Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 14:37

octobre2001-5735.JPG

La Méditerranée est comme une femme au caractère imprévisible ; calme, avenante et souriante la plupart du temps. Mais elle peut soudainement se transformer en furie. Les marins de l’Atlantique se moquent souvent de ceux de la Méditerranée, jusqu’au jour où, naviguant dans ses eaux placides, ils essuient une tempête comme celle que nous avons eu en Novembre 2011. Deux fois par an, notre mer fait une grosse colère, au moment de l’équinoxe de printemps, et à celui d’automne justement... Et ca, il n'y a que les montagnards pêcheurs qui savent l'apprivoiser ! Les pécheurs de l’atlantique n’ont plus qu’a prier « notre dame de bon port ». En attendant, petite visite au port de Nice pour voir les fameux pointus ...

octobre2001-5799.JPG Lors de la fondation de Nikaïa, au Ve siècle avant J.C., les Grecs ont choisi d’établir leur comptoir dans l’anse des Ponchettes. Ce site réunissait en effet trois éléments essentiels : un abri, une source d’eau douce située au pied de la colline du Château et un moyen de défense à proximité immédiate de la mer.
L’anse des Ponchettes a ainsi été le premier port de Nice, dès l’Antiquité et jusqu'à la moitié du XVIIIe siècle. Au fil des siècles Nikaïa devient Nice et son "port" change de nom. Il devient l’anse Saint-Lambert, peut-être du nom d’une chapelle voisine aujourd’hui disparue. Malgré plusieurs projets successifs d’aménagement durant tout le XVIIe siècle, l’anse Saint-Lambert est restée une marina à peine aménagée.

octobre2001-5813.JPG  Au milieu du XVIIIe siècle, les ducs de Savoie, soucieux de développer le seul débouché maritime de leurs Etats, décident d’abandonner le site des Ponchettes. En 1749, le roi Charles-Emmanuel III décide de faire construire un nouveau port de Nice dans la plaine de Lympia. Au total, la construction de ce nouveau port artificiel en pleine campagne, commencée en 1750, demandera un siècle et demi de travaux !

octobre2001-0239.JPGoctobre2001-0241.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Contrairement ce à quoi on pourrait s'attendre pour une si grande ville, le port de Nice est relativement petit. Nice n'est pas le principal port de plaisance de la Cote d’Azur, ce titre la, revient à Antibes et le premier port de croisiere est celui de villefranche sur mer, premier port du comté de Nice au temps de la maison de Savoie. N'empêche que le lieu est très joli et intéressant à visiter. Les façades des maisons l'entourant et leur reflet dans l'eau associé au bleu du ciel donnent des scènes très colorée et photogénique à la fois ! la premiere empreinte de l'Italie toute proche ....

octobre2001-0237.JPG  La balade autour du port peut se faire sur deux niveaux, l'un en surplomb, l'autre directement au bord de l'eau. On se baladera donc le long du quai Lunel, du quai Papacino et de la place de l'ile de beauté puis des docks. Vous y découvrirez de nombreux bateaux des pêcheurs et des plaisanciers et enfin plus loin les ferries partant pour la Corse.

octobre2001-0249.JPG  Construit au milieu du XVIIIe siècle, le Port de Nice est longtemps resté un petit port : accueillant tartanes, felouques à voiles latines, le port offrait cependant un spectacle animé. Il était initialement dédié à l’exportation de produits locaux  du comté : huile d'olive, citrons, oranges, anchois et thons pêchés dans la Baie des Anges. Mais aussi de produits issus du piémont italien. Côté importation, le port voyait transiter les céréales que les négociants niçois achetaient jusque dans les colonies anglaises de l'Amérique du Nord, le sel, le sucre, le cacao, et le café.

octobre2001-0253.JPG  M'en bati siou Nissart !

 

Le développement de l’exportation avec des produits manufacturés arrivera le siècle suivant. Aujourd’hui, le Port de Nice reste l’un des lieux les plus authentiques de la ville. Port de commerce, il est un lieu d'ancrage pour les pointus et les yachts. Il demeure aussi bien sûr le point de liaison avec la Corse, Nice étant le point de la France continentale le plus proche de la Corse. Le port de Nice est le premier port cimentier de France en liaison avec les usines de traitement des galets de la vallée du Paillon.

octobre2001-0210.JPG Le port de plaisance de Nice est aussi bien occupé par les "pointus", les barques en bois des pêcheurs du début du siècle et typique du bassin mediterraneen. On en trouve presque une centaine alignés sur 2 lignes dans le port de Nice. Ces pointus, barques de tradition Niçoises ne sont plus construits depuis plus de 30 ans et sont donc désormais comptés et fichés, chacun a sa carte d'identité.

octobre2001-0214.JPG  Depuis longtemps, des amateurs de belle marine pensent que ces barques de travail font partie de notre patrimoine historique nautique, autant que les grands yachts. Des associations comme « la Mouette » fondée en 1928 œuvrent pour restaurer les « pointus » et pour convaincre leurs propriétaires de ne pas les abandonner, malgré le cout de l’entretien, pour des « baignoires en plastique ». Car à Nice on aime les traditions et notre passé historique est sacré...

octobre2001-0258.JPG Tous les Niçois, des milliers de touristes et tous les voyageurs partant pour la Corse ont sous les yeux un parterre de pointus aux coques splendides, toutes différentes, avec des couleurs chatoyantes, des formes rondes et leurs virils « capians ». Les pointus participent à l’animation du port : tous les jours mais aussi à la Fête de la St Pierre fin juin, la Fête de la Vierge le 15 aout, la Fête du port début septembre…. Les Pointus de Nice sont bien notre Patrimoine Maritime à tous, précieux à conserver au cœur de notre port.

octobre2001-0192.JPGMais, c'est quoi ces pointus ? Le pointu est une famille de barques de pêche traditionnelles de Méditerranée. La poupe (arrière) est pointue alors que la proue (avant) est prolongée par un éperon ou « mourre de pouar » (le museau du cochon en Nissart). La famille au sens large comprend notamment : la gourse de Nice dérivée du gozzo italien (barque Tyrrhénienne), la sétoise, la bette, la tartane, la barque catalane, les barques d'Afrique du Nord, de Malte, de Grèce, les felouques génoises.

octobre2001-0194.JPGPour trouver à Nice la vente directe des marins pêcheurs Niçois, il faut aller à la place Saint François dans le vieux Nice ou bien à Malaussena place de la libération ou encore sur le port du Carras voir Tony et sa femme Christiane  qui étale la pêche de son mari parti à 2h du mat pour en revenir à 11h. Ici vous trouverez sars, pageots, bars (loups), petits rougets-barbets, maquereaux qui frétillent encore sur ses étalages. Mais aussi les anchois,  la poutine (alevins de sardines), poissons de roche, dorades grises, ou des poissons moins connus comme la sériole, la liche, la mostelle....

octobre2001-0198.JPGC'est à Saint François que l'on pourra trouver du vrai pissalat et toujours à carras pour la poutine car il reste encore une dizaine de pêcheurs de la prud'homie de Nice qui continuent à pêcher cette légendaire sardine. A la tombée du jour, ou de nuit, ils attendent que la poutine monte à la lumière. Ils la ramènent dans les filets, à la force des bras, à bord des bateaux, chacun revient avec une centaine de kilos. La poutine (ou nonat) est le nom vernaculaire utilisé dans la région niçoise, pour désigner un alevin de poisson.

octobre2001-0205.JPG

 En 1810, le Nissart Antoine Risso identifiait un alevin de poisson, pêché dans les eaux niçoises, comme étant celui de l’Atherina et lui donnait le nom de nonat. La poutine ou le nonat n’est pas non plus le seul format de sardines ou d’anchois pêché, consommé et vendu sur le littoral Niçois. En 1947, le premier lexique bilingue français-niçois traduisait les différentes étapes de croissance de la sardine depuis sa naissance ; Poutina, rafaneta, pataieta, palaia et sardina.

octobre2001-0213.JPG

La pêche à la poutine se pratique avec une senne à mailles serrées. C'est une pêche traditionnelle qui se pratique depuis des siècles sur le littoral niçois et la Riviera italienne. La poutine se consomme en soupe (à peine blanchie), au lait, en beignet, en omelette. Cependant, le moyen le plus simple pour découvrir toute sa fragrance et saveur est de l’apprécier crue avec un filet d’huile d’olive AOC Nice et quelques gouttes de citron de Menton. La différence avec les poissons de méditerranée, c’est qu’eux, ils ont du gout …

                                  DIAPORAMA DE LA VISITE

 Sans titre

Partager cet article

Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice

Retour Blog Principal & Commentaire