consacré plusieurs articles sur la cité Azuréenne (Eillen Roc, Villa Thuret, Chemin des douaniers, Fort Carré), celle-ci est toujours très attractive…
Dans de nombreux pays du monde, le 14 février est un moment magique, fait d’amour et de tendresse. Mais comment est né cette fête tellement attendue.

photos-janvier2011-0033.JPG La date de célébration de la fête de la Saint Valentin a été décidée par le Pape Gelasio I, en 496. Mais il semblerait que la légende de saint Valentin viendrait de l’habitude d’offrir aux garçons et aux filles qui traversaient son jardin, quelques fleurs. Ainsi, deux jeunes gens sont tombés amoureux et ont vécu heureux, ensemble. Dès lors, il arrivait souvent que les couples, en passe de se marier, de même que les fiancés, vont en pèlerinage en l’honneur du Saint, si bien que ce-dernier ait été rapidement contraint de réserver une journée par an à la bénédiction nuptiale générale. Le jour déterminé a été le… 14 février.

photos-janvier2011-0044-copie-1.JPG  La nouvelle s’est diffusée dans le monde entier et le 14 février est ainsi devenu l’une des fêtes les plus appréciées de l’année, arrivant jusqu’à nous, avec l’usage de s’échanger des fleurs, des mots doux… et des chocolats !
Que cette histoire soit vraie ou fausse, peu importe: convaincre les femmes et les hommes de dédier au moins une journée par an à l’amour est un miracle que d’autres grands Saints n’auraient, sans doute, jamais pu réaliser.
Le chocolat devient donc le symbole de l’amour ! Mais d’où vient-il-lui aussi ?

photos-janvier2011-0122-copie-1.JPGphotos-janvier2011-0136.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chocolat arrive en Europe, des Amériques, il y a environ cinq siècles. Auparavant ignoré, puis adulé, ce magnifique produit avait déjà une importance notoire auprès des populations pré-colombiennes.
L’arbre du cacao, qui produit les graines qui font la poudre pour réaliser le chocolat, est extraite, grandit spontanément le long des bassins de l’Orénoque et du Rio Grande. L’histoire nous dit que les premiers à exploiter cette plantes ont été les Mayas, déjà vers 1 000 avant JC. Ils le considéraient comme étant la boisson de Dieu. Par la suite, les Aztèques en ont produit. Le chocolat avait, pour ces civilisations, une valeur mystique et religieuse. Il était consommé par les élites au cours de cérémonies ou offert comme sacrifice aux divinités.

photos-janvier2011-0148.JPG Il était également utilisé comme monnaie d’échange, de compte et d’unité de mesure. Afin de se rendre compte de sa valeur, il suffit de penser qu’avec cent graines de cacao, il était possible de s’acheter une enclave, alors que pour un lapin, 10 graines suffisaient. Pour les Aztèques, le cacao avait vraiment une origine divine: selon la légende, le dieu aztèque Quetzalcoàtl, parti pour défendre l’Empire en guerre, a laissé sa femme, seule, pour prendre soin de ses richesses. Rapidement, les ennemis ont tenté de la contraindre de révéler le lieu dans lequel leurs biens se trouvaient, mais celle-ci ne céda aucunement à la menace.

photos-janvier2011-0155-copie-1.JPG photos-janvier2011-0153.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pour se venger de la princesse qui continuait de se taire, ils l’ont tuée et, pour chaque goutte de son sang tombée, une plante de cacao est née, ayant des fruits “amers tels que les souffrances de l’amour, forts comme la vertu, rouges comme le sang”. Quand il est rentré de la guerre, le mari a cueilli les fruits et a voulu, par leur biais, exalter la fidélité que sa femme paya de sa propre vie, en les rendant sacrés et précieux. La graine de l’arbre de cacao, en son honneur, a été appelé cacalhualt, puis chocolat ! … il ne pouvait, en effet, y avoir qu’une histoire d’amour à l’origine du terme chocolat !

photos-janvier2011-0188.JPG Si le chocolat est le symbole de l’amour, Antibes la deuxième plus grande ville du département des Alpes Maritimes symbolise l’imagerie populaire « des amoureux » de Peynet. L’histoire de Peynet dans l’ancienne cité « d’Antipolis » est une histoire d’amitié, entre un homme et une ville. L’attachement de Raymond Peynet pour la cote d’azur et plus particulièrement pour Antibes, nait des premières vacances passées en famille au bord de la méditerranée en 1947. Charmés par les couleurs, la lumière et la beauté des lieux, le couple va très vite faire l’acquisition d’une propriété.

photos-janvier2011-0091-copie-1.JPGphotos-janvier2011-0086-copie-2.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j'ai rencontré Mamikéké qui jouait à la petanque 

  

La ville, déjà habituée aux séjours de nombreuses personnalités artistiques (Picasso) est heureuse de recevoir ce dessinateur dans sa commune. L’artiste va dés lors participer par l’exercice de son art à l’essor de nombreuses manifestations antiboises et pour chaque rassemblement festif, on retrouve les célèbres amoureux mis en situation avec un égal humour et une même tendresse.
Il existe dans le monde 4 musées dédiés à l'œuvre de Raymond Peynet, 2 en France (Antibes, Brassac les Mines) et 2 au Japon (Karuizawa et Mimasaka). A Antibes plus de trois cents œuvres de l'artiste (lithographies, gouaches, encres de Chine, porcelaines, poupées, eaux fortes, etc...) sont exposées. D’ailleurs à chaque mariage la ville d’Antibes offre un diplôme avec la lithographie des « amoureux de Peynet » aux nouveaux époux. « Antibes » et « Amour » commence bien avec  un grand A.

photos-janvier2011-0206-copie-1.JPG

Le chocolat et le régime de l’amour

 
Vous adorez le chocolat, mais vous avez peur de grossir ? En effet, 100g de chocolat fondant développent quasiment 500 calories! Essayez donc le régime de l’amour: c’est un excellent remède contre les kilos en trop… et c’est aussi divertissant !!!

photos-janvier2011-0092-copie-1.JPG

photos-janvier2011-0119-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau comptant les calories sexuelles

 

Il est désormais prouvé que l’activité sexuelle est un excellent exercice physique, mais récemment, des études semi-scientifiques sérieuses et approfondies ont permis de calculer la réelle dépense physique des différentes activités sexuelles. Je reporte donc, ci-après, les résultats de cette pseudo-recherche scientifique.

photos-janvier2011-0181.JPG Enlever les vêtements de son partenaire:
Avec son consentement: 12 Calories
Sans son consentement: 187 Calories

Enlever ses sous-vêtements:
Avec les 2 mains: 8 Calories
Avec une seule main: 24 Calories
Avec les dents: 95 Calories

photos-janvier2011-0197.JPG Préliminaires:
Avec hâte: 12 Calories
Sérieusement et de manière approfondie: 85 Calories

Positions du Kamasutra:
Missionnaire: 18 calories
Libellule: 78 calories
Le bateau sur l’eau: 104 calories
Antilope: 140 calories
Position de l’éléphant: 205 calories
La visite: 305 calories
L’ascenseur: 397 calories
L’étourneau: 515 calories

photos-janvier2011-0214.JPG Atteindre le plaisir:
Simuler l’orgasme (hommes): 29 Calories
Réel: 122 Calories
Simuler l’orgasme (femmes): 315 Calories

Et ensuite
Rester au lit: 10 Calories
Rester couchés et câliner: 35 Calories
Se lever immédiatement: 47 Calories
Expliquer pourquoi on se lève immédiatement: 820 Calories

photos-janvier2011-0129.JPG Se rhabiller:
Avec calme: 30 Calorie
Avec hâte: 86 Calorie
Alors que ses parents frappent à la porte: 1212 Calorie
Alors que son mari/sa femme frappe à la porte: 3524 Calorie

 

                           DIAPORAMA DE LA BALADE

 

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 09:25

photos-janvier2011-0012.JPG Les festivités ont commencé à la bastide Saint-Antoine pour une présentation du salon de la truffe par invitation semi privé (clients et officiels). Après avoir fait le tour des trufficulteurs, je m’avance vers le maitre des lieux au sourire toujours aussi legendaire.Notre chef étoilé est très convivial et abordable. Il n’hésite pas à me consacrer un petit moment pour répondre à mes questions, alors que les invités présents sur la terrasse sont les huiles du département.  Jacques Chibois et la truffe, c'est un peu une histoire d'amour, c'est lui qui le dit d'ailleurs. « Je suis né avec une truffe à la main et les fesses dans une assiette ! » Mariage idéal pour un grand chef.

photos-janvier2011-0149.JPGphotos-janvier2011-0071-copie-1.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fêtes passées, les chefs Azuréens montrent une réelle ferveur pour la truffe, parce qu’en janvier (nous sommes le 08) elle a mûri et a trouvé sa maturité. Elle s’annonce donc meilleure, et elle est à un prix plus abordable (900€ le kilo). Le  Marché de la Truffe à Grasse et au Rouret tombe à pic.
Un véritable double marché complémentaire ! Le premier, pour la connaissance du produit et la découverte de son goût, le second pour la connaissance de sa culture et de son ramassage, avec un dénominateur commun : deux chefs talentueux, Jacques Chibois à Grasse et Daniel Ettlinger au Rouret, qui s’évertuent à valoriser la truffe pour de grands moments de plaisirs gustatifs.

photos-janvier2011-0014.JPG  Jacquou Isordi : elles sont pas belles mes truffes !

 

Pragmatiques et fédérateurs, les deux chefs « ambassadeurs » défendent une fois de plus les agriculteurs des Alpes Maritimes et montrent tout leur bon sens à vouloir encourager ces derniers à préserver les espaces de campagne, la richesse du sol, en augmentant, année après année, les superficies trufficoles. Cette année encore, ce sont près de 3 000 « truffophiles » qui iront à la poursuite du diamant noir dans le 06. Entre la visite commentée du champ truffier expérimental et une conférence sur la truffe et sa culture dans notre département, nos deux chefs ont prévu, dans leur menu spécial truffe : carpaccio aux truffes fraîches aux légumes croquants et copeaux de parmesan, brouillade d’œufs aux truffes, asperges et coquilles saint Jacques aux truffes fraîches, pièce de veau fermier aux légumes de saison, sauce Périgueux à la truffe fraîche, fromage, pomme rôtie au Calvados, polenta vanillée et sauce caramel. Inutile de vous dire si cela était bon !

photos-janvier2011-0017.JPGFruits de saison bio en pays Niçois 

 

La Bastide Saint-Antoine de Jacques et Odette Chibois a perdu ses 4 étoiles luxe pour entrer dans l'univers ultra-sélect des hôtels 5 étoiles, selon la réforme du classement hôtelier français adopté en juillet 2010. La bastide se retrouve donc dans la cour des très grands, aux côtés des monstres de l'hôtellerie que sont le Carlton, le Martinez et le Negresco avec une petite structure à taille humaine. Ici, au milieu de l’oliveraie Grassoise, il existe un esprit maison, un art de vivre, du calme et de la sérénité et plus de temps et d'attention pour le client.

photos-janvier2011-0021.JPG

Treize ans après l'ouverture, la Bastide affiche donc ses 7 étoiles : 5 pour l'hôtellerie et les 2 du guide Michelin côté gastronomie. De l’avis de jacques Chibois la cuisine Provenço/Nissarde aura toujours quelque chose d'exotique. Elle est plus simple, plus légère, plus aromatique. On obtient des plats avec une base approfondie et délicate, auxquels s'ajoutent les couleurs et les saveurs méditerranéennes. Cela donne une cuisine très réactive et très élégante, elle est « Too Much » comme dirait les gastronomes britanniques « the best of all ».

photos-janvier2011-0134.JPGphotos-janvier2011-0010.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques me raconte : J'ai connu l'huile d'olive tardivement. Quand j'étais jeune, on allait en Espagne mais il n'y avait pas d'huile d'olive de qualité. Petit à petit, l'huile d'olive est devenue un produit reconnu. C'est en venant dans la région Cannoise que j'ai découvert qu'il existait d’excellentes huiles d'olive. Il y a autant de cépages pour l'huile d'olive que pour le vin. Les oliviers poussent dans les mêmes endroits que les vignes et varient en fonction des terroirs, de l'ensoleillement, des nappes phréatiques...

photos-janvier2011-0029-copie-1.JPG Et puis, il y a eu la découverte des bienfaits de l'huile d'olive pour la santé … Au niveau de la cuisine, l'huile apporte finesse et délicatesse. Quand vous cuisinez avec du beurre, c'est plus lourd, plus écœurant. L'huile d'olive est plus légère, plus goûteuse... (Je ne l’arrête plus de parler). En 1982, je suis devenu le Chef du Royal Gray d’Albion à Cannes, et en 1996, j'ai décidé de m'installer. J'avais ce rêve depuis mon apprentissage et pendant quatre ans j'ai cherché une demeure sur la région Cannoise et Grassoise.

photos-janvier2011-0073.JPGphotos-janvier2011-0080.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis un jour j'ai trouvé : 5000 m² habitable sur 5 hectares d’oliviers millénaires dans une bastide du XVIIIe siècle au milieu d’un parc botanique surplombant la baie de Cannes. Le rêve absolu ! Pour en revenir à l'huile d'olive, j'en mets dans mes  desserts. Je sers des fraises avec de l'huile d'olive marinée à la vanille, des olives confites et des glaces à l'huile d'olive. Aujourd’hui le mariage de la truffe et de l’olive est le sommet de ce RDV exceptionnel….

photos-janvier2011-0097.JPG Un parfum de mystère plane sur la récolte de truffes qui vient de commencer dans les Alpes-Maritimes depuis la fin de l’année 2010. Avec 110 propriétaires à la tête de 180 hectares de truffiers. Le département ne rivalise pas encore avec la production Varoise, haut lieu de la tubermelanosporum, mais, joue sur la qualité exceptionnelle. La truffe fascine et intrigue. Véritable pépite d'or noir pour ceux qui la cultivent, ingrédient raffiné pour les gourmets...

photos-janvier2011-0103.JPGphotos-janvier2011-0087.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis des siècles, cette grande dame de la gastronomie locale honore les mets auxquels elle apporte saveur et fragrance. Son nom a une consonance magique, voire miraculeuse, pour ces producteurs qui la négocient 900 euros le kilo, et plus cher lorsqu'elle est sauvage ! Car les truffes qui entrent dans la composition de mets raffinés, sont issues de l'agriculture bio. Et la région PACA apporte à elle seule 80 % de la production française qui s'élève à 40 tonnes par an. Mais les trufficulteurs ne seraient rien sans leurs compagnons indispensables.

photos-janvier2011-0123.JPG Le chien truffier pratique le cavage, une activité très ancienne qui consiste à rechercher des truffes enfouies. Le terme provient de " cavadou " qui est l’instrument qui sert à les déterrer. Depuis plusieurs décennies, le chien a remplacé le cochon dans la recherche des truffes car il localise les truffes aussi bien que le cochon mais surtout ne les mange pas !! La saison de recherche des truffes commence en décembre pour s’achever en février.

photos-janvier2011-0122.JPGphotos-janvier2011-0066.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour l’instant à la bastide, nos amis trufficulteurs font des démonstrations de leurs chiens. Le chien doit trouver et marquer de la patte l’emplacement de 6 truffes ensevelies, dans un espace carré de 15 mètres de côté. Le chien ne doit pas marquer 2 fois de suite la truffe, ni le déterré, ni la manger. Nous aurons droit à 2 catégories de concours : la classe A pour les débutants de mois de 10 mois et la classe B pour tous les chiens ayant une expérience suffisante et ayant déjà concouru dans la classe A.

photos-janvier2011-0039.JPG photos-janvier2011-0055.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les chiens reçoivent un qualificatif en fonction de leurs prestations : Excellent pour ceux qui ont obtenus au moins 70% des points, Très Bon pour ceux qui ont obtenus au moins 60% des points, Bon pour ceux qui ont obtenus au moins 50% des points. Tous les chiens sont aptes à pratiquer le cavage mais il faut tout de même qu’il ait un caractère joyeux, très équilibré et prêt à tout pour satisfaire leurs maîtres. Le chien cherche avec d’autant plus de plaisir que son maître le félicite et ai fier de lui. Aussi, on rencontre assez fréquemment des Bearded Collie, ou des Labrador par exemple.

photos-janvier2011-0127.JPG Les chiens qui excellent dans le cavage ne marquent que les truffes arrivées à maturité et laissent les autres en terre. Pour arriver à de tels résultats, il est indispensable de commencer l’apprentissage très tôt. Encore une fois, j’ai donc associé plaisirs culturels et plaisirs gustatifs, d’autant plus qu’avec ce 08 janvier nous avons retrouvé notre soleil ! Que demander de plus hein …

                        DIAPORAMA DE LA BASTIDE

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 13:40

photos-septembre-2010-0181-copie-1.JPG Le département des Alpes Maritimes est riche d’une diversité géographique de paysages naturels et agricoles comme nulle part ailleurs. La biodiversité y est exceptionnelle. Parmi les éléments concourant à cette grande richesse naturelle, il faut inclure les jardins. La route des jardins de la cote d’azur 3 eme épisode peut commencer. Je vous rappelle au passage que cette promenade et ces photos ont été faite en hiver sur la Cote d'Azur.

photos-septembre-2010-0022-copie-3.JPG Parmi la cinquantaine de « jardin remarquable » de la cote d’azur, certains sont propriétés de l’état ou de la commune, d’autres sont à d’heureux propriétaires privés et certains d’entre eux vous diront tout naturellement : « pour faire un jardin, il faut un morceau de terre et de l’éternité ». Ils sont autant de récits et de moments de l’histoire qui ont contribué à la constitution de ce riche patrimoine qui fait aujourd’hui la splendeur des Alpes Maritimes, département ainsi nommé depuis l’époque Romaine.

photos-septembre-2010-0050.JPGCyphomandra:Arbre à tomates tamarillo fruit exotique origine d'Amérique du sud.Très cultivé en Nouvelle Zélande 

  Ces jardins  nous parlent des rapports que les habitants de ce territoire béni des Dieux ont entretenus avec le monde méditerranéen et au delà avec l’Afrique et l’Orient, des échanges culturels et commerciaux entre ces mondes. Ils sont aussi des lieux ou s’expriment l’art (depuis ses formes les plus baroques jusqu’aux plus contemporaines) et la science des botanistes et des horticulteurs par leurs créations de nouvelles variétés adaptées au climat de notre département.

photos-septembre-2010-0069.JPG Les jardins sont bien des prolongations naturelles d’une conception de la vie et de la philosophie rendue visible et c’est pourquoi ce département est à nul autre pareil pour la beauté de ses jardins. Partons ensemble pour la visite de l’un des plus beaux, peut-être même le plus beau, en tous les cas le plus incroyable: Le val Rahmeh de Menton.

photos-septembre-2010-0086.JPG Le domaine s'est structuré, dans une confusion organisée qui fait son charme, aujourd'hui encore. Il comporte une villa, la maison du jardinier et un jardin divisé en deux parcelles attenantes. Dépendant du Muséum d’Histoire naturelle, le domaine affiche un rôle affirmé de jardin d’acclimatation et de conservation d’espèces rares, exceptionnelles ou disparues dans la nature comme celui de son voisin Maria Serena ou encore le jardin exotique de Monaco.

photos-septembre-2010-0141.JPGphotos-septembre-2010-0185.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le climat exceptionnel de Menton a permis d’introduire, d’acclimater et d’entretenir dans le jardin quelques 1700 taxons (espèces, sous-espèces et variétés).Oasis de silence, lieu de détente offrant au visiteur de l'été comme de l’hiver, l'ombre légère de ses allées et la fraîcheur de sa fontaine et de ses bassins, la douceur de son climat hivernal, le jardin bénéficie d'un aménagement original. Il met en scène les plantes qui entretiennent un rapport privilégié à l'homme.

photos-septembre-2010-0114.JPG Outre les plantes magiques et médicinales, tabac, pavots, khat, pervenche de Madagascar, le jardin compte de nombreuses plantes alimentaires fruitières telles que l’avocatier, le papayer, le goyavier, des bananiers, Néflier du Japon, Kiwi, Canne à sucre, Théier, Cacaoyer, la sapote blanche et un de leurs cousins chinois  le Musella Lasiocarpa, le jardin possède aussi une riche collection d'agrumes et plus de 80 palmiers différents qui s’épanouissent sous le microclimat mentonnais et sur les aracées aux énormes feuilles, comme le taro.

photos-septembre-2010-0137-copie-1.JPG Le jardin est si riche qu’il est difficile d’avoir l’œil partout, on se croirait dans une véritable jungle tropicale. Dès l'entrée du jardin, le ton est donné : Exubérance des bambous géants  du genre Dendrocalamus immanquables de la rue, bambous du sud est asiatiques atteignant 20 mètres de haut avec une circonférence de 50 cm, puis majesté de l'allée d'accueil bordée de Phoenix canariensis et fleurie notamment d'Heliconia latispatha rouge vif. Ce n’est qu’enchantement dans cet éden végétal ! Plusieurs plantes rares et endémiques y sont conservées précieusement.

photos-septembre-2010-0201.JPGphotos-septembre-2010-0040.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jardin du Val Rahmeh assume une fonction de conservation, illustrée par l'histoire du Sophora toromiro. Endémique de l'île de Pâques, cet arbre de la famille des légumineuses, qui mesure à peine 5 mètres de haut, est largement répandu lors de l'arrivée des premiers colons polynésiens. Son bois rouge, dur et imputrescible est utilisé pendant des siècles par les sculpteurs pascuans pour confectionner des statuettes et des objets cérémoniels.  Il est surexploité par une population devenue trop nombreuse et déchirée par des luttes fratricides. Le Sophora toromiro disparaît de l'île, à l'exception d'un unique spécimen qui réussit à survivre à l'intérieur d'un volcan qui deviendra bientôt inaccessible... Le Val Rahmeh cultive depuis plus de 10 ans ce ligneux en voie d’extinction qui se plait particulièrement à Menton sous ce microclimat idéal pour l’acclimatation des plantes sub-tropicales.

photos-septembre-2010-0044.JPG  Si l’histoire de Val Rahmeh démarre avec l’une des plus vieilles familles de la noblesse Mentonnaise, celui-ci prend son véritable envol avec l’achat de la propriété par Lord Percy Radcliffe ancien gouverneur de l’Ile de Malte, général de l'armée britannique et son épouse Rahmeh (Rahmeh terme arabo-persique d’origine indienne signifie vallon de la tranquillité).

photos-septembre-2010-0099-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0129.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec la dernière propriétaire, Miss May Campbell, une riche Anglaise excentrique, passionnée de fleurs et surnommée la Dame aux daturas, le jardin s'enrichit de belles ornementales. Le 3 mars 1966, elle vend ce jardin à l'Etat. Ouvert au public en 1967, le jardin botanique du Val Rahmeh sera confié successivement au service des cultures du Muséum puis au laboratoire d’ethnobotanique.Pour anecdote le Monsieur qui m'a reçu à l'accueil etait le jardinier de Miss Campbell et il est né dans la propriété.

photos-septembre-2010-0124-copie-1.JPG  Depuis 2001, le domaine intègre par sa spécificité botanique, le département des jardins botaniques et zoologiques du Muséum national d’histoire naturelle. Le jardin présente des arbres exceptionnels : oliviers (plus de 500 ans), des collections de plantes exotiques : palmiers, datura, chorisia, lotus, ... ou disparues dans la nature dans une ambiance unique où s'exprime toute la fragile beauté du monde. Véritable lieu de recherche, d’enseignement et de conservation de collections végétales vivantes, il est également un lieu de calme et de repos. Le Val Rahmeh est une respiration de l’âme.

 

                            DIAPORAMA DU JARDIN

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 21:40

DSCF0021.JPGOn va louer les motos pour la semaine

 

Alors bien sur ! Nous allons refaire toutes les visites et les excursions que nous avons faites au cours de l’année 2003, toujours à l’occasion de cette fête en l’honneur de la plus prestigieuse marque de moto du monde. La Thaïlande, je l’ai déjà faite trois fois ,et je ne m’en lasse pas. Les Thaï sont d’une gentillesse remarquable, la cuisine est délicieuse et les temples sont un émerveillement pour les yeux. Pendant ces quinze jours, nous consacrerons une semaine à Phuket ou nous louerons les motos sur place ,et nous nous rendrons de nouveau à l’hôtel Sun Beach Patong ou nous nous étions super bien amusés en compagnie de l’épouse Thaï d’un français qui tenait cet Hôtel. Les anciens propriétaires ont depuis vendu l'etablissement, à un autre Français originaire d’Alsace, en espérant que l’accueil soit à la hauteur ,de celui que nous avons connu.  Puis nous partirons la semaine suivante pour Bangkok et Pattaya. 

DSCF0082.JPG

Soso sur la Honky Tonk Bike de Clive Barrow

 

Phuket : la première des choses qui nous vient à l’esprit ce sont les plages de sables fins, les cocotiers et les massages thaïlandais.
Mais sur l’ile de Phuket et plus précisément à Patong Beach, chaque année pour le Nouvel an Thaï (Songkran) au mois d’avril, la pittoresque Phuket bike Week rassemble toutes les Harley et custom que le continent asiatique peut posséder !  La fête y est totale, gigantesque, mémorable, coloré. Les souvenirs délirants se chevauchent tellement que l’on attend tellement fortement le moment ou l’on retournera dans ce paradis de la fiesta motarde asiatique.

11.JPG Une hoteliere tres accueillante !

 

Vous avez dit chaud !! Je dirai plutôt bouillant. Les participants sont chauffés à blanc que se soit les touristes surpris par cet événement inconnu pour eux ou les 10000 bikers venu vivre cette kermesse carnavalesque et monumentale. Il va falloir que nous arrivions en forme ,car nous allons très peu dormir pendant cette semaine.

DSCF0086.JPGLes shows bikes ne sont pas d’une originalité débordante (à l’époque, mais tout s’améliore), mais on s’amuse de voir les constructions artisanales faites par le milieu asiatique. Les odeurs de langoustes grillés et les épices de toutes sortes sont un bâton d’encens géant qui compensera l’huile de ricin des motos sur vitaminées qui déambulent sans interruption dans la main street de Patong. 

DSCF0027.JPGDSCF0028.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2003 nous avons passé un séjour mémorable. Le choix de l’hôtel se portera à nouveau sur  l'hôtel Patong Sun Beach qui se situe un peu à l’écart de la bike Week, ce qui nous permettra, quand on voudra se reposer, d’éviter le brouhaha de la concentration et des motos. Car les concerts rock et de musiques  thaïlandaises sont permanant et ne s’arrêteront qu’au petit matin pour repartir dés l’après midi...  Puis il y a Songkran le festival de l’eau auquel des hordes de Thaïlandais se livrent à une bataille d’arrosage avec sceau, canons ou pistolets à eau pendant toute la journée.

DSCF0067.JPGLa fête à l’état pur ! Très violent parfois ! Puisque à l’image du carnaval de Rio, on dénote chaque année plusieurs victimes de cette frénésie inimaginable et totalement débridé.
Enfin ! Les balades seront nombreuses, car faire le tour de l’ile en moto est un plaisir qu’il ne faut pas se priver. Comme celle-ci est reliée à un pont façon "Ile de Ré", on peut aller très loin… Les excursions en bateau sont tout aussi idylliques…. Dans la baie de Phang nga qui ressemble pour beaucoup à celle d’Halong au Vietnam, une multitude d’iles paradisiaques et bien préservés sont légions.

DSCF0053.JPGLa célèbre ile Koh Pinggan immortalisé dans le film l’homme aux pistolets d’or de James Bond ou les iles Phi Phi avec des dégustations de langoustes à la clé ! Ou encore les villages de pécheurs sur pilotis et les jungles tropicales. Puis départ pour Pattaya ou nous allons vraiment vivre le nouvel an thaïlandais dans toute son exubérance.

xxsDSCF0175.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis nous finirons par la capitale Bangkok, une véritable fourmilière ou l’ancien côtoie le moderne. Ville de plus de 12 millions d’habitants avec une palette de monuments les plus remarquables les un des autres. Le Palais Royal, le Wat Pho, le Wat Saket, le Wat Arun. Le mot Wat signifie temple en Thaïlandais. Les marchés flottants et les klongs, sorte de canaux qui parsèment la ville à partir du fleuve Chao Praya sont très pittoresques. Les klongs font découvrir au fil de l'eau maisons sur pilotis, temples, marchés flottants authentiques ou parfois nous apercevrons quelques varans qui s’y baignent !

DSCF0128.JPGLa vie de Bangkok s'organise beaucoup autour de ces Klongs. L'accès aux maisons se fait surtout en bateaux. C’est l’un des incontournables de la capitale du Siam. La encore, nous avions passé des soirées de folie, notamment dans la boite de nuit du plus haut building de Bangkok le Baiyoke Tower II haut de 304 mètres et de 88 étages. C’est nous qui avions fait le spectacle ce soir la et les animateurs de la boite nous regardaient … 

DSCF0030.JPGDSCF0171.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les personnes que cela intéresseraient, pas besoin d’agences de voyages ou de tour operator pour la Thaïlande. Les réservations sont faciles à faire à partir de la France et le prix des hôtels sera trois fois moins chers que le même hôtel proposé par l’agence.. Pour l’avion, notre vol se portera sur Emirats Airways au départ de Nice avec escale à Dubaï. Nous avions trouvé moins cher avec Qatar Airlines au départ de Nice, mais cette compagnie toute ressente chez nous, ne nous a pas trop inspiré !

xh.JPGLes hôtels 4 étoiles supérieur sont aux environs de 35€ (par couple) pour le Patong Sun Beach à Phuket : http://www.patong-sunbeach.com/french/ qui est tenu par un Français.  Celui de Pattaya se portera sur le LK Métropole :http://www.lkpattaya.com/index1.php?p=location.php

et celui de Bangkok sur le Amari Atrium : http://fr.amari.com/atrium/. Qui sont sensiblement au même prix. Les petits déjeuners de buffets gargantuesques sont à 100BT ce qui fait 2,50€. Voila ! On a plus qu’à être en excellente forme car tout est déjà réservé …

                                      DIAPORAMA DU VOYAGE 2003

Repost 0
Published by freerider06 - dans THAILANDE
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:55

 

photos-2010a-0035.JPG

Anciennement  villa Fiesole, La villa Domergue est  réalisée en 1934 sur un terrain acquis au bas de la Californie par Jean-Gabriel Domergue, très influencé par le style italien. Le peintre conçoit le bâtiment et la décoration dans les moindres détails, tandis que son épouse, sculpteur, crée les jardins en terrasses, aménagés de bassins et de cascades.

photos-2010a-0014-copie-1.JPG  Vue de la terrasse sur la baie de Cannes

 

Le jardin, aménagé entre 1926 et 1936, comporte une cascade à l'italienne inspirée de celle de la villa d'Este. Le parc est peuplé de bustes à l'antique et d'objets créés par Odette Domergue. Le sculpteur s'associe aujourd'hui, par son œuvre, au renouveau de l'art décoratif du 20e siècle.
De nombreuses vasques de céramique et de bronze, récoltées par le couple lors de nombreux voyages en Méditerranée, ornent les massifs fleuris, qui font de ce lieu un univers exceptionnel et magique.

photos-2010a-0046-copie-1.JPGJean-Gabriel Domergue décède en 1962 et Odette Maudrange-Domergue lègue la propriété à la  Ville de Cannes en 1973. Selon le vœu formulé de leur vivant par les époux, leurs  corps, jusqu'alors inhumés au cimetière du Grand jas, sont transférés à la  villa en novembre 2000.
A la mort de Domergue, un musée a été installé par la veuve de l'artiste de 1962 à 1973. Le lieu sert aujourd'hui pour les réceptions de la municipalité.
Dans leur somptueuse demeure, Odette et Jean-Gabriel Domergue firent de Cannes la capitale d'un certain art de vivre.

photos-2010a-0056.JPGElaborée avec des matériaux prélevés sur le terrain, la construction de cet édifice reste un des rares exemples architecturaux de l'entre-deux guerres.
Crée dans une période d'aisance, et selon l'inspiration des domaines étrusques qui dominent Florence, la villa se propose comme un écrin dans le paysage cannois.
C’est lui qui réalisa l’affiche du premier Festival international du film de Cannes juste avant la guerre. Par la suite conservateur du Musée Jacquemart-André, il va y organiser de très belles expositions sur Van Gogh, Toulouse-Lautrec ou Goya. Amoureux de la Parisienne, il va la peindre sous toutes ses formes, nus ou pas, mais toujours très coquette et à la pointe de la mode.

photos-2010a-0061.JPGphotos-2010a-0066.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De la Belle Epoque aux Années Folles, de nombreux peintres font de « la Parisienne » leur sujet favori. Parmi eux, un jeune artiste, Jean-Gabriel DOMERGUE, se distingue rapidement : il est peintre, créateur de mode, il met son amour de la femme au service de son talent. « Je suis l’inventeur de la Pin-up » dit-il, « ma première pin-up date de 1912 » : avec lui, un nouveau type de femme vient de naître. Pendant 40 ans, il est l’inspirateur et le magicien des plus grandes festivités de Cannes à Monaco …Il guidera le « Tout Paris »vers la somptueuse riviera. Jean-Gabriel DOMERGUE devient alors le portraitiste de l’Aristocratie française et étrangère, et des femmes de ce monde…

photos-2010a-0067.JPGFils de Gabriel DOMERGUE, nouvelliste, critique d’art, puis rédacteur à « La Liberté » et à « L’écho de Paris » Jean-Gabriel est élève au Lycée de Bordeaux, puis à Paris  au Lycée Rollin, il est passionné de dessin.  Il remporte le premier prix d’un concours de dessin organisé par la ville de Paris, à la suite de quoi, une amie de sa mère lui commande son portrait, il a 14 ans, c’est sa première commande… Il retrouve à Montmartre TOULOUSE LAUTREC, un cousin éloigné ; il fréquente son atelier et en sa compagnie découvre le Moulin Rouge et ses danseuses…

photos-2010a-0054.JPGphotos-2010a-0065-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il emprunte, puis partage  un atelier situé au dessus de l’atelier de DEGAS, rue Victor Massé. C’est dans l’escalier qu’il fait sa connaissance. Malgré un accueil glacial, DEGAS le prend en amitié et après l’avoir mis à l’épreuve en lui faisant repeindre une même porte plus de vingt fois, il lui apprend à regarder et à voir… Pendant plus d’une année. Jean-Gabriel ne regrettera jamais cette période. Il rencontre et  admire BOLDINI à travers  ses descriptions  des élégantes mondaines aux dessins nerveux et sophistiqués, le regard publicitaire de CHERET l’enchante. Il devint rapidement le peintre de nus et demi-nus, d’une coquetterie malicieuse, qui firent sa réputation et sa fortune auprès d’une riche clientèle polissonne et libérée.

photos-2010a-0090.JPGLa femme chez Domergue, brossée avec virtuosité, la révèle mince comme si étirée, le buste élancé en avant comme dans un mouvement d’offre, la poitrine saillante légèrement dévoilée par inadvertance, les reins cambrés dans une toilette moulante, un cou de cygne surmonté d’un même visage de parisienne au nez mutin, élégante et enjôleuse. Dans sa villa de Cannes, les plus belles femmes du monde ont posée pour l’artiste. On peut citer entre autre :

photos-2010a-0093-copie-1.JPGLiane de Pougny – Lucienne Boyer – Spinelly – Lady Owen – Gina Maletti – la duchesse de Grammont –Cécile Sorel – Yvonne de Bray – Virginie Heriot – la comtesse de Chanbrun –Melle de Lespinasse – Gina Lolobrigida – Dora Duby – les Dolly sisters – Anouk Ferjac– Sophie Desmarets – Joséphine Baker – Colette Antony – Magda Tagliaferro– Dorothy Dickson – Mylène Demongeot  – Vega Vinci – Brigitte Bardot – Michèle Morgan – comtesse de Farges – comtesse de Vidal-Quadra –Nadine de Rothschild.

photos-2010a-0364.JPGPartons maintenant à la découverte  de la villa Kerylos à Beaulieu sur Mer.
La villa Kerylos est une villa de style grec antique construite en 1902 sur un promontoire rocheux en bord de mer, à l'est de la baie des Fourmis. C’est un exemple rare de folie d’inspiration hellénistique. Une reconstitution unique au monde d’un fastueux palais de la Grèce Antique.

photos-2010a-0338.JPGLa villa est le fruit d’une collaboration entre l’archéologue mécène Théodore Reinach et le grand architecte Emmanuel Pontremoli.
Tous les deux caressent le rêve de reconstituer une luxueuse maison conçue sur le modèle des maisons nobles de l’Ile de Délos au IIe siècle av. J.-C,  adaptée au tout dernier confort de ce début de XXe siècle. La Villa Kerylos est une invitation au voyage au cœur de l’antiquité grecque.

photos-2010a-0310.JPGTout, de l’organisation des espaces au raffinement de la décoration, a été pensé dans le but de recréer l’atmosphère d’une luxueuse villa grecque. Autour de la villa, le jardin offre une vue splendide sur la presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat et ses magnifiques demeures (villa Ephrussi de Rothschild). Il présente un choix harmonieux de végétation grecque : oliviers et vignes, grenadiers, caroubiers, acanthes et myrtes, lauriers-roses et iris, pins et cyprès, palmiers et papyrus recréent l’atmosphère grecque, sous le soleil de la Côte d’Azur.      

photos-2010a-0323.JPGDés l'entrée, l'ordonnance des pièces, le raffinement de la décoration et la richesse des matériaux utilisés révèlent une sensibilité esthétique et un souci de perfection qui font de cet endroit un lieu magique. Les plus grandes maisons de la joaillerie, de la haute couture et des parfums ne s'y sont pas trompées. Chaque pièce est un hymne à la beauté et à la magnificence : mosaïques, marbres de Carrare et de Sienne, opale, albâtre, ivoire, bois exotique et fruitier, bronze,  stucs délicats...

photos-2010a-0355.JPGPar la splendide réussite de son architecture, cette villa est un lieu de séduction à nul autre pareil.

Les années 1900 furent une réelle Belle Epoque et la grande période de la "riviera". Toutes les têtes couronnées, les grands de ce monde, de nom comme d'argent, se font construire de Nice à Monte-Carlo, de Cannes à Menton, les villas les plus exubérantes. Ils ont laissé un patrimoine inestimable sur la Cote d'Azur.

photos-2010a-0327.JPGphotos-2010a-0356.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pour la villa Kerylos ce fut une entreprise de longue haleine puisqu'il fallut six années à l'architecte, de 1902 à 1908, pour réaliser ce chef-d' oeuvre. Loin d'être une simple reproduction des nobles demeures de l'île de Délos, la villa Kérylos est plutôt une réinvention de la Grèce antique.

photos-2010a-0330.JPGDans toutes les pièces, fresques et mosaïques inspirées de documents antiques représentent des scènes de la mythologie grecque. Entièrement meublée, la villa reconstitue jusque dans les moindres détails le raffinement de la décoration des palais grecs antiques. Trois galeries présentent des moulages grandeur nature des plus belles statues grecques. Elle est classée monument historique.

 

                  DIAPORAMA DES DEUX VILLAS

Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 16:05

photos-septembre-2010-0020.JPG La particularité de nos olives à Nice  est complètement différente de ce que l’on peut trouver dans la Provence voisine.  La qualité première est son arbre : le Cailletier. L'olive de Nice n'est pas une olive verte, mais ce n'est pas toujours non plus une olive noire. Une maturité acceptable ira donc de la véraison à peine terminée, c'est à dire lorsqu'elle passe de la couleur verte à la couleur violet, jusqu'à l'olive d'un beau noir brillant.

0026photos-septembre-2010-0008.JPG 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une olive mûre donnera une huile plus douce, plus abondante mais qui se conservera moins longtemps. Une olive verte donnera une huile plus fruitée et plus typée, qui se gardera mieux mais sera moins abondante. Selon l'altitude, la véraison est terminée de fin octobre à fin janvier et la pleine maturité de fin janvier à fin avril voir fin mai. Mais tout cela varie selon si vous êtes en altitude ou bien sur le littoral. Car, sur un même arbre, il n'est pas rare d'en trouver de totalement vertes et d'autres mûres au point de tomber au sol. C’est un peu la difficulté de ma récolte qui est générale à tous le comté de Nice. Les branches exposées au soleil mûrissent évidement plus rapidement que celle situé à l’ombre, je ne vous apprends rien bien évidemment ! Par exemple celle de mon voisin sont encore vertes au moment ou je fais ma recolte.

 0021 Bien ! Avant de poser les filets, le terrain doit être préparé soigneusement. Je passe donc un petit coup de tondeuse, pour être tranquille pendant un bon moment, car l’herbe en ce mois de Décembre ne pousse plus. Enfin, j’installe les filets ! Le filet est actuellement ce qui se fait de mieux pour recevoir les olives lors de la récolte.  Décembre me parait toujours un bon choix pour récolter mes olives, car trop tard dans la saison, une grande partie de la récolte risque d'être perdue et, trop tôt en automne, les herbes vont pousser entre les mailles et, si l'on ne prend pas la peine de les soulever de temps en temps, on risque de les déchirer lorsqu'il faudra les retirer. Comme en toutes choses, un juste milieu sera le meilleur choix.

photos-septembre-2010-0049-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0050-copie-1.JPG  


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Traditionnellement, la récolte s'effectue dans notre région par gaulage au moyen de longues gaules de noisetier ou de châtaignier. Etant donné la taille de nos arbres, il est impossible de cueillir les fruits à la main comme on le fait parfois en Provence ou les arbres sont des nains …. Hi hi hi

photos-septembre-2010-0027-copie-1.JPG  Le gaulage qui, pour un néophyte semble être une opération simple et rudimentaire, demande un savoir-faire et un doigté résultant d'une longue pratique. Un bon gauleur ne donne pas des coups de bâton à tort et à travers comme un sauvage à la manière des touristes qui viennent nous visiter pendant la saison estivale... Chaque coup de gaule précis et sec frappera les branches chargées de fruits, depuis le centre de l'arbre vers l'extérieur et dans le sens du bois. Non Non ! Le gaulage est un art ou les Niçois sont passés maitre ! Inévitablement des feuilles et des rameaux tomberont avec les olives.

034.JPG Gauler un olivier en grimpant sur les plus hautes branches et se pencher au maximum pour atteindre la branche d’olive pleine à raz bord est une opération dangereuse. J’ai encore le souvenir pendant ma tournée de facteur, d’avoir dit bonjour le matin à un bonhomme qui ramassait ses olives et le lendemain de le savoir mort après une chute de cet arbre. Il est fortement déconseillé de récolter sous la pluie. Grimper sur des branches mouillées est très dangereux car elles sont très glissantes. S’équiper d'un harnais de sécurité qu'on aura fixé à la branche la plus proche, pourrait éviter bien des tragédies. Finir ses jours sur une chaise roulante est la pire des choses qui puisse arriver à un oléiculteur. Je sais ! Vous allez me dire que sur la photo, je n’ai pas pris cette précaution élémentaire mon cher Watson….

009.JPG Un bon gauleur fera tomber plus de cinquante kilos d'olive à l'heure sans en laisser une seule sur l'arbre. Ca, c’est pour un bon gauleur ! Pour mon compte, ce doit être juste que la moitié. Bien sur ! Il existe du matériel plus sophistiqué que la gaule de noisetier ou de châtaignier. La fourche vibrante pneumatique, la brosse rotative électrique, un vibreur de branche portable, ou encore l'utilisation d'engin mécanique équipé de vibreur. Ce sont des tracteurs agricoles sur lesquels est montée une pince hydraulique qui secoue les branches ou le tronc de l'olivier.

006.JPG Alors la ! Oubliez tout de suite cela, nos oliveraies Niçoises sont souvent constituées de restanques ou de « faisses » étroites dont les murs de pierres sèches risquent de s'effondrer au passage d'un engin de ce poids. De plus, le Cailletier est peu adapté à la récolte mécanique et nous avons l’amour de notre oliviers dans le comté Nissart, alors nous laissons cela à nos voisins provençaux qui de toutes manières, ils n’ont plus que des oliviers qui viennent d’Espagne ! hi hi hi  je sens qu’ils vont réagir …

09.JPG Enfin, vient le tri ! Lorsque l'on relève les filets, il n'est pas rare d'obtenir un tas d'une centaine de kilos d'un mélange de brindilles, de rameaux, de morceaux d'écorce et d'olives. Comme j'ai  une petite production, je ne  suis pas équipé en matériel: par exemple un cadre de bois porté par 4 pieds et dont le fond est constitué d'un grillage aux mailles de 4 à 5 cm. Il suffit de secouer ce grillage pour faire tomber les olives et les feuilles et retenir les rameaux. Bon ! J’en vois qui vont dire que c’est simple à bricoler. Je laisse donc le tri manuel à mon épouse et à ma mère. Ah oui ! Vous avez remarqué que j’ai initié Celia à l’art du gaulage. Ok ! J’en vois déjà qui vont dire que je fais de l’esclavage d’enfants, comme on le retrouve dans  certains pays asiatiques. Non non ! Pas du tout, ici, on enseigne les bonnes traditions Niçoises dés le plus jeune âge.

photos-septembre-2010-0058.JPGVoila ! Maintenant, on peut aller au moulin. Les années de bonnes récoltes, certains moulins sont débordés de travail au point qu'obtenir un rendez-vous pour nos olives relève du parcours du combattant. Pour ceux qui auront choisi de faire partie de l'AOC "olive de Nice", il sera interdit de les conserver plus de 7 jours avant de les transformer en huile. C'est pour cela que l'on gaulera les oliviers progressivement et que l'on emmenera sa "motte" plusieurs fois. Certains moulins acceptent une tourne à partir de 150kg. Pour mon compte, je vais au moulin de Sainte Anne à Grasse, ou mon pote ancien facteur en retraite continue la tradition des moulins dit à la Génoise. Le moulin de Saint Anne à plus de 300 ans, mais cette année à cause des normes, il a dut s’équiper en machines modernes et d'un équipement de pointe acquis à Florence en italie en chaîne continue Alfa Laval, la Rolls dans ce domaine, le meilleur materiel au monde... même si l’ancienne pierre continue toujours de tourner.

C_0009.JPGOn dit que l'olivier est immortel. Il peut vivre jusqu'à 1000 ans et, si à cet âge canonique on le coupe, il produira immédiatement un rejet qui vivra lui aussi des centaines d'années. L'olivier est un arbre typiquement méditerranéen, c'est à dire qu'il supporte parfaitement des sécheresses prolongées, mais craint les froids trop vifs et l'humidité stagnante. Il a besoin d'un ensoleillement prolongé et les fortes chaleurs de l'été ne lui font pas peur. Le Cailletier est la race d'olivier prépondérante de Nice. On le trouve également dans la Ligurie italienne et en Corse.

photos-septembre-2010-0066-copie-3.JPG

photos-septembre-2010-0067.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous voyez le Cailletier est comme les hommes de ces trois régions, il a les mêmes origines. C’est un olivier de grande taille, assez vigoureux et qui peut être planté jusqu'à 700 mètres d'altitude .Vous l'avez peut-être remarqué, notre région est une région de montagne où les terrains plats sont plutôt rares. Mais si la difficulté du relief complique sa récolte, nous avons la satisfaction d'avoir le meilleurs olivier de France qui produira une huile d'excellente qualité avec le label AOC ou AOP Nice (appellation d’origine protégée). Une huile d’une grande noblesse….. L'olive de Nice est  réputée pour son goût très fin et ses arômes subtils d'artichaut, d'amande et de noisette. C’est comparable à un vin de Pomerol , un Petrus … le must !

Et puis ! comme on dit chez nous: Qu a de saùvi é de oli di óuliva dins soun jardin, a pas besoun de médecin. Les deux ingredients primordiaux pour la santé !

photos-septembre-2010 0031 A l'année prochaine ! 

 

L'A.O.C Olive de Nice rayonne sur un terroir de 99 communes en coteaux et collines, du Pays Grassois au Pays Mentonnais, de la mer à la montagne.

L'huile d'olive de Nice est issue d'olives cueillies de novembre à avril. Cette huile est extraite de façon naturelle, en première pression à froid, et uniquement dans les 27 moulins de l'aire géographique. L'huile d'olive de Nice peut être fruitée, amande quand elle est primeur ou fruité noisette avec des olives plus mures. Elle peut révéler des arômes d'herbe, d'artichaut, d'anis ou de fruits secs.

 

                        DIAPORAMA DE LA RECOLTE

 

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 09:30

photos-septembre-2010-0030-copie-1.JPG Anne-Marie La Rosa est la maman de Chloé, une petite fille handicapée. Après quelques difficultés pour surmonter le problème, Anne-Marie décide d'aller de l'avant et fonde l'association "Stimuler pour aider à mieux vivre le handicap". Infirmière diplômée, Anne Marie s'adjoint les services de Thierry Garzio président de la protection civile des Alpes Maritimes et sapeur pompier officier, ainsi que du Neuro chirurgien Thierry Desjardins et de quelques bénévoles.

photos-septembre-2010-0022-copie-4.JPGCet accueil pour tous les enfants  handicapés propose de développer l'éveil Multi Sensoriel à travers des exercices, de la musique et de nombreuses techniques proposées par Anne-Marie.
En une douzaine d'années d'existence, l'association a permis à de nombreux parents et enfants de retrouver le sourire grâce à des progrès souvent étonnant. Ce soir dans le cadre d'une soirée festive au profit de l’association, l'équipe de bénévoles proposent une soirée spectacle ou la joie et la bonne humeur font place aux moments plus difficiles que connaissent le quotidien des familles concernées.

photos-septembre-2010-0006.JPGAnne Marie en tête, qui a de nombreux talents, dont celui de chanteuse s'évertuera à trouver des professionnels du spectacle qui proposeront leurs services gracieusement pour l'association et Dieu sait qu'ils ont été nombreux à donné de leur personne pour la soirée. Le public participant, assis autour de belles tables se voit tout d'abord offrir deux belles assiettes de mignardises. Mignardises ? Je dois avouer bien plus que cela, car l'assiette de salé était garnie d'une quiche, tourte de blette, pizza et pissaladière et l'assiette de desserts affiche 4 gâteaux bien différents et succulents.

photos-septembre-2010-0008-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0018-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand on sait que tout cela est accompagné d'une flute d'un très bon champagne, on peut féliciter les organisateurs pour le prix d'entrée raisonnable. A 25€, spectacle avec boisson ainsi que les deux assiettes que demander de plus. Puis ! Il faut se dire que cette somme ira directement pour des enfants malades. Alors ceux qui ne l'auront pas compris, c'est à désespéré ! Allez c'est parti ! Je fais office de serveur, car je n'ai pas de talents de comédiens et encore moins de chanteurs. Serveur ! J’ai appris cela à l'armée au Mess Officier. Alors, il en reste encore quelques traces. Ok ! Tout le monde est servi, le spectacle peut commencer ...

photos-septembre-2010-0020-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0024.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est Bernard le trésorier de l'association qui se prêtera à la présentation des tableaux et des animations, Il accueillera pour ce premier sketch Helene la Biotoise qui fera une imitation très réussi de notre Mado la Niçoise. Fou rire garanti dès le départ ! Puis, on enchaine avec Anne Marie Larosa qui interprétera une très belle chanson accompagnée de Leticia pour une danse orientale des plus sensuelles. Donc ! Exotisme garanti. Suivi de Joël Vega pour des tours de prestigitations et des tours de cartes incompréhensibles. Quand à Nico, il interprétera le succé international de Franck Sinatra «New York New York" emotion garanti...

photos-septembre-2010-0027-copie-2.JPGLe prochain spectacle sera de la magie, de l’humour et de la poésie… un sacré mélange pour un spectacle surprenant. Ces magiciens un peu maladroit, nous emmène dans leur monde magique où se succèdent des apparitions aussi comiques que surprenantes. Igor et Tatiana (leurs noms de scène) sont des personnages atypiques qui jouent avec le public en lui proposant des tours interactifs auxquels participent les grands comme les petits. Enfin, l’élégance de la partenaire d’Igor, la sublime Tatiana, nous a véritablement enchanté lors d’un final inattendu ! Amandine Eyermann et Hilaire Chambo sont Reconnus parmi les maîtres de l’illusion. Hilaire à souvent été récompensé par des Premier prix aux dragons d’or en 2006 (ou il a rencontré Amandine),à la Colombe d’or, au concours National en 2007 etc.... pour vous dire que nous avons à faire à des artistes de tout premier ordre.

photos-septembre-2010-0041-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0050-copie-2.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On arrive à la scène de théâtre de la partie de carte de Pagnol, interprété par la troupe régionale de la cigale. Une performance de comédiens d'anthologie. C'est une troupe de copains qui prennent plaisir à jouer Marius de M.Pagnol, avec de superbe décors et un César plus vrai que nature.... Ambiance garanti !
Anne marie interprète à nouveau une chanson accompagnée par la jolie accordéoniste Sandrine ...sensation garanti !

photos-septembre-2010-0065.JPGIl est temps de faire un entracte pour se désaltérer de cette abondance de divertissements pendant le tirage au sort de la loterie. Dans la seconde partie, tous les animateurs recommenceront une nouvelle interprétation de leurs sketches. Le public ravi de cette soirée n'aura de cesse de féliciter une équipe au top. Bravo à tous les bénévoles de cette magnifique soirée.

photos-septembre-2010-0082.JPG
Association Stimuler pour Aider à Mieux Vivre
Centre informations Ressources
9, Bd des Deux Vallons
06220 VALLAURIS
+ 33 (0) 493.64.38.69.
+ 33 (0) 675.22.60.92.
stimuler.handicap@wanadoo.fr

Contact : Mme Anne-Marie La Rosa
 

                                 DIAPORAMA DE LA SOIREE

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 07:52

photos-septembre-2010-0159.JPG A la base de la falaise du Jardin Exotique (dite « de l'observatoire » en raison de la présence ancienne d'un petit observatoire astronomique), à 100m d'altitude, s'ouvre une cavité souterraine aménagée pour les visites. La roche calcaire, creusée par l'eau chargée de gaz carbonique, est parsemée de cavernes ornées de concrétions aux noms évocateurs : stalactites, stalagmites, draperies, colonnes, spaghetti…

photos-septembre-2010-0139.JPGphotos-septembre-2010-0156-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La visite de la grotte, comprise dans le billet d'entrée au Jardin Exotique, est guidée par des spécialistes. Elle se déroule entre les cotes 98 mètres et 40 mètres. La grotte ne compte pas moins de 300 marches qui descendent à plus de 60 mètres au cœur de la roche. La cavité s'enfonce pratiquement jusqu'au niveau de la mer et elle est parcourue régulièrement par des spéléologues locaux. La présence d'hommes préhistoriques aux abords de cette grotte est attestée par les restes d'ossements des animaux qui constituaient leur nourriture. Ces vestiges témoignent également des variations climatiques qui se sont produites depuis 250 000 ans.

photos-septembre-2010-0158.JPGphotos-septembre-2010-0163-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’action de l’eau chargée de gaz carbonique sur les calcaires dolomitiques pourtant durs, a permis le creusement de nombreuses cavernes dans le sous sol de notre région, le mot grec spelaion, caverne, a donné le nom au quartier de Monte Carlo, celui des Spélugues. La partie orientale du jardin est caractérisé par une falaise abrupte qui comprend une grande excavation. L’équipe chargé de l’aménagement du jardin découvrit la des ossements fossilisés d’animaux et le prince Albert 1er ordonna immédiatement la poursuite de l’examen minutieux des lieux ; ces fouilles durèrent quatre années.

photos-septembre-2010-0247.JPGles jardins du casino


Il s’avéra que la cavité de ce rocher appelé « Baou » en langue locale comportait « l’acte de naissance » de Monaco. L’ère quartenaire est largement représentée dans cette grotte, et l’étude de la faune de cette époque a grandement contribué à l’avancement des connaissances dans ce domaine. Des ossements d’éléphants antiques, de rhinocéros, ours, d’erck furent dégagés de cette grotte.

photos-septembre-2010-0254.JPGLors du parcours de cette grotte, on s’émerveille sur la diversité des formes des stalactites, stalagmites ou colonnes, sur la translucidité de certaines draperies, ou bien encore sur les myriades de concrétions qui ornent quelques plafonds. La grande salle en particulier et les cavités attenantes dont le parcours a été très étudié, offrent des coulées de calcite semblables à des blocs de glace, ainsi que des masses aux architectures les plus diverses. Le puits, d’une trentaine de mètres de profondeur, est l’une des attractions de ces lieux.

photos-septembre-2010-0269.JPGJe continue ma visite vers Monte Carlo et son splendide casino de style baroque. Tout autour de celui-ci, ce n’est que magnificence et opulence entre l’opéra conçu par Charles Garnier en 1879 et l’hôtel de Paris bâti en 1864 ainsi que l’Hermitage. 

photos-septembre-2010-0265-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0277.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Jardins du Casino de Monte-Carlo se révèlent être un bel écrin de verdure au milieu des palmiers, bananiers et autres yuccas garnis de fontaines et de jets d’eau. J’en profite pour faire ma pause déjeuné…. Je vais donc pique-niquer sur un banc, face au casino, tout en regardant le ballet ininterrompu des Ferrari, Bentley, Porsche ou Lamborghini. Je sors ma boite de sushi et les baguettes qui vont avec ! Car, j’ai tout prévu pour entrer dans le contexte de ma prochaine visite. Le jardin japonais du forum Grimaldi.

photos-septembre-2010-0284-copie-2.JPGLe Jardin japonais de Monaco, qui a été aménagé dans le respect de l’authentique tradition japonaise et de l’esprit zen, est l'un des plus beaux jardins de ce style. C’est un espace vert de 7000 m2,  présentant une montagne et une colline du pays du soleil levant, c’est une véritable œuvre d'art, qui offre une vision épurée et stylisée de nature. Les pierres naturelles ont été rigoureusement sélectionnées selon leur forme, leurs tons et leur volume.

photos-septembre-2010-0298.JPGLes lanternes en pierre, les tuiles comme les portails de bois ont été entièrement réalisés au Japon puis transportées en Principauté et remontées sur place par des ouvriers nippons, et tout cela, béni par un grand prêtre Shintoïste.

photos-septembre-2010-0315.JPGphotos-septembre-2010-0321.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est aussi un havre de verdure au pied de la cité, très prisé des visiteurs pour son atmosphère de paix et d’harmonie. Il fut conçu par l'architecte-paysagiste Yasuo Beppu avec ses petits chemins bordés de buissons d'azalées, de rhododendrons et de camélias, ses cascades, ses plages de galets et son pont typique en bois laqué de rouge.

photos-septembre-2010-0325-copie-1.JPGOn y trouve également une Maison de Thé traditionnelle. Surplombant la mer, le bassin  occupe quand à lui 1100 m² ! Il est immense et dans la pure tradition nippone. Les végétaux sont originaires d'Italie, d'Espagne ou  de la Cote d’Azur. Ils ont tous été acquis en pépinière, puis taillés et travaillés pendant trois ans par Monsieur Beppu. S'y côtoient des espèces du Bassin Méditerranéen, d'Amérique du Sud, d'Australie, d'Afrique et d'Asie.

                  DIAPORAMA DE LA BALADE

Repost 0
Published by freerider06 - dans region sud

Retour Blog Principal & Commentaire