Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 23:27

MAI-2013-5727.JPG

le puits aérien de Trans

 

Trans en Provence village voisin des Arcs et de Draguignan est traversé par la rivière Nartuby. Chutes et cascades se succèdent tout au long du village et un chemin permet de longer en partie la rivière. Cette courte promenade permet d'apercevoir les vestiges des anciennes magnaneries, du temps où les moulins et les filatures de soie étaient au cœur de l'économie du lieu.

MAI-2013-5728.JPGUne autre curiosité de Trans est son puits aérien un peu plus difficile à trouver car étant à l'écart du village. En fait le principe de ce puits aérien est très judicieux, mais sans doute construit au mauvais endroit, car celui ci donnera insuffisamment d'eau. La rosée qui mouille nos bottes lorsque nous marchons dans l'herbe le matin n'attire pas vraiment notre attention. Pourtant combien de litres d'eau pourrions-nous recueillir dans une prairie sans qu'il soit tombé une seule goutte d'eau de pluie durant la nuit ! Les animaux ont toujours su se rafraichir individuellement avec cette eau du petit matin.

MAI-2013-5792.JPGMAI-2013-5793.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un ingénieur belge né à Mons en 1860 (cela devrait faire tilt au bloggeur JPL), Achille Knapen venu à Trans vers la fin de sa vie professionnelle qui conçut cet ouvrage unique en Europe.

MAI-2013-5730.JPGLa vocation du puits aérien était la récupération de l'humidité atmosphérique pour fournir de l'eau potable aux régions qui en manquaient.  Knapen ayant observé et étudié longuement les phénomènes naturels qui provoquent l'envahissement des corps poreux par l’humidité du sol et des eaux pluviales, conçut un conduit en terre cuite qui pénétrant jusqu'à moitié de l'épaisseur du mur comme un drain dans une plaie extrait automatiquement son humidité.

735_n.jpg3688197_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De cette invention du siphon atmosphérique devait germer l'idée du puits aérien. Le siphon extrait des murs humides l'eau de la capillarité pour la renvoyer à l'état d'air saturé dans l'atmosphère. « Pourquoi ne pas faire l'inverse s'est dit M. Knapen, et capter l'humidité de l'air pour la condenser et la remettre à l'état liquide.

MAI-2013-5799.JPG

cascades de la Nartuby à Trans


 Quand on arrive à Trans en Provence, on se pose beaucoup de questions en voyant cet ouvrage. Est-ce un pigeonnier original, un ouvrage militaire ou un mystérieux temple inspiré de l'Afrique équatoriale ?  Posé comme une ruche géante au sommet de la pittoresque colline du Clos de l'Hermitage, ce dôme de pierre percé de multiples meurtrières peut à juste titre intriguer le passant.

MAI-2013-5806.JPGConstituée de roches calcaires assemblées selon la technique des pierres apparentes, d'un diamètre à la base de 12 m et d'une hauteur équivalente, les murs ont une épaisseur de 2,50 m, percée de deux rangées de 30 ouvertures dans la partie basse  et de 5 rangées de .... Beaucoup d'ouvertures dans la partie haute. Voici comment Monsieur Knapen concevait le fonctionnement de son puits :

MAI-2013-5917.JPG

Pont sur la Nartuby dans le village de Trans


 1° La nuit l'air froid pénètre dans le tube métallique central. Il remonte ensuite par le vide annulaire qui entoure ce tube, glisse le long de la masse externe en béton et sort par les orifices inférieurs de la cloche.

2° Le jour, l'air pénètre par les orifices supérieurs de l'enveloppe, il arrive au contact des ardoises et de la masse interne à basse température, se refroidit, laisse déposer une partie de son humidité et s'échappe par les ouvertures inférieures.

MAI-2013-5928.JPGLes gouttelettes formées à l'intérieur du condenseur tombent sur le plancher et elles sont conduites par des rigoles dans une citerne enterrée. Malheureusement le puits ne fut pas concluant dans cette région.

MAI-2013-6211.JPGMAI-2013-6223.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur Knapen avait songé à des températures variant la nuit de 4° en dessous de zéro à 11 ° au-dessus de zéro. Il était loin du compte à Trans en Provence où pendant les mois d'été les différences ne sont que de quelques degrés. En outre, le condenseur était trop grand, il ne pouvait se refroidir suffisamment la nuit.

MAI-2013-6214.JPG

les chais du chateau de Saint Martin


 Le système aurait été efficace au Sahara ou les températures entre le jour et la nuit sont extrêmes... Bien que les expériences n'aient pas continué,  Knapen étant décédé en 1941, le puits aérien est toujours là et il est devenu l'une des curiosités touristiques de Trans en Provence et fait partie du patrimoine local. Il reste unique en son genre.

MAI-2013-6215.JPGAvant de reprendre la route qui nous mènera sur le retour, nous décidâmes de nous arrêter dans un domaine pour déguster quelques vins. Nous sommes au cœur du  prestigieux vignoble Provençal et ses riches terres gorgées de soleil qui produisent des vins d'exceptions. Ici les crus sont classés et les châteaux se succèdent les uns après les autres: Château de Berne, Château Sainte Roseline, Château Minuty, Château de Selle domaine Ott, Château Rasque des vignobles qui ont conquis récemment Brad Pitt et Angelina Jolie.

MAI-2013-6220.JPG

le chateau de Saint Martin et ses chambres d'hotes


 Des vignobles internationalement connus qui font le bonheur des tables étoilés du sud de la France. Je décide de me rendre au château de Saint Martin (cru classé) qui était le vin favori de mon père. En 1740 le Baron Joseph de Villeneuve achète le prieuré aux Moines de Lerins (Cannes) et fait bâtir le château de Saint Martin. Après la révolution le fils d'Anne de Villeneuve et du comte de Lassigny épouse Charlotte de Gasquet.

MAI-2013-6227.JPG

la cave souterraine du chateau de Saint Martin


 C'est cette dernière qui va donner ses lettres de noblesse au domaine vinicole. Aujourd'hui, Adeline de Barry l'ainée des filles de Rohan Chabot et du comte Bruno de Gasquet a pris les rênes du château. Même si nous sommes arrivés à l’improviste, l'accueil est excellent et la dégustation parfaite.

MAI-2013-6237.JPGVisite du château et de sa cave souterraine construite par les moines. Ils utilisent encore les cuves creusées dans le rocher au XIIe siècle. Elles étaient carrelées avec de la faïence, elles sont aujourd'hui vitrifiées afin de conserver une hygiène parfaite. C'est dans cette cave que sont organisés chaque année les inoubliables sons et lumières permanent.

MAI-2013-6238.JPG

l'etang de Villepey à Saint Aygulf


 Nous devons maintenant continuer notre route, car Soso veut s’arrêter au marché de Sainte Maxime. Nous rencontrons énormément d’Harley Davidson en cours de route, les Bikers se rassemblent à Grimaud Saint-Tropez ce week-end. Quelques petits saluts de temps en temps, mais, ca fait bien longtemps que je ne vais plus à ces rassemblements qui se ressemblent presque tous dans l’hexagone et qui sont réservés à une clientèle de motards en goguette !

MAI-2013-6243.JPGNous continuons notre route par le bord de mer et nous traversons les étangs de Villepey après Saint-Aygulf et avant de traverser Saint Raphael. Les plages sont déjà bien remplies de monde au lendemain du premier Mai. On évite d’ailleurs Saint Raphael et son trafic intense,  nous reprenons notre itinéraire du bord de mer par Boulouris.

_6254.JPGA partir du Dramont et l’ile noire de Tintin les couleurs de l’Azur commencent à ce faire ressentir. Agay, Cap Esterel, le Trayas, Théoule sur Mer, la Napoule… Ca y’est nous sommes revenus dans notre pays niçois….Le week-end au château et repas gastronomique était parfait !

MAI-2013-6275.JPG

L'ile noire de Tintin (l'ile d'or)

 

 

                              DIAPORAMA DE LA BALADE


  
Repost 0
Published by freerider06 - dans Provence
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 06:49

MAI-2013-5829.JPG

Nous sommes invités par des amis le 1er Mai et comme une invitation ne se refuse pas, on retarde notre départ au 02 Mai. C’est donc en toute tranquillité, le lendemain de la fête du travail que nous prenons la route vers 10H du mat pour se rendre en France … euh…  dans le département du Var, je voulais dire !  Et plus particulièrement en Provence. C’est vrai que pour nous niçois, la Provence est une terre étrangère qui nous dépayse assez bien car différente de notre Pays niçois. Ce plat pays possède un vignoble très intéressant dont je vous parlerai dans le prochain épisode.

MAI-2013-6002.JPG

On arrive à l'entrée du chateau ...tel un chevalier sur ma monture mécanique ! hi hi hi


 Nous voici donc parti avec notre Harley Davidson par la Nationale 7 en passant par Fréjus-Saint Raphael, Roquebrune sur Argens, le Muy et après tout juste une heure 15 mn de route, nous voici à notre destination finale au village des Arcs. Comme, je vous l’ai dit précédemment, cela nous change de chez nous et on se sent tout de suite dans une autre région, par contre les provençaux ne parlent plus leur langue d’origine depuis bien longtemps. J’ai bien essayé de leur parler en nissart de temps en temps à l’occasion d’une rencontre dans un musée ou bien sur le marché provençal local, ils ne pipent pas mot !

MAI-2013-5961.JPG

Relais Chateau du logis du guetteur


 Bon ! Ou étais-je exactement ? Dans un coin qu’ils nomment la bas, «  La Dracénie ». Une légende ancienne rendue publique récemment a mis au jour un dragon peu connu, le dragon de Draguignan, voisin et cousin de la Tarasque de Tarascon dont il n’a pas la célébrité. Cette légende, dont l’écriture remonte au Moyen Age, affirme qu’un dragon fabuleux aurait donné son nom à cette région.

MAI-2013-5988.JPGMAI-2013-5980.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La petite histoire raconte qu'autrefois un dragon vivait ici et qu'il faisait peur à la population qui le craignait. Un homme réussit à les en débarrasser en le tuant lors d'un combat. Ce dragon est quand même resté très présent dans leurs mémoires et plus tard ils firent du vainqueur un Saint. 

MAI-2013-5886.JPG

le monastére de Sainte Roseline


 En fait, la légende de ce dragon est d'une tout autre version, si vous habitez dans le département des Alpes Maritimes et notamment à Cannes et aux iles de Lérins. La notre de légende qui se trouve au delà des montagnes de l'Esterel, c'est qu’Honorat et sa sœur Marguerite ont combattu un dragon sur cette île qui, mortellement blessé, s’est envolé pour aller mourir au cœur du pays Varois, sur le lieu du village aujourd’hui nommé Draguignan. Il est donc arrivé chez eux déja à moitié mort ! Mais bon, ce sont des Provencaux hein ! Comme on dit chez nous, ils ont la tchache...

MAI-2013-5885.JPGMAI-2013-5902.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village des Arcs-sur-Argens est situé dans le département du Var à environ 1h 15 de Cannes en passant par la Nationale 7. En pleine vallée de l'Argens, le village est bordé au sud par le massif forestier des Maures. Le plus remarquable atout de ce village est la présence d'une cité médiévale dont le donjon du XIIIe siècle d'une hauteur de 19 mètres est sans doute le joyau.

MAI-2013-6040.JPGDans le quartier médiéval du Parage, il y a un campanile datant du XVIIe siècle (réalisé en 1662 par Louis Tourtonne, maître serrurier de Besse-sur-Issole, pour recevoir la cloche fondue au même moment), une église du XIIe/XIIIe siècle et l'église Notre-Dame connue aujourd'hui sous le nom de chapelle Saint-Pierre. Elle abrite aujourd'hui des manifestations artistiques et expose des vestiges du patrimoine archéologique local.

MAI-2013-6018.JPGMAI-2013-6023.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dénommé Archos en 1010 (du mot arc), ce bourg de Provence devint ensuite Castrum de Arcubus (Château des Arcs). Jusqu’en 1612, les Arcs étaient une Baronnie et c'est en mars 1612 que Louis XIII décida, en faveur d'Arnaud de Villeneuve de Bouliers, seigneur et baron des Arcs, de l'ériger en marquisat. Il suffit de franchir la porte de l'Horloge pour se trouver dans un environnement médiéval, entrelacs de ruelles montantes et vieilles bâtisses.

MAI-2013-6058.JPGLa partie comprise entre la tour (donjon du XIIIème siècle) et la place Paul Simon, dite le Parage, est la plus ancienne de la cité. Laissez votre véhicule sur la place de la Mairie, la visite s'effectue à pied (car la petite placette tout en haut est réservé aux clients de l’hôtel du château). Il faut se laisser porter par les ruelles. En haut, point de vue panoramique sur les toits du village, les Maures (des petites collines Varoises) et le rocher de Roquebrune. Mais aussi sur une magnifique cascade que la nature a crée récemment à cause des inondations catastrophiques d’il y a deux ans. On va dire que la nature a repris ses droits !

MAI-2013-6043.JPGMAI-2013-6032.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village médiéval des Arcs cache encore une autre légende : Roseline, fille de Giraud II de Villeneuve (seigneur des Arcs) et qui naquit en 1263 aux Arcs, est rattachée à ce que l'on appelle « le miracle des roses ». La généreuse fille du seigneur du village se cachait pour donner à manger aux pauvres qui la sollicitaient. Un matin, Giraud, qui se doutait des largesses de sa fille, se cache près du cellier pour la confondre… Il ne tarde pas à la voir arriver, le tablier chargé de victuailles. Lorsqu'il lui demande de montrer le contenu de son tablier, Roseline (prenant, dit-on, Dieu à témoin) ouvre craintivement son tablier, duquel dépasse une brassée de roses en lieu et place de la nourriture « subtilisée ».

MAI-2013-6055.JPGAujourd'hui encore, on peut voir une arche de pierre qu'on appelle « la porte du Miracle ». Cette histoire n'est pas le seul miracle attribué à Roseline, qui devint chartreuse à 25 ans. Elle meurt en 1329 à 66 ans et devient une sainte que l'on fête le 16 octobre.  A quelques kilomètres des Arcs tout à coté du château Sainte Roseline, on peut découvrir la jolie chapelle et l'ancien monastère de la Celle-Roubaud .

MAI-2013-6051.JPGMAI-2013-6081.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ensemble est dans un état de conservation remarquable. La momie de Sainte Roseline est toujours visible dans la chapelle et est déposée dans une chasse en cristal. Ses yeux sont conservés dans un reliquaire, ce qui avait attisé la curiosité du médecin de Louis XIV qui se rendit sur les lieux afin d'examiner le corps de la sainte réputé en excellent état malgré les trois siècles qui séparaient  alors la mort de la sainte , de sa visite et qui creva l'un des deux yeux témoignant ainsi de leur incroyable conservation.

MAI-2013-6199.JPGLe village des Arcs est comme beaucoup de ces villages provençaux, la vie tourne autour de son marché. Le marché provençal participe fortement au lien social de la population. C’est le lieu où la quasi-totalité du village se rencontre. En quelques heures, tout le monde croise tout le monde, informe et est informé de la vie au pays. La conséquence de cette convivialité est que souvent une course, qui n’aurait duré qu’une demi-heure, aura nécessité deux heures de temps.

MAI-2013-6093.JPG

MAI-2013-6102.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 C'est probablement la raison pour laquelle règne dans le sud une amitié, une gaieté et une atmosphère de bonne humeur spécifique, véritable antidote à la morosité. La gastronomie locale est très réputée, les saveurs délivrées par cette dernière sont à la fois charpentées et subtiles. Des saveurs sublimées par l’huile d’olive, les plantes aromatiques : ail, basilic, laurier, romarin, thym.

MAI-2013-6140.JPGLes repas sont mis en valeur par les vins du terroir, des crus classés aux AOC et vins de pays. Ces élixirs sublimés par le soleil arcois diffusent eux aussi l’histoire de leur viticulture. La dernière gorgée de rosé dégustée, la bouteille vide renversée dans le seau à glace comme un au revoir, il est temps de flâner dans le village et de découvrir les petites curiosités qui illustreront la certitude que c’est le meilleur endroit au monde pour s’amuser à ne rien faire.

MAI-2013-6135.JPG

MAI-2013-6158.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Il faut commencer la visite par la rue de la Motte. Une trentaine de mètres plus loin, une petite fontaine marque le carrefour avec la rue Antoine Truc, célèbre révolutionnaire qui a su dissuader Robespierre de ne pas raser le donjon et le château du quartier médiéval du Parage. Nous sommes conquis par le charme du vieux village, mais il est temps de prendre nos quartiers à l’hôtel château.

MAI-2013-6203.JPGJe gare ma moto prés de la tour sarrasine et je me dirige vers la réception. On nous accompagne à notre chambre et nous prenons rendez vous pour le repas gastronomique du soir (Raviolis à la Truffe et Crème de Sauge, Velouté de légumes à la Truffe, Poussin Roti à l’Estragon, ile flottante pour moi, crème brulée pour Soso). Après une journée de visite et de moto, un bon bain va nous détendre parfaitement ….

(Prochain épisode, les balades aux alentours et la journée du retour)

MAI-2013-5985.JPG

 

                             DIAPORAMA DU VILLAGE


  
Repost 0
Published by freerider06 - dans Provence
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 19:47

OCTOBRE-2012-0020.JPG

Comme sur la 66 à Santa Monica, au Cros de Cagnes les hot Rod sont garés sur le Bld de la Mer

 

Les Etats-Unis ont la route 66, en France il y a la « 7 », qui tout comme la route 66 a participé au développement du pays, elle a surtout eu sont heure de gloire durant les 30 glorieuses, elle a été chantée par Charles Trenet, et dans la mémoire collective, elle est souvent associée à la route des vacances. Tout comme la route Napoléon, la Nationale 7 reste dans tous les esprits comme la route la plus mythique de France.

OCTOBRE-2012-0167-copie-2.JPG

Le pont de la Siagne: Ici la N7 ressemble au Mississipi


 Mais, la N 7 existe t'elle encore ?  En 2013, c’est un de nos patrimoines nationaux qui fout le camp avec derrière des souvenirs de 4CV, d’embouteillages, de vitesses (pas de limitation à l’époque), de stations services…Les restaurants de campagne, les routiers, semblent très loin et nous rendent au combien nostalgique quand on pense aux auto grills (Jacques Borel) et autres self-services sans saveurs (mais odeurs) des aires de repos (sans âmes) de nos autoroutes.

OCTOBRE-2012-0190.JPG

Les montagnes de l'Esterel: La N7 se fait Californie

 

Cette route était synonyme de vacances. Il faut avouer que les américains, eux, ont su préserver leur patrimoine avec la Route 66 entre Chicago et Los Angeles, c’est d’ailleurs un périple bien connu des motards Français en vacances chez l’oncle Sam. Mon voyage en 2008 en atteste et restera graver dans ma mémoire à tout jamais.

OCTOBRE-2012-0043-copie-1.JPGElle est longue de 996 kilomètres. Elle part du point zéro inscrit dans la pierre sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, et quitte la capitale par la place d'Italie puis la porte d'Italie.... Tout un programme, puis file ensuite vers Lyon. Cette portion de la RN7 a été souvent confondue avec la RN 5 et la RN 6.  A l'image de la Route 66 de Chicago à Saint Louis, c'est la partie la plus monotone et sans doute la moins intéressante. 

OCTOBRE-2012-0036.JPG

Eucalyptus dans l'esterel


 Après Lyon, étape prisée des gastronomes, on prend la partie de la nationale 7 qui a le plus fait rêver les vacanciers : la mer n’est plus très loin ! Suivant le cours du Rhône par Avignon, elle s’oriente ensuite vers Aix-en-Provence et Brignoles. « Quand est-ce qu’on arrive ? » braillaient les enfants sur les sièges arrière. Du calme, voici Fréjus Saint Raphael et la Méditerranée ! Après viennent Cannes, Nice et enfin Menton, ville-frontière formant le point final de l’illustre voie.

800px-R8_Gordini_Pegomas-Tanneron_2005.jpg

Rallie nostalgique sur la RN7 aux Adrets de l'Esterel


 La nationale 7 a été surnommée la « route bleue » par une association de professionnels du tourisme dans les années 1930. Quoique, pour être précis c’est seulement le tronçon Aix-Menton qui a ainsi été qualifié. Celui effectivement qui s'avère être le plus beau...

OCTOBRE-2012-0039-copie-1.JPGOCTOBRE-2012-0227.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'automobiliste entrevoit une première fois la mer à Fréjus puis ne lâche plus la Grande Bleue à partir de Cannes... Voilà encore quelques kilomètres "de rêve" entre le sable et les palmiers: Golfe-Juan ou débarqua Napoléon, Antibes la cité grecque, Cagnes-sur-Mer et son hippodrome de la Cote d'Azur, Nice et sa longue promenade des Anglais...

-014744-.jpg

La moyenne corniche sur la baie de Villefranche


 Enfin, la N 7 grimpe presque au niveau du ciel sur la Grande Corniche, survole la principauté de Monaco avant d'atterrir au pied des rochers à Menton, la ville-terminus de cette enthousiasmante escapade. A noter que la Corniche d'or Fréjus-Cannes par la côte (N98 depuis 1938) a porté un temps le n°7. Inaugurée en avril 1903, c'est une des plus belles promenades de France, entre le rouge Esterel et la charmante Méditerranée bleue...

OCTOBRE-2012-0011.JPGOCTOBRE-2012-0137.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la chapelle Cocteau


Franchissant le massif de l'Esterel par l'intérieur, la Nationale 7 suit globalement l'ancien tracé de la Voie Aurelienne : elle serpente autour des collines boisées, parsemées de Chêne-liège. Peu d'habitations le long du chemin, à l'exception de l'Auberge des Adrets, ce relais de poste reconstruit au XVIIe siècle et légendaire refuge du bandit Gaspard de Besse.

OCTOBRE-2012-0071.JPG

La villa Aurélienne à Frejus


 Si cette portion est devenue aujourd'hui une belle balade, il en était tout autre dans les années cinquante, lorsque tout le trafic passait par là. Le moindre dépassement était dangereux, sinon impossible. L'ouverture de l'Autoroute de l'Esterel dès 1960 a bien arrangé les choses à l'époque, pour absorber le flux de circulation vers les Alpes Maritimes la destination suprême.

OCTOBRE-2012-0284.JPG

Le chateau de Mandelieu la Napoule


 Contournant aujourd'hui l'aéroport de Cannes Mandelieu (elle passait devant à l'origine), la Nationale 7 pénètre dans la métropole cannoise par La Bocca. Dès cet instant, elle cesse d'être la grande liaison Paris Côte d'Azur pour devenir l'un des multiples chemins sillonnant le littoral des Alpes Maritimes. A Cannes, la rue d'Antibes reste le tracé original de la Nationale 7. Mais son étroitesse lui a fait préférer la Croisette par la plupart des usagers. En sortant de la ville, elle se dirige vers l'est par Golfe Juan ou elle rejoint une autre route légendaire: la route Napoléon.

OCTOBRE-2012-0396.JPG

La RN7 retrouve Napoleon à Golfe Juan


On arrive enfin à  la station balnéaire de Juan-les-Pins créée en 1882 et qui s'est développée dans les années 1920 sous l’impulsion du riche Américain Frank Jay Gould. Appréciée de Dos Passos, Hemingway et Francis Scott Fitzgerald, point de chute de Rudolf Valentino, Picasso, Gérard Philipe, Ramon Novarro, Umberto d’Italie, Joséphine Baker, Edith Piaf ,Gide, Martin du Gard, Cocteau, Chaplin, Estée Lauder.... C'est la capitale internationale d’une certaine “fureur de vivre”, avec ses nombreux palaces et sa vie nocturne, qui l’ont rendue célèbre dans le monde entier. Temple du Festival international de jazz, Juan les Pins et la pinede Gould est pour les jazzmen du monde entier à l’image de ce que représente la Scala de Milan pour un artiste lyrique. Ray Charles et Miles Davis y firent leurs débuts européens...

5.JPGOn apercoit maintenant les 4 pyramides géantes évoquant d'immenses vagues blanches culminant à 70 mètres au dessus du niveau de la mer de Marina Baie des Anges, un site immobilier labellisée patrimoine du XXe siècle en l’an 2000. On découvre les sommets enneigés du Mercantour.

14.JPG

 Ensuite la Nationale 7 franchit le fleuve Var à St-Laurent du Var. En 1860, la région fut rattachée à la France, repoussant la frontière d'une cinquantaine de kilomètres, jusqu' à Menton, on entrait alors auparavant dans le comté de Nice, dépendant du royaume de Sardaigne... Comme à Cannes, le bord de mer, la Promenade des Anglais a eu la préférence des automobilistes, plutôt que l'avenue de France, tracé historique de la Nationale 7.

OCTOBRE-2012-0176.JPG

Les studios de la Victorine: La RN7 se fait Hollywood

 

De Nice à Menton la Nationale 7 a suivi deux itinéraires : la Grande Corniche, aménagée à l'initiative de Napoléon 1er, puis la Moyenne Corniche, construite entre les deux guerres mondiales. Depuis l'époque romaine, seul un chemin muletier reliait Nice à Menton, suivant globalement le tracé de la Via Aurélia. L'essentiel du trafic se faisait par la mer. Devant ces difficultés de circulation qui avaient posé beaucoup de problèmes aux armées françaises en route pour l'Italie, Napoléon Ier ordonna l'aménagement d'une route carrossable.

OCTOBRE-2012-0159.JPG

Le chateau de Villeneuve Loubet


 Quittant Nice en tournant autour du Mont Boron, la Grande Corniche monte très haut, puisqu'elle dépasse 500m d'altitude, en offrant un des plus beaux panoramas sur la Mer Méditerranée. Toujours sur les traces de la Voie Julia, elle passe à La Turbie, dont le célèbre Trophée d'Auguste défie le temps depuis 21 siècles. Elle frôle le surprenant Vistaero, hôtel perché au dessus du vide, avant de redescendre au niveau de Roquebrune vers Menton.

OCTOBRE-2012-0364.JPG

Chateau des Grimaldi à Cagnes sur Mer

 

Au XXe siècle, l'arrivée de l'automobile change la situation : il faut des routes rapides. Avec ses nombreux virages, le tracé de la Grande Corniche n'est pas adapté à la vitesse. Pour cette raison, les travaux d’une nouvelle voie démarrent après la guerre de 14-18.

OCTOBRE-2012-0064-copie-1.JPG

Bastion du vieux port à Menton

 

En deux tronçons, Nice - Monaco (1927), et Monaco - le Cap Martin (1939), la Moyenne Corniche voit le jour. Passant le long du magnifique village perché d'Eze, elle contourne la Principauté de Monaco sans y pénétrer, et redescend doucement pour rejoindre la Basse Corniche au niveau du Cap Martin.

OCTOBRE-2012-0209.JPG

Le Fort Carré à Antibes

 

Les deux Corniches se raccordent au niveau de Roquebrune, pour arriver à Menton dont le port est facilement reconnaissable, avec ses arches caractéristiques. Il marque la dernière étape du long périple de la Nationale 7, juste avant d'arriver à la frontière italienne.

OCTOBRE-2012-0004.JPGMenton la perle de la France


                                                              DIAPORAMA DE LA N7


   
Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 07:16

PHOTOS-2013-0094.JPG En l'espace de quelques années, la cité des potiers et des verriers est devenue la capitale des templiers de France et de Navarre. Pour cette nouvelle édition Biot accueille des chevaliers, artisans, exposants venus des quatre coins de l'Europe. Autre fruit du succès, les demandes de participation émanant de pays étrangers ne cessent de croître. Au total, huit nationalités sont représentées: Belgique, Espagne, Italie, Allemagne, Angleterre, République Tchèque, Portugal et France.

PHOTOS-2013-0046.JPGPHOTOS-2013-0055-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les visiteurs très nombreux ont pu vivre au XIIIe siècle le temps d'un week end, (l'an dernier près de 40 000 personnes avaient voyagé dans le temps et vu la foule encore cette année, je pense que le chiffre est en augmentation)... Côtes de maille, heaumes (casques) et autres armures pour replonger au Moyen-âge. Campements de Templiers, de gueux, de chevaliers et de gentes dames investirent les rues de la cité médiévales.

PHOTOS-2013-0043.JPGLa difficulté d'une manifestation comme "Biot et les Templiers" est de se renouveler chaque année tout en gardant cet esprit qui a fait sa renommée en quelques années. 60 événements en 2 jours et demi, le programme est riche et varié. Tous les spectacles proposés sont entièrement gratuit avec en première ligne la compagnie des blancs manteaux de Sir Thibaut, la bataille sur le pont vieux, l'exposition des artistes, le spectacle de feu, les combats et les joutes équestres, l'époustouflant son et lumière  et l'embrasement de la cité.

PHOTOS-2013-0059.JPGPHOTOS-2013-0067.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jongleurs médiévaux, les archets, les conférences, le défilé aux flambeaux,  les ateliers de démonstrations de cuisine médiévales, les concerts, les métiers d'autrefois, la messe templière, les spectacles de fauconnerie, la liste est longue pour énumérer les importantes activités de cette fête extraordinaire libre de tout accès. La plus grosse difficulté réside à se rendre d'un campement à un autre et comme beaucoup de villages des Alpes Maritimes bâtis sur des éperons rocheux, les rues sont très pentues et il vous faudra crapahuter.

PHOTOS-2013-0263.JPGLa thématique des templiers 2013 a tout de même été sur la cuisine médiévale ce qui offre de multiples occasions de goûter, d’observer les usages, de mettre la main à la pâte, de découvrir la table des seigneurs médiévaux ou celle, bien différente, des Templiers. Plusieurs chefs niçois étoilés ont animé deux tavernes ouvertes durant toute la manifestation et ont proposé des mets médiévaux : potée au chou, saucisse de Montbéliard ; volaille aux épices, galette d’autrefois sans oublier les traditionnelles fouasses et benoiles et l'inévitable socca la plus médiévale des spécialités nicoises.

PHOTOS-2013-0281.JPGPHOTOS-2013-0287.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les délices d’Urganum ont proposé aussi des plats médiévaux dans leur taverne. Des ateliers culinaires « les toques brulées » sont également proposés au public avec encore d'autres chefs étoilés et renommés de la Cote d’Azur (la plus fournie de France). Pour l’occasion, le four communal est mis en chauffe tout le week-end et le fournier a proposé à chacun de l’initier à la confection et la cuisson du pain des Templiers.

PHOTOS-2013-0272.JPGLe petit herboriste a fait découvrir aux enfants et a  proposé aussi de confectionner un petit mélange de plantes magiques à emporter dans une bourse en toile de jute « qui servira à la préparation de potions aux mille vertus ».  Biot a donc été cette année un régal pas seulement pour les yeux, mais aussi pour les papilles.

PHOTOS-2013-0323.JPGPHOTOS-2013-0324.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La visite de Biot à travers ses rues et ruelles est un véritable voyage chargé d'histoires : la Calade, le Portugon, le Cul de sac, la Calade des migraniers, Lei Croûtons, place de l'airette, le Rondon, rue des Orfèvres, place de la Catastrophe (où 2 maisons s'écroulèrent le soir du 12 juin 1898), place des Arcades (bordée des deux côtés par des galeries s'ouvrant en plein cintres ou en ogives dissemblables) du 14ème et 15ème siècle..

PHOTOS-2013-0297.JPGOn ne peut se lasser d'admirer de très belles portes, des voûtes, des perspectives d'une rue à l'autre, escaliers en demi-arche, pierres sculptées, cadrans solaires, pavages de galets, les donjons, les tours...Un ancien chemin de ronde qui accède à la porte des Tines (1565). Et pour ne pas perdre un de ses principaux attraits, Biot organise son Festival « Biot et les Templiers ». Un retour au 13e siècle pour partager la vie de ces gardes de la chrétienté.

PHOTOS-2013-0333.JPGConsidérés comme les premiers grands constructeurs de la Ville, ils auront apporté toute cette richesse architecturale et culturelle à la cité azuréenne.

Au XIVe siècle suite aux ravages causés par les guerres et les épidémies Biot fut déserté par sa population. Il fut repeuplé en 1470 par une colonie italienne venant de la vallée d'Oneille. C'est pourquoi, comme dans la plupart des villages du département, on trouve un mélange architectural médiéval Italien.

PHOTOS-2013-0337.JPGBiot, c'est aussi un mausolée romain de la chèvre d'or, le château Funel du 19ème siècle, le musée d'histoire locale, le musée Fernand Léger (consacré au peintre qui a largement contribué à la dynamique artistique du village. Le musée expose la plus grande partie de ses œuvres et dispose d'une collection très riche de peintures, dessins, bronzes, céramiques et tapisseries.

PHOTOS-2013-0341.JPGPHOTOS-2013-0024.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée est installé dans l'ancienne propriété de l'artiste, le mas Saint-André, qu'il a occupé jusqu'à sa mort en 1955.), le musée du verre, 6 verreries artisanales et plusieurs poteries. 13 galeries artistiques (peintures, verrerie, sculpture, céramique, bijoux) plus de 60 artistes et artisans travaillant dans le village, autour de la céramique et de l'orfèvrerie principalement. Une école de golf ouverte toute l'année et son 18 trous. Enfin bref une qualité de vie encore exceptionnelle pour ce village.

PHOTOS-2013-0342.JPGBiot a reçu le label national "Ville et Métiers d'Art". Il est vrai que le savoir-faire des artisans (maîtres verriers,  potiers, céramistes et bijoutiers joailliers) installés dans ce village est immense.

PHOTOS-2013-5004.JPGSi vous voulez revoir les éditions précédentes, vous pouvez cliquer sur ce lien : http://freeriders.over-blog.net/categorie-11827931.html

Il vous fera découvrir mes articles et l’historique des templiers de Biot ainsi qu’une visite aux souffleurs de verre et au village de pierres de Mr Farinelli.

053.JPG

                              DIAPORAMA  DE LA VISITE


  
Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 17:22

PHOTOS-2013-5316.JPG

Ca va etre difficile de se frayer un chemin !

 

Dans les Alpes Maritimes, les histoires de trésors des templiers les plus passionnantes ont pour cadre les ruines de la commanderie de Vence, les souterrains de l’ancien château de Nice, la pyramide des Ratapignata et les hauteurs sauvages de la vallée de l’Esteron. Dans l’ouvrage : « Histoires et Légendes du Pays d’Azur », on recense les pistes les plus crédibles qui font de la Côte d’Azur, une région où les richesses ne sont pas qu’apparentes, mais souvent secrètes et enfouies dans son sol depuis des siècles.

PHOTOS-2013-0165.JPGPHOTOS-2013-0221.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les prospecteurs actuels, très organisés, armés de détecteurs de métaux ultrasensibles, de photos satellites et de caméras à infrarouge, arpentent inlassablement forêts, châteaux, abbayes, fermes, caves, cimetières et ruines, à la recherche du moindre indice. La chasse, au-delà de la mise en œuvre de ces moyens sophistiqués, s’élabore parfois au départ, sur des données totalement irrationnelles où l’histoire se mêle à la légende.

PHOTOS-2013-0171-copie-1.JPG

Le marché médiéval.


 Certaines traques naissent même de songes prémonitoires ou de contacts supposés avec l’au-delà (!) où quelques templiers prévenants, visiteurs dévoués, se proposent pour orienter la recherche, en délivrant des messages sibyllins. Nombreuses sont les rencontres extraordinaires de ce type, mêlant les fantasmes hallucinés d’une quête hasardeuse où le chercheur reste évidemment sur sa faim.

PHOTOS-2013-0034.JPGPHOTOS-2013-5331.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si les Templiers troublent par leur réputation d’hommes secrets, leurs trésors cachés contribuent à épaissir encore davantage la part de mystère qui les entoure. Le Temple s’est vu prêter une tradition occulte et des ressorts ésotériques, particulièrement évoqués par les historiens du XIX ème siècle, dans l’atmosphère du Romantisme et plus près de nous dans les années soixante dix, avec le courant du Réalisme Fantastique.

PHOTOS-2013-5339.JPGLa possibilité pour les Alpes Maritimes de tenir dissimulés un ou plusieurs trésors templiers sur leur territoire, reste fort possible et n’aurait rien d’extravagant. Le contexte historique est déjà favorable à cette hypothèse, compte tenu du décalage de trois mois, séparant la rafle opérée dans le Royaume de France, de celle effectuée dans le pays de Nice. Le pays de Nice (qui n'est pas encore un comté à cette date précise) a pu servir de base arrière, de terre d’asile, voir d’abri pour accueillir ou soustraire pour un temps, les valeurs menacées par la convoitise du souverain du royaume de France.

PHOTOS-2013-0084-copie-1.JPGPHOTOS-2013-0102.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pays de Nice étant déjà une viguerie se réclamant indépendante du royaume de France et encore bien plus de celui de la Provence. C’est  donc vers l’extrémité orientale des terres de la France actuelle dans les Alpes Maritimes, avec ses ports et au voisinage des principautés autonomes d’Italie que pouvait s’organiser au mieux, une entreprise de dissimulation des biens les plus précieux.

PHOTOS-2013-0225.JPGPHOTOS-2013-5321.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De plus, si le coup de filet lancé par Philippe le Bel avait bénéficié d’un effet de surprise certain, celui opéré trois mois plus tard en Provence, laissera à l’Ordre le temps de se reprendre, en préparant un prudent repli stratégique, évitant l’arrestation massive des frères, comme la saisie de leurs valeurs. Averti, le Temple avait pu organiser la fuite de ses membres et le recel de ses richesses. 

PHOTOS-2013-0240.JPGPHOTOS-2013-0245.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour retrouver les cachettes probables, plusieurs pistes sont possibles, certaines fondées sur d’authentiques possessions détenues par l’Ordre restent les plus valables. D’autres, plus aléatoires, trouveront tout de même leur place ici, pour la merveilleuse légende qui les a portées jusqu’à nous. La commanderie de Vence, installée à la Bastide-Saint-Laurent, en situation dominante, au sommet et au bord des falaises du Baou des Blancs, surplombant la « Cité des Arts », a toujours bénéficié d’une position défensive idéale.

PHOTOS-2013-5298.JPGPHOTOS-2013-0249.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous les murs aujourd’hui écroulés, de ce qui fut l’une des cinq commanderies majeures des Alpes Maritimes, serait caché le fameux trésor du Temple. L’hypothèse prit forme, lorsque, après la seconde guerre mondiale, le chancelier allemand, Konrad Adenauer, vint régulièrement séjourner au tout proche château Saint-Martin. Erudit et grand amateur de l’histoire médiévale de l’Occident chrétien, ce haut personnage visita à plusieurs reprises les ruines de la citadelle templière du sauvage Baou des Blancs. Possédait-il des indices sérieux pour orienter ses recherches vers ce nid d’aigle ? Son obstination nous force à l’admettre.

PHOTOS-2013-0361.JPGPHOTOS-2013-0365.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Nice où le Temple possédait une importante Maison située à l’ouest de la ville, avec des dépendances intra-muros, le magot réapparaît sous le titre « Le Trésor du Malonat », dans une relation d’Alexandre Lacoste, tirée de son ouvrage « Nice et Monaco à travers les âges »  le romanesque récit évoque les amours coupables d’un Templier nommé Guillaume Guigonis avec la fille du bailli de Nice, Bertrade d’Arlac.

PHOTOS-2013-0380.JPGPHOTOS-2013-5012.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux tourtereaux se rejoignaient la nuit venue, en empruntant les souterrains du château paternel. Prévenus de la prochaine arrestation des Templiers, grâce à la complicité de la belle, les frères de la commanderie niçoise auraient alors transporté le trésor, en secret, dans les sous-sols du château, en profitant de la confusion du Carnaval et d’une distribution charitable. L’or et les bijoux amassés dans la Maison du Temple, cachés ainsi dans les souterrains de la forteresse, grâce à ce subterfuge, attendraient encore les chercheurs après la disparition tragique des deux amants.

PHOTOS-2013-5056.JPG

Une femme parmi les chevaliers


 Le sous-sol de la colline calcaire du Château de Nice, percé comme un véritable gruyère, avec des galeries souterraines multiples, n’a jamais été totalement exploré. Mais au-delà d’un site propice, comment à pu naître cette passionnante histoire, soutenue par quelques éléments crédibles ? Il est fait notamment état d’une dalle gravée des mystérieuses initiales des protagonistes, datée de 1307 qui aurait été mise au jour en 1822, lors de l’aménagement de la colline du château.

PHOTOS-2013-5011.JPGPHOTOS-2013-5026.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le fait que les Templiers aient pu être avertis de l’imminence de leur arrestation et qu’ils aient alors dissimulé leurs biens les plus précieux, est effectivement attesté par les recherches historiques : peu de frères arrêtés et saisie dérisoire de quelques objets usuels dans les Maisons de l’Ordre.

PHOTOS-2013-5061.JPGUne légende, tout aussi passionnante, hante encore la mémoire de la pittoresque et âpre vallée de l’Esteron. C’est vers les sources de cette rivière, dans un lieu reculé que les Templiers auraient prudemment caché le butin de quelques pillages effectués en Terre Sainte. Le magot rapporté d’Orient après la chute de Saint Jean d’Acre, enfoui dans une bastide accrochée aux pentes de la montagne du Teillon, dominant le village de Solheias, devait réapparaître curieusement au XV ème siècle, dans de bien troublantes circonstances.

PHOTOS-2013-5114.JPGPHOTOS-2013-5280.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peu de temps après la disparition des Templiers, en 1388, une bande de mercenaires à la solde des Duras, venue pour investir le village aux mains des Angevins, ne fut repoussée que par l’incendie de la forêt du Teillon. La bastide du Temple disparut alors dans les flammes. Ce n’est que deux siècles plus tard, qu’un berger découvrit une pépite d’or charriée par l’Esteron. Il eut la candeur de l’apporter au seigneur du lieu. Ayant deviné sans mal son origine, le baron réduisit au silence son naïf serviteur, en lui tranchant la langue.

PHOTOS-2013-5219.JPG

Le vol de l'aigle


 Puis ingénieux, il fit placer un fin grillage en travers de l’étroit cours d’eau, sous le prétexte d’user de son droit de pêche. Pendant les décennies qui suivirent, la famille du hobereau s’enrichit au gré des crues, puisant l’or dans les limons du ruisseau.  Historiquement, la commanderie du Ruou, une des plus importantes du pays de Nice, possédait effectivement des biens recensés à Solheias.

PHOTOS-2013-0115-copie-1.JPGPHOTOS-2013-0177.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En plus de cette certitude historique, des combats violents opposèrent en 1388 dans la vallée de l’Esteron, les fractions rivales, se disputant la succession de la Reine Jeanne. Signalons également que l’orpaillage dans la rivière de l’Esteron, est une pratique authentifiée par la géologie. L’ombre des chevaliers au blanc manteau à la croix rouge fascineront encore pendant longtemps les historiens et les chercheurs de trésors de notre région ....

PHOTOS-2013-5222.JPG

                            DIAPORAMA DE LA FETE


  
Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 08:30

OCTOBRE-2012-0132.JPG La Promenade des Anglais, comme son nom ne l’indique pas nécessairement, doit son origine à l’un des sujets de sa gracieuse majesté la Reine d’Angleterre. Habitué, au XIXème siècle, à passer ses vacances d’hiver sur la Côte d’Azur et spécialement à Nice en compagnie de sa petite famille.

OCTOBRE-2012-0027.JPG

Un banc en hiver sur la Cote d'Azur

 

Au début du XIXe siècle, des propriétés, pour la plupart occupées par des étrangers, surtout britanniques, s'étendaient jusqu'à la grève. A la suite de l'hiver rigoureux de 1820-1821, la mendicité ayant augmenté, le révérend Lewis Way, sa femme et son beau-frère Charles Whitby collectèrent des fonds auprès de la communauté britannique dans le but d'employer les chômeurs. Ils demandent la libre disposition du littoral à la municipalité le 5 mai 1835  qui fut accordées et signées ensuite par le roi Charles-Albert de Sardaigne.

OCTOBRE-2012-0072.JPGIls leur firent établir un chemin large de deux mètres le long de la baie des Anges. Ce chemin fut réaménagé dès 1840 par la municipalité niçoise. En 1844, prolongé jusqu'aux Baumettes, il est officiellement baptisé Promenade des Anglais. Les villas et leurs jardins sont peu à peu détruits et remplacés par des palaces, des hôtels et des casinos, ou des immeubles résidentiels.

OCTOBRE-2012-0077.JPGOCTOBRE-2012-0087-copie-2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La "Prom" atteint le torrent du Magnan en 1856 et est élargie à 8 mètres. Portée à 25 mètres, dont 12 de chaussée, en 1862, elle parvient à Sainte-Hélène, puis au port de Carras en 1882 et enfin jusqu'au fleuve Var, en 1903. Le Maire de Nice Jean Médecin dédouble la chaussée en 1930, multiplie les jardins et les palmiers jusqu'au boulevard Gambetta.

OCTOBRE-2012-0083-copie-1.JPGLa prom est inauguré dans sa forme définitive en 1931 par un des fils de la Reine Victoria, le Duc de Connaught. Ensuite Médecin prolonge cet aménagement entre 1949 et 1953, puis parachève cette allée triomphale en 1965 par une extension jusqu'à l'aéroport.

OCTOBRE-2012-0119.JPGPour beaucoup, l’endroit est devenu la Promenade ou même "la Prom" pour les niçois. De nos jours, la promenade des Anglais est un des lieux de visite incontournable à Nice. Elle est devenue un lieu de rendez-vous pour tous les amateurs de rollers et du pilou qui fait son grand retour. Bénéficiant d'une légère brise du large quasi constante, c'est un lieu privilégiés de jogging. Une piste cyclable ayant été tracée sur le trottoir sud, c'est la voie à vélo la plus expresse pour traverser la ville d'est en ouest.

OCTOBRE-2012-0101.JPGOCTOBRE-2012-0614.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Outre les manifestations nombreuses (Carnaval de Nice, batailles de fleurs, etc.), la promenade est réputée pour ses « chaises bleues » et ses pergolas, propices à un farniente tout méditerranéen et à la contemplation de la  mythique baie des Anges. Cette immense avenue bénéficie d'un travail architectural spécial, ainsi le revêtement est légèrement marron, des kiosques et des pergolas longent les 8 km de plage, enfin les lampadaires sont également uniques. Ils éclairent aussi bien le sol que le ciel : ils servent de balises pour l'approche des avions.

OCTOBRE-2012-0114-copie-1.JPGLes avions, par jours de vent d'ouest, doivent approcher en courbe et s'aligner avec les pistes en respectant le chemin lumineux de sorte à ne pas survoler la ville. Ces jours-là, depuis les fameuses chaises bleues, on observe ainsi le balai des avions en rase-motte au dessus de la mer du second aéroport de France sur tout le long de la Promenade. Il est avec Hong Kong l'aéroport le plus spectaculaire au monde.

OCTOBRE-2012-0138-copie-2.JPGTout au long de la promenade ont découvre les bâtiments "belle époque" ou "art déco" comme le Palais de la  Méditerranée, ancien « palais vénitien» et sa façade classée de style art-déco, puis viens ensuite le Royal, le Westminster, le West-End qui n'est autre que le Victoria de 1855, à peine transformé, et donc aujourd'hui l'immeuble le plus ancien de la Promenade. Il y a ensuite le Palais Masséna, puis vient le prestigieux symbole de la grande hôtellerie niçoise, l'Hôtel Negresco.

OCTOBRE-2012-0018-copie-1.JPGAu-delà du carrefour Gambetta, la Promenade est bordée de la villa Furtado-Heim, dite "Villa des Officiers", lieu des frasques supposées de la princesse Pauline Bonaparte, sœur de l'empereur Napoléon Ier. On continue la visite avec l'Elysée-Palace, hôtel de luxe qui compresse entre ses façades deux femmes en bronze de 26 m de haut, il précède le Palais de l'Horticulture.

OCTOBRE-2012-0143.JPGNous sommes là à proximité immédiates de la colline de Baumettes où se situe le Musée des Beaux Arts Jules Chéret. Il voisine le château des Ollières construit pour le prince Lobanoff-Rostowsky et le Château de la Tour.  Au 139 de la promenade, un  petit régal pour les yeux, la villa Collin-Huovila qui date de 1910; elle est l'œuvre de l'architecte Marius Charles Allinge et du sculpteur François Virieux dans le style modern art avec  sa statue en atlante.

OCTOBRE-2012-0158.JPGOn arrive enfin au quartier des affaires "L'Arénas" avec deux pôles d’intérêt: le parc Phoenix un enchantement pour les visiteurs, et le centre d’affaires proprement dit. Le quartier abrite la fondation Lenval, un hôpital pour enfants  fondée en 1888, c'est ici que sont nés les enfants d'angelina jolie et Brad Pitt. Plus de 40 000 enfants par an sont soignés par son service d'urgences. Pluridisciplinaire orientée principalement en pédiatrie. Il est considéré comme le meilleur service de pédiatrie de France.

OCTOBRE-2012-0167.JPGEnsuite face à l'aéroport international, le Parc Phœnix (j’y ai consacré plusieurs articles ICI) s’étend sur 7 hectares. 2500 espèces de plantes, dont certaines réputées rares, sont préservées dans un décor méditerranéen. La serre tropicale de 7.000m2 et de 25 m de haut est une des plus grandes du monde.

OCTOBRE-2012-0229.JPGConçu comme un lieu de rencontre entre l’homme et la nature, il se compose d’une vingtaine de jardins à thèmes sonorisés. Au gré de la visite du parc, le promeneur découvre : le jardin astronomique, 2 milliards d’années racontées par des fossiles, l’île des temps révolus, végétaux survivants depuis plus de 8 millions d’années, la bambouseraie, le jardin des graminées.

OCTOBRE-2012-0237-copie-1.JPG

Le calme de l'hiver sur la promenade

 

Les tapis de fleurs odorantes, différentes selon les saisons, flattent les sens par leurs couleurs et leurs senteurs. Le lac sur lequel évoluent les pélicans, les cygnes noirs et les canards, aux côtés des tortues, et les "cascades méditerranéennes" offrent un spectacle unique. La volière regroupe nombre d’espèces de rapaces et d’oiseaux exotiques.

OCTOBRE-2012-0248.JPG

La douceur de l'hiver sur la Cote d'Azur: Sont ils encore  Anglais ces lecteurs ?

 

Quant à la serre, d’une haute technologie, elle met en scène 7 climats tropicaux différents. On y trouve une forêt de fougères arborescentes, une très vaste collection d’orchidées rares. La faune exotique est présente avec quelques spécimens d’insectes et des aquariums avec des espèces très diversifiées de poissons.

OCTOBRE-2012-0374.JPG

Jardin du palais Massena


 Le jardin de Louisiane, le jardin de Thaïlande et le jardin d’Afrique Australe traduisent la diversité et la richesse de la nature. Le quartier de l'Arénas abrite en outre le Musée des Arts Asiatiques et le Lycée Paul Augier d'Hôtellerie et de Tourisme, de renommée internationale. La promenade des Anglais, c'est plus qu'un mythe, c'est une icone au même titre que les Champs Elysée à Paris ou la 5e Avenue à New York.
OCTOBRE-2012-0404.JPGOCTOBRE-2012-0533.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 *Selon les légendes, le nom de la baie proviendrait des anges descendus du ciel pour sauver les naufragés ou pour accompagner Réparate, Sainte-patronne de Nice, dont la dépouille arriva sur une barque à la dérive.

OCTOBRE-2012-0421.JPG

le palais de marbre archives municipales de la ville


 Par ailleurs, les pêcheurs niçois appelaient la baie «mar dei ange» depuis les temps immémoriaux d'après le nom du gros poisson «Squatina angelus» (ange de mer ocellé) qui s'y trouvait en abondance. Ce petit requin avait des ailerons qui évoquaient des ailes d'ange. Un des noms populaires du chemin littoral fut pour cette raison, «camin dei Ange».

OCTOBRE-2012-0562.JPG

                           DIAPORAMA DE LA PROMENADE


  
Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 19:48

OCTOBRE-2012-0181.JPG Mon itinéraire commence donc par Mandelieu sur la Cote d’Azur en direction de Fréjus Saint Raphael sur la Cote Varoise et traverse les communes de La Napoule,  Théoule, Miramar, Le Trayas, Anthéor, Agay le village de Saint-Exupéry pour se terminer sur le Dramont et Boulouris.

OCTOBRE-2012-0236.JPG

Chateau de Théoule

 La Corniche d'Or surnommée en raison de ses rochers taillée dans le porphyre, mérite tout à fait son titre car ce circuit panoramique culminant par endroit à 80 mètres au dessus de la mer propose à ses visiteurs de magnifiques points de vue aux couleurs de l'Azur constituée d’une infinité de petites criques escarpées.

OCTOBRE-2012-0231.JPG

Barques pour les joutes


 La route longe la côte depuis le centre ville de Theoule en direction de Saint Raphael. Les couleurs rouges de l'Esterel sont partout présentes et se mêlent harmonieusement aux différents bleus du ciel et de la mer. Elles changent bien sur en fonction de la lumière et de l’avancé de la journée. Malheureusement un peu brumeux cette fois ci lors de ma balade hivernale.

OCTOBRE-2012-0160.JPGCet endroit de la région était rattaché à l'Afrique et s'en sépara lors de la formation de la méditerranée... il y a environ 250 millions d'années ! A l'ère tertiaire, un pan partit à la dérive, ce fût la Corse. A chaque heure de la journée vos photos seront totalement différentes. C'est une palette de couleurs impressionnantes que les peintres ont immortalisé aux grés des siècles.

OCTOBRE-2012 0115Au départ vous aurez une vue d'ensemble sur les plages du centre de Theoule Sur Mer ainsi que sur la colline locale, le San Peyre en forme de triangle. Par la suite on s'achemine lentement mais sûrement vers les hauteurs de la corniche, véritable balcon sur l'Azur. Vous pourrez ainsi observer la Pointe de la Galère et ses maisons pieds dans l'eau qui en feront rêver plus d'un ou l’on remarquera l’original palais bulle de Pierre Cardin. La route panoramique offre une vue divine sur Mandelieu, Cannes, le Cap d'Antibes, les îles de Lérins, le moyen et l'arrière pays niçois ou l'on peut apercevoir en hiver les sommets enneigés du Mercantour.

OCTOBRE-2012 0120C’est en 1903 que fut achevée la liaison côtière entre le Var et les Alpes-Maritimes, véritable carte postale azuréenne célèbre dans le monde entier. La partie la plus spectaculaire de la côte est le pic du cap Roux où les porphyres rouges dévalent dans la mer du haut de ses 452 m. La forte pente du continent se poursuit sous les eaux : à moins de 5 kms au large de la pointe du cap Roux, la profondeur de plus de 1000 mètres est atteinte.

OCTOBRE-2012-0172.JPGC’est dans ce havre de paix sous-marin de 445 ha qui est situé au pied du Massif de l’Estérel entre Mandelieu-La Napoule et St Raphael que la zone du Cap Roux a été choisie en fonction de sa biodiversité pour permettre la reproduction du poisson. Sar, denti, loup, corbe, dorade, canthère, pagre, mérou, murène, congre, barracuda, rouget, chapon, serran et autres sérioles, ainsi que des espèces de crustacés tels que les homards, les langoustes et les grandes cigales. Toutes ces espèces, convoitées ordinairement par les pêcheurs professionnels et plaisanciers, vivent pour la plupart dans la plus grande réserve de France continentale.

OCTOBRE-2012-0657.JPG

Les deux maisons derriere le bateau ont appartenu a Saint Exupéry et sa soeur

 

Enfin le point d’orgue est à Anthéor où, en contournant la rade, vous verrez à votre gauche la plage et sur votre droite vous longerez le viaduc ferroviaire pour arriver sur le port d'Agay. Un vrai décor de train électrique !
Devenue un mauvais sentier, à peine pratiqué par quelques douaniers surveillant les rivages, cette route épouse en maints endroits le tracé de la Via Aurélia, voie romaine édifiée deux millénaires plus tôt, abandonnée à la suite des invasions barbares des sarrasins et des mauresques laissant la côte quasiment déserte depuis quinze siècles.

OCTOBRE-2012-0672.JPGLa nouvelle voie est créée grâce à la conjonction de plusieurs facteurs favorables : les touristes, recherchant de nouveaux lieux à découvrir et visiter à l’heure où la naissance de l’automobile leur offre de nouvelles perspectives, trouvent un écho puissant auprès du Touring Club de France, qui lancera l’entreprise. Les riverains s‘y joignent avec entrain.

OCTOBRE-2012-0140-copie-1.JPG

Le viaduc férroviaire d'Anthéor

 

Le succès est immédiat : la route permet en effet l’aller-retour dans la journée entre les deux grandes villes côtières de Cannes et Saint Raphael, le long des paysages magnifiques alliant le pittoresque du site au grandiose du panorama. Malgré les « frayeurs » causées par les pics, les tournants, les sinuosités et l’étroitesse de la voie, trois mètres de large à peine, c’est à pied, à cheval, à bicyclette et en voiture que la route est sillonnée, notamment par les ascendants des actuelles souveraines du Danemark et de Hollande.

OCTOBRE-2012-0639.JPG

L'ile d'or de Tintin fetera en 2013 le 100e anniversaire de la construction de la tour

 

A peine interrompue par la première Guerre mondiale, c’est durant l’entre deux guerres, toujours grâce au Touring Club, qu’elle sera élargie. Cela vaudra spécialement, sur toute la traversée de la commune de Théoule, un extraordinaire travail de tailleurs de pierres mené dans les porphyres rouges à raison de… trois pierres par jour et par ouvrier. Sous la houlette des Ponts et Chaussées, une main d’œuvre immigrée d’origine italienne démontre un véritable savoir-faire pharaonique dont sur des murs de soutènement, des parapets, des bordures de trottoirs notamment, avec une adresse et une dextérité sans doute aujourd’hui rares, qui laissent pantois d’admiration pour peu qu’on se donne la peine de les contempler.

OCTOBRE-2012-0682.JPGOCTOBRE-2012-0691.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La deuxième Guerre mondiale verra la Corniche d’Or tout d’abord empruntée par l’armée française en déroute, fuyant le Mentonnais devant l’invasion italienne en juin 1940, avant de remplir sous l’Occupation une fonction de « frontière » entre zones militaires interdites, avant l’évacuation générale qui précédera le débarquement de 1944. C'est face à l'ile d'or de Tintin inspiré par Hergé que  se déclenchait le débarquement de Provence.

OCTOBRE-2012-0683.JPG

la grotte ou se cachait Gaspard de Bresse


 1200 navires appuyés par une importante escadre de cuirassés et de porte-avions, soutenus par 1500 bombardiers, la force alliée de la 7e armée US et l'armée B des généraux Patch et De Lattre de Tassigny débarqueront sur la plage du Dramont (Green Beach), la calanque d'Anthéor (Blue Beach) et la plage du Veillat (Red Beach) 65000 hommes et 6000 véhicules. Le boulevard qui longe le littoral à cet endroit à deux appellations : la route de la Corniche bien sur, mais aussi celle de boulevard de la 36e division du Texas.

OCTOBRE-2012-0685.JPGAu Dramont, Il y a toujours un nombre conséquent de personnes prenant le temps de se recueillir sur ce lieu. Le bilan des combats fut de 4000 morts. Je termine peut-être cette balade magique sur une note moins réjouissante, mais le devoir de mémoire nous le rappelle ...

OCTOBRE-2012-0690.JPG

                         DIAPORAMA DE LA BALADE


  
Repost 0
Published by freerider06 - dans Provence
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 18:50

OCTOBRE-2012-0172-copie-1.JPG

La chapelle du Très-Saint-Sépulcre ou des pénitents bleus de Nice

 

Au XVIIIe siècle, selon un vœu formulé par le roi de Piémont Sardaigne, la ville établit plusieurs projets de réalisation d’une place d’armes devant la porte Pairolière (accès à la vieille ville). Le site n’est alors qu'un terrain vague jonché d’amas de pierres formés par le démantèlement des murailles de la forteresse. 

OCTOBRE-2012-0189.JPGOCTOBRE-2012-0185.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1780, la situation évolue rapidement lorsque le roi Victor-Amédée III décide de rendre carrossable la route de Turin à Nice, ce qui implique un aménagement à l’arrivée niçoise, digne de cet itinéraire royal, agrandi à l’espace de la future place Garibaldi. La place est aussi l’aboutissement de la Route royale (la real strada). Au nord, une porte monumentale ouvre l’entrée depuis Turin sur la place, et à l’opposé, la façade néoclassique de la chapelle du Saint-Sépulcre ferme la perspective de la Route royale.

OCTOBRE-2012-0193.JPG

Au fond, le musée d'Art moderne et d'Art contemporain "Ecole de Nice"


 Le modèle d’architecture de l’ensemble s’inspire de l’urbanisme turinois. Elle prend  le nom de place Pairoliera en référence à l’ancienne porte médiévale, puis devient place Victor Emmanuel dite piazza Vittorio. Le 13 septembre 1870, sur une proposition du préfet Baragnon, elle acquiert son appellation actuelle de place Garibaldi, en l’honneur du général et de l’homme politique italien, né à Nice, Giuseppe Garibaldi.

OCTOBRE-2012-0195.JPGDès son origine, elle est un carrefour emblématique où toutes les activités importantes convergent : le transit des marchandises vers le port Lympia, la grande foire aux bestiaux dite de la Saint-Barthélemy du 24 août au 2 septembre, l’accueil des souverains en ville comme Charles Félix le roi bien aimé des niçois.

OCTOBRE-2012-0196.JPGLe jour où Nice apprend la mort de Giuseppe Garibaldi l'enfant du pays, le 4 juin 1882, le conseil municipal de la ville vote l'érection d'une statue en son honneur. C'est le sculpteur Antoine Etex qui est choisi pour sculpter la statue. Celui-ci en réalise l'ébauche mais meurt en 1888 avant d'avoir pu la terminer. De même que Dominique Ciotti, l'entrepreneur chargé de construire le piédestal du monument, mort avant le terme de son travail.

OCTOBRE-2012-0204.JPGIl est alors fait appel à Gustave Deloye. Pour des raisons techniques, ce dernier quadruple la taille du socle sur lequel doit reposer la statue et rajoute deux lions de bronze sur les côtés, par rapport à ce qui était prévu initialement. La statue est finalement inaugurée le 4 octobre 1891. Symboliquement, Garibaldi a donc le regard tourné en direction de Turin la capitale du royaume. Il porte sa fameuse chemise rouge, à le poing droit serré et son bras gauche s'appuie sur son épée.

OCTOBRE-2012-0311.JPGLe groupe allégorique en bronze, situé sous la statue de Garibaldi, représente la France et l'Italie veillant sur le berceau de Garibaldi enfant. La France, à droite, est recouverte d'un bonnet phrygien et la hampe du drapeau qu'elle porte est surmontée d'un coq, tandis que celle du drapeau porté par l'Italie, à gauche, est ornée d'une louve romaine. Sur le petit piédestal qui porte ces bronzes, figure l'inscription Garibaldi/Sa ville natale en lettres capitales. De part et d'autre de ce groupe allégorique figurent deux lions en bronze symbolisant deux des fils de Giuseppe Garibaldi : Menotti et Riciotti.

OCTOBRE-2012-0334.JPGOCTOBRE-2012-0352.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces lions s'appuient chacun sur un canon. Celui de gauche porte l'inscription 1860 en référence à l'expédition des Mille, épisode du Risorgimento qui aboutit à la conquête du royaume des Deux-Siciles par Garibaldi. Sur celui de droite est mentionné l'année 1870, en rapport avec la bataille de Dijon lors de la guerre franco-prussienne au cours de laquelle Garibaldi s'illustra héroïquement. Sur la face arrière de ce socle où repose la statue du général, se trouve un bas-relief illustrant « Nice au milieu des nations ».

OCTOBRE-2012-0355.JPGLe piédestal qui supporte tout le monument, de forme carrée, comporte sur chacun de ses côtés la sculpture d'une proue, baignant donc dans l'eau du bassin qui entoure le monument, en référence à la tradition maritime de Garibaldi et de sa famille. Il porte sur sa face avant deux médaillons représentant deux des petits-fils de Garibaldi : Constant à gauche, et Bruno à droite. Sur chacune de ses faces, il est orné, au centre, du blason de Nice.

OCTOBRE-2012-0542.JPGOCTOBRE-2012-0599.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La place Garibaldi a la forme d'un rectangle d'une longueur d'environ 123 mètres et d'une largeur d'environ 92 mètres. Au centre, dans un rectangle homothétique à la place, le sol est recouvert de lames de pierre de gneiss grises. En périphérie, le sol est recouvert d'un dallage et d'un pavage en basalte.

OCTOBRE-2012-0555.JPG

façade en trompe l'oeil

 

La place Garibaldi de Nice est l'une des rares places en Europe à être décorée en trompe-l’œil sur ses quatre façades ornés de frontons et de balustrades. C’est d’ailleurs la plus vaste superficie murale de France réalisée en trompe-l’œil. Les quelques 6 500m² de façades ont été restaurés par les fresquistes de la région dernièrement sur des archives originales. Les immeubles qui entourent la place comportent tous des arcades sur pilastres, voûtées d’arêtes, se développant sur trois niveaux.

OCTOBRE-2012-0601.JPG

Le balcon est bien réel. Le reste, c'est du trompe l'oeil.


 Cette organisation architecturale participe de la mode des places royales caractéristiques de l’urbanisme baroque. Les maisons mesurent toutes 12 mètres de profondeur dont 4,70 mètres pour les arcades. Les portes cochères doivent ouvrir sur des allées voûtées reliant la place à des cours situées derrière ou entre les maisons. La couleur de l’ensemble est "biglio d’olio di noce", gris huile de noix.

OCTOBRE-2012-0602.JPGSur la place et derrière la statue de Garibaldi, on remarquera la magnifique chapelle du Saint-Sépulcre qui appartient à la Vénérable Archiconfrérie des Pénitents Bleus du Saint Sépulcre. La façade est de style à la fois néoclassique et baroque. La Société du Saint Sépulcre à Nice a été fondée en février 1431 par dix personnages issus de grandes familles du comté et réunis autour de Jean Grimaldi de Beuil. Cette société chevaleresque avait deux buts :

OCTOBRE-2012-0175.JPGPréparer et financer l’installation d’un couvent Franciscain de l’Observance à Nice et soutenir l’œuvre de la custodie de Terre Sainte dont les Franciscains avaient la charge (d’où le nom de cette société qui fait référence au St Sépulcre de Jérusalem). Nice possède plusieurs confréries de pénitents et dans le cas du Saint Sépulcre, on parle de Pénitents Bleus. Cette couleur fait référence au manteau de la Vierge Marie.

OCTOBRE-2012-0600.JPGUne confrérie de pénitents est une société de fidèles catholiques qui demeurent à l’état laïc (c'est-à-dire qu’ils ne prononcent pas de vœux religieux, ils vivent dans le siècle, ont un travail, une famille…). Très élégante et lieu privilégié de l’identité niçoise en raison de sa promiscuité avec la vieille ville et le quartier du port, la place Garibaldi constitue un important intérêt touristique pour tout visiteur se rendant dans la capitale de la Cote d’Azur.

OCTOBRE-2012-0611.JPG

                              DIAPORAMA DE LA PLACE


Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 06:35

PHOTOS-2013-0231.JPG

Promenade des Anglais: la foule sur des kilometres

 

Le carnaval de Nice 2013 a mis l'accent sur quelques nouveautés pour mettre une ambiance de folie à chaque fois renouvelé pour le bonheur de tous les carnavaliers. Comme pour le bain de Noel, cette année les Niçois courageux se sont jetés à l’eau le 17 février 2013 sous le regard admiratif et frigorifié de Fanny, Miss carnaval 2013 au son des percussions du "Batala Brasil" avec une eau à seulement 14°.

PHOTOS-2013-0055.JPGPHOTOS-2013-0088.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 De quoi te frigorifier l'ambiance ? Non pas du tout, car il était demandé ensuite de participer au Rock & Roll Nice 10 Miles du carnaval en profitant d'un panorama exceptionnel qu'offrent la célèbre promenade des anglais et la baie des anges. Tout l'art de courir déguiser !

PHOTOS-2013-3607.JPG

les écrans: les supporters de Nice au bain du carnaval

 

Concept unique importé des États-Unis, la course était rythmée par le son pop-rock live des groupes Kazan, The Kitchies, Watts, Janis et les slybarts et His Majesty ! Une animation carnavalesque tout au long du parcours et grand concert final devant les tribunes du carnaval sur la Place Masséna. C'est dans cette ambiance que les participants ont parcouru les 16,1 km de cette course hors-norme.

PHOTOS-2013-0382.JPGPHOTOS-2013-0394.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est sous le soleil et une température très agréables que les chars et les groupes d’animations ont défilé ensuite dans l'après-midi à Nice. Après les traditionnels chars et grosses têtes, les chars des batailles de fleurs, découvrons les personnages de carnaval qui sont mis à l'honneur.

PHOTOS-2013-0084.JPGSouvent des anonymes se cachent sous un déguisement ou un masque, d'autres posant volontiers pour la photo et l'espoir de se voir le lendemain sur une page du quotidien local. Tous ces personnages viennent bien sur du théâtre italien de la "Commedia dell’arte". Ne l'oublions pas, Nice était une ville piémontaise et de culture italianisante.

PHOTOS-2013-0037.JPGPHOTOS-2013-0343.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier personnage de la fete est bien sur sa Majesté Carnaval, personnage joyeux. Il est très grand. C’est le roi du carnaval. Il a une couronne sur la tête et un sceptre à la main. On le brûle à la fin de la fête.  Puis, Il y a polichinelle un vilain personnage. Il a un nez crochu. Il a un gros ventre et une bosse dans le dos. Il a un bâton pour frapper, mais il ne fait peur à personne le jour de carnaval. 

PHOTOS-2013-3592.JPGPHOTOS-2013-3722.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arlequin était dans le folklore médiéval, associé à la Mesnie Hellequin qui était la chasse sauvage (des âmes errantes) menée par Hellequin, personnage proche de la tenue d'homme sauvage feuillu, dont les feuilles sont ensuite symbolisées par les losanges du costume d'Arlequin. Il a un chapeau blanc et un masque noir. 

PHOTOS-2013-3739.JPGPHOTOS-2013-3664.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Fou fait rigoler le Roi. On l’appelle aussi le Bouffon. Il a un bonnet biscornu  avec  des clochettes. Son costume est multicolore.
Pierrot a une larme sur la joue parce qu’il est triste. Il aime Colombine. Il joue, pour elle, de la mandoline, assis sur la Lune. Il a un costume blanc avec de gros boutons noirs.

PHOTOS-2013-3804.JPGLes Sorcières ont un nez crochu. Elles font des potions magiques et elles jettent des sorts. Elles volent sur un balai et elles ont un chat noir. Mais pire encore que les sorcières, il y a les diablesses ! Dans sa conception originelle la "Diablesse" était une incarnation du démon. Elles incitent les hommes à la débauche et au péché, les retardant à rentrer dans le carême. Là, ressort une fois encore la lutte éternelle entre Dieu et Satan, entre le bien et le mal.

PHOTOS-2013-3733.JPGPHOTOS-2013-3735.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Viennent ensuite les Gilles qui ont un chapeau avec des plumes d’autruche. Ils sont gros. Ils agitent des grelots et ils frappent le sol avec leurs sabots de bois. Ils jettent des confettis. Voici maintenant Pantalon: Ce vieux déguisement personnifie un typique vieux et riche marchand vénitien, avare, tatillon et hypocrite, continuellement à la recherche d'argent et qui se plaint toujours de ne pas en avoir. Son costume est constitué d’une mantille sombre, de longs pantalons et de chaussures avec la pointe tournée vers le haut.

PHOTOS-2013-3801.JPGPHOTOS-2013-3849.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a Balanzone d'origine bolognaise, c'est le typique docteur débonnaire, pédant et très bavard, bourru et très sensible au charme féminin, mais il n'est jamais payé en retour. C'est un gourmet donc il apprécie la cuisine de sa ville natale mais il est distrait et se promène habituellement avec des livres et des manuscrits sous le bras.

PHOTOS-2013-3889.JPGPHOTOS-2013-3914.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passons à Brighella un masque Lombard qui représente un paysan grossier des vallées bergamasques; il apparaît souvent aux côtés d’Arlequin mais il est plus fourbe, prêt à duper, taquin, et très habile à jouer de la musique, à danser et à chanter. Son nom dérive du verbe " duper” et en effet il personnifie le serviteur à tout faire et intrigant.

PHOTOS-2013-3936.JPGPHOTOS-2013-3939.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Colombine: Ce personnage féminin représente comiquement la "petite servante " typique gracieuse, astucieuse, séduisante et très vive, toujours courtisée par le maître ou par ses amis, mais fidèle à son fiancé Arlequin. Coquette, rusée et bavarde elle favorise les rencontres amoureuses et les intrigues de sa maîtresse, faisant l’intermédiaire dans la remise des petits billets secrets. Quelquefois elle est aussi menteuse mais toujours avec les meilleures intentions.

PHOTOS-2013-3986.JPGPHOTOS-2013-4000.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  N'oublions pas Rugantino: Il représente le romain arrogant populaire, querelleur, fanfaron et incohérent, mais c’est un peureux doté d'une certaine bonhomie.

Puis Gianduja le régional de l'étape d'origine piémontaise (et oui Nice n'oublie pas ses origines), il incarne un paysan subtil, calme et généreux, aimant le vin et il a été le symbole du patriotisme modéré du Piémont. De ce personnage vient le nom du célèbre chocolat "gianduiotto" composé de chocolat à la noisette et en forme de barquettes retournées, comme le couvre-chef de Gianduja.

PHOTOS-2013-4052.JPGPHOTOS-2013-4068.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Un autre représentant de la région voisine Stenterello, masque toscan, il est représenté par un personnage maigre et chétif, doté d'une grande aisance verbale, maligne et farfelue. Il a souvent un rôle comique et actif de furieuses disputes.

PHOTOS-2013-4082.JPGPHOTOS-2013-4089.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Tous ces personnages viennent de l'esprit caricaturiste spécifique au carnaval de Nice berceau de tous les vrais carnavals. Le Comté a lui aussi ses personnages spécifiques: La Ratapignata (la chauve souris), une représentation inversée de l'aigle, symbole de Nice et de son Comté. Elle symbolise le retour du printemps.

PHOTOS-2013-4116.JPGPHOTOS-2013-4109.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Babaou, est un animal important dans la mythologie carnavalesque, dragon aux allures monstrueuses, cracheur de feu souvent rouge ou vert, selon les circonstances il sort du Paillon au mois de février pour rejoindre le cortège du carnaval et retourne dans le fleuve à la fin de la fête. Le Paillassou est l'une des plus anciennes traditions du Carnaval de Nice, toujours en vigueur de nos jours. Il s'agit d'un mannequin, bourré de paille et de chiffons, que l'on jette en l'air et récupèré dans une bâche tendue.

PHOTOS-2013-0204.JPGPHOTOS-2013-0207.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis pour finir il y a la BAT,  comprenez par la, la Brigade d'Agitateurs  de Tribune. Pour mettre l'ambiance pendant le carnaval, vous pouvez compter sur eux. Une troupe d'une cinquantaine de jeunes très motivés lâchés dans la foule.

PHOTOS-2013-3615.JPG

PHOTOS-2013-3741.JPG                       

 

                      

 

 

 

                                

                             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                               

                            

DIAPORAMA DES PERSONNAGES


  
Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 22:47

PHOTOS-2013-0053.JPG Un peu d'histoire:

En 1876, Andriot Saëtone crée la 1ère bataille de fleurs sur la Promenade des Anglais. Elles gardent depuis ce cadre prestigieux. À l’origine, elles prennent la forme de simples échanges de fleurs et, peu à peu, se transforment en un véritable spectacle.
PHOTOS-2013-0061.JPGPHOTOS-2013-0072.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Organisées initialement pour divertir les premiers touristes, le gotha européen, les batailles de fleurs sont maintenues pour honorer le travail des producteurs locaux, cher à Alphonse Karr, écrivain-botaniste, attaché à Nice. Aujourd’hui, le Carnaval de Nice valorise la qualité et la grande variété florale azuréenne puisque 90 % des fleurs utilisées sont produites localement.

PHOTOS-2013-0115.JPGLes batailles de fleurs sont à l'unisson des chars de carnaval, un cortège de mises en scène végétales sur le même thème. Leur réalisation représente un long et méticuleux travail, pourtant effectué dans un délai court par les maîtres de l’art du piquage que sont les fleuristes. Les costumes naissent dans un atelier de création qui leur est entièrement dévolu. Ce sont des créations uniques conçues comme pour le théâtre.

PHOTOS-2013-3857.JPGPHOTOS-2013-3843.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette manifestation représente un spectacle unique au monde, elle compte parmi les fêtes les plus renommées de la Côte d’Azur. Nice exporte dans le monde entier ce savoir-faire de l’élégance, de la beauté et du charme des batailles de fleurs car Nice est l'inventeur du Carnaval et tous les grands carnavals du monde ont copié son modèle, même celui de Rio de Janeiro qui fut organisé après le passage de l’empereur Pedro II à Nice.

PHOTOS-2013-0137.JPGC’est à la Belle-Epoque que le Carnaval de Nice connaît son apogée : c’est alors le plus grand Carnaval du monde. Son histoire commence pourtant en 1294, avec le séjour à NICE, du Comte Charles II, Duc d’Anjou, venu pour y passer les jours joyeux du Carnaval. Aujourd’hui les corsos et la bataille des fleurs représentent toujours ce qui se fait de mieux au monde.

PHOTOS-2013-3834.JPGPHOTOS-2013-3879.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Des chiffres démesurés:

Les chiffres nous font vite tourner la tête. En deux semaines, incluant trois week-ends, c'est entre 1,5 et 1,8 millions de visiteurs que le carnaval attire chaque année. En effet, plus d'un million de personnes qui s'aventurent dans les quartiers, sur la promenade des Anglais ou sur la place Masséna et qui participent à l’événement viennent de l’extérieur des Alpes Maritimes.

PHOTOS-2013-0140.JPGEn 2012, on notait une augmentation de 17,8% par rapport à 2011. Et cette année, sur le premier week-end de réservation, on remarque déjà 15% de plus à la billetterie. Mais il ne faut pas non plus oublier les 2000 petites mains qui s'agitent dans l'ombre, sans qui, ne l'oublions pas, le carnaval serait impossible.

PHOTOS-2013-3930.JPGPHOTOS-2013-3955.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais le chiffre qui marque les esprits, c'est bien sûr celui des recettes: près de 60 millions d'euros entrent directement dans la case des retombées économique du carnaval  contre 8 millions de budget alloué à l'organisation de l'événement... La fréquentation touristique en cette période est extrêmement forte et lorsque l'on additionne le remplissage des restaurants, des hôtels, l'usage des transports et l'affluence dans les magasins font vite grimper la facture. Et ce qui est bon pour la ville, est bon pour ses habitants.

PHOTOS-2013-3867.JPGCette année, les carnavaliers ont battu des records. 18 mètres de haut, pour 18 tonnes, les chars, n'ont jamais été aussi imposants et nous sommes très fiers de la qualité du travail et le savoir-faire de nos carnavaliers.

PHOTOS-2013-3893.JPGPHOTOS-2013-3933.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- 20 chars de 12x3m
- 30 carnavaliers et 160 carnavaleurs
- 150 grosses têtes (leur poids varie entre 10 et 12 kg) qui durant le Carnaval, elles effectuent l’équivalent d’un marathon. Chaque porteur de grosse tête traditionnelle dépense une énergie évaluée à un mégajoule pendant la durée du Carnaval.

- 70 troupes
- 4 500 heures de travail réparties sur 6 mois
- 25 tonnes de confetti
- 15 pays représentés

PHOTOS-2013-3983.JPGPour une bataille des fleurs: (pour connaître la totalité, vous multipliez par 18 représentations)
- 8 000 tiges de fleurs fraîches (20 fleuristes, 8 000 à 10 000 fleurs lancées sur chaque char par des mannequins costumés).
- 90% des fleurs sont issues de la production locale des Alpes Maritimes
- 45 heures de travail concentrées sur deux jours et demie
- 500 pains de mousse
- 20kg de fil de fer
- 15m de grillages jardin

PHOTOS-2013-3954.JPGPHOTOS-2013-3997.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Plusieurs baquets de 200 litres d’eau
- 1000 mètres de fresques
- 40kg de fleurs distribués par char

- 1000 musiciens et danseurs
- 20 tribunes de 8 080 places assises chacune sur 14 rangs.

PHOTOS-2013-0083.JPGPendant la quinzaine, Nice devient vitrine du monde :
- 100 médias représentés (presse écrite, radio et TV)
- 325 accréditations de journalistes
- 51 journalistes internationaux de 17 pays différents

PHOTOS-2013-4010.JPGPHOTOS-2013-3821.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25800 nuitées dans les hôtels, induites par l'Office du Tourisme et des Congrès de la ville. A noter cette année une très forte présence des médias asiatiques.
L'équipe de télévision NHK, première au Japon est venue tourner une 45 minute. L'Agence Chine Nouvelle TV et Phoenix TV étaient présentes également. En tout une cinquantaine de journalistes et techniciens chinois et japonais ont découvert la ville et la manifestation... La société japonaise Panasonic a profité du Carnaval pour tourner son film institutionnel de présentation de ses nouveaux écrans 3D.

PHOTOS-2013-4025.JPGDe nombreux articles ont été réalisés partout dans le monde (Asie, Amérique Latine, Europe de l'Est et USA) grâce aux agences de presse qui ont bien relayé l'information.
L'élection de la Reine du carnaval en ligne a profité, elle aussi, d'un immense succès : 371,539 votants de 54 pays du monde, 43% de plus que l'année précédente.

PHOTOS-2013-0032.JPGPHOTOS-2013-0197.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le Carnaval, "Roi des 5 Continents", est fidèle à sa vocation d'universalité. Sa majesté accueille comme invitée d’honneur : la Francophonie. En effet, les VII Jeux de la Francophonie se déroulant sur ses terres du 6 au 15  septembre 2013, il apparaissait légitime de lui réserver ce titre. Nice sera à l’occasion, ambassadrice de la France et accueillera des Chefs d’Etat et de Gouvernement du monde entier.

PHOTOS-2013-0090.JPG

                               DIAPORAMA DE LA BATAILLE


  
Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice

Retour Blog Principal & Commentaire