Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 06:06

AOUT-2014-2697.JPG

Eglise Saint Jean Baptiste le Voeu

Depuis sa création en 1996 la Sainte Fleur est un formidable moteur de promotion de la filière horticole de notre département. Rien n’aurait été possible sans la bienveillante complicité de Monseigneur Léon Repetto, alors Curé de la Cathédrale Sainte Réparate qui s’est dès l’origine attaché à apporter le soutien indispensable de l’Eglise.

AOUT-2014-2610.JPGAOUT-2014-2680.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De même la Ville de Nice, puis le Conseil Général et le Conseil Régional, ont soutenu cette belle initiative aujourd’hui inscrite au calendrier des manifestations niçoises et nationales, le premier dimanche d’octobre.

AOUT-2014-2575.JPGL’association niçoise affiche en effet depuis l’origine deux ambitions. La première est de faire de la célébration de Sainte Fleur, une Fête corporative et de tradition populaire dédiée aux Métiers de la Fleur, aux Fleuristes et Horticulteurs en particulier. Fleur est devenue la Sainte patronne des Fleuristes et des Horticulteurs. La seconde est de promouvoir à cette occasion les savoirs faire artisanaux qui caractérisent ces métiers et notamment, promouvoir la Grande Riviera Florale, les Fleurs de Nice et de San Remo, Cités fondatrices en Europe.

AOUT-2014-2629.JPGAOUT-2014-2685.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sainte Fleur est née à Maur dans le Cantal vers 1300. Fille d'un seigneur nommé Pons, elle entra très jeune à l'Hospice de Beaulieu. Contemplative, Fleur connut son épanouissement de foi tant dans l'extase que dans le doute. Elle passa sa vie à soigner des malades. Sa fête, inscrite au calendrier,  tombe le 5 octobre. A Nice, on la célèbre le premier dimanche du mois, car le second est dédié à sainte Réparate, la sainte patronne de la ville.

AOUT-2014-2654.JPGA l'image de sainte patronne, la Fête de la Sainte Fleur est restée discrète et ouvre silencieusement le 5 octobre depuis des années le début de la saison des fleurs de la Riviera. En revanche, les rivieras ne sont pas discrètes et à l'inverse des autres régions, il se prépare ici en hiver, entre mer et montagne, une profusion de couleurs et de senteurs.

AOUT-2014-2693.JPGAOUT-2014-2708.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourvu d'un pouvoir exceptionnel d'acclimatation de végétaux méditerranéens et exotiques, les rivieras niçoises et San rémoises  (San Remo Italie) ont vu leur production horticole réellement exploser avec le réseau ferroviaire et le fameux train des fleurs. La période hivernale est la période traditionnelle de production des Riviera dei Fiori et Riviera Costa Azzurra (Cote d'Azur). Ce sont elles qui continuent d'établir la référence en matière de belles fleurs.

AOUT-2014-2705.JPGLes villes de Nice et de San Remo sont à l'origine d'un "patrimoine unique au monde" que des générations d'artisans producteurs et fleuristes ont contribué à constituer, et exhaler en bouquets. Le marché de la Fleur représente encore des dizaines de milliers d'emplois directs et indirects en région Niçoise et en Ligurie Occidentale.

AOUT-2014-2709.JPGAOUT-2014-2710.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les horticulteurs qui sont les fondateurs de ces métiers de la fleur, et les fleuristes, représentent tant en Comté de Nice qu'en Italie, un potentiel original de vitalité qui doit préserver sa place dans un environnement concurrentiel rude (Pays Bas). La Fête de la Sainte Fleur contribue dans ce contexte à une remétropolisation de Nice,  Riviera Côte d'Azur comme capitale de la tradition florale.

AOUT-2014-2735.JPGLe propos de l'Association de la Fête de la Sainte Fleur n'est pas de créer une discrimination entre les fleurs produites par un pays membre, d'un tiers pays ou d'une autre région, mais de rappeler avant tout que les fleurs sont un support de communication. Cette communication se comprend dans une culture qui va de la fleur au bouquet, à la composition florale, à l’Art Floral.

AOUT-2014-2700.JPGAOUT-2014-2701.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En hiver, les ventes de fleurs en Europe utilisent encore les images de marque de Nice et des Rivieras comme support de communication. Fêter Sainte Fleur c'est reconnaître la cohésion des savoir faires artisanaux qui permettent l’expression de l’Art Floral. La contribution des Fleuristes est devenue le fer de lance de cette reconquête de la mode florale. La culture des fleurs au début du XXe siècle couvrait alors jusqu'à 1000 hectares, ce qui plaçait Nice au premier rang mondial des villes productrices de fleurs.

AOUT-2014-2746.JPGEn 1897, le premier marché aux fleurs de gros au monde a été créé à Nice. Il reste aujourd'hui encore le premier marché aux fleurs de France. Tout commença d'abord  par de simples essais faits par des cultivateurs de Nice, Cannes et Antibes. Puis, dans les dernières années du XIXe siècle, la floriculture de la région devint vraiment très importante. La culture des fleurs pour l'exportation, c'est à dire l'envoi hors de la région, se trouvait et se trouve encore, sur toute la Riviera, dans les endroits où le climat le permet.

AOUT-2014-2744.JPGAOUT-2014-2753.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'exploitation de la fleur ne commençait qu'aux environs de Cannes Mandelieu, pour se poursuivre sur toute la côte jusqu'à Menton. C'est cette région qui fournissait, au début du XXe siècle, les deux tiers de la récolte totale française. La floriculture a toujours été très variée et chaque ville avait plus ou moins sa spécialité. Par exemple, on cultivait surtout la violette à Tourrettes sur Loup, le mimosa à Mandelieu et Pegomas, les roses à Cannes, Golfe Juan, Antibes, l'œillet à Nice, le jasmin  et la Tubéreuse à Grasse etc.

AOUT-2014-2781.JPGC'est sûrement le niçois Alphonse Karr, le célèbre poète et jardinier qui fit les premiers envois de fleurs coupées, sous forme de petits colis. C’est lui qui, vers 1859, mit dans son journal "Les Guêpes" des annonces indiquant le prix des jonquilles, oeillets, roses et violettes qu'il cultivait dans ses jardins. On dit aussi qu'il en envoyait à Paris, en petits bouquets attachés avec les poèmes qu'il écrivait. C'est en novembre 1871, quelques années après sa retraite, que l'on reprit son idée, en envoyant de plus en plus de colis de fleurs de Nice dans toute la France et l'Europe.

AOUT-2014-2754.JPGAOUT-2014-2765.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alphonse Karr développe la culture florale hors serre et l’expédition de ses produits à travers toute l’Europe : roses, œillets, héliotropes, résédas et anémones, mais aussi renoncules, cyclamens, violettes, iris et fleurs d’orangers.

AOUT-2014-2790.JPGLa Sainte Fleur  débute par un rassemblement* sur le parvis de l'église du Vœu, et par une messe en l'honneur de Sainte Fleur, mais aussi exceptionnellement cette fois çi pour Hervé Gourdel martyre de la barbarie des fous de Dieu. Puis à la sortie de l'église est organisé un défilé des "femmes fleurs" avec distributions de fleurs sous une pluie de pétale au soleil.

AOUT-2014-2767.JPGAOUT-2014-2786.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les filles fleurs, elles sont quatre au nombre des saisons. Alors que l'Hiver peine à se couvrir de fleurs, le printemps supporte une somptueuse cascade de couleurs qu'elle arbore sur une longue robe à traine. L'automne aux larges feuilles pudiques s'effarouche devant l'été provoquant à peine voilé de quelques pétales.

AOUT-2014-2798.JPGLes filles fleurs, à la suite de leur bénédiction, se lancent dans un cortège animé. Elles avancent parmi la foule en distribuant œillets ou roses à la joyeuse assistance. L'échange se crée, les sourires se multiplient. A Nice, accompagnées d'une cinquième fille fleur vêtue, d'œillet, de tournesols représentant la Riviera niçoise, elles empruntent la promenade du Paillon  avant de rejoindre le cours Saleya où siège une gigantesque rose des vents peinte au sol en référence aux quatre saisons.

AOUT-2014-2854.JPGAOUT-2014-2867.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En réalité, il y a autant de fêtes de la Sainte Fleur que de villes la célébrant. Seul un cadre est à respecter: il s'agit du cadre votif sans lequel la fête serait vidée de son sens, et gonflerait le rang des fêtes commerciales. Nice est le symbole de la femme fleur... Nissa la Bella !

AOUT-2014-2874.JPG

*Vous avez sans doute remarqué que les hommes en costume traditionnel niçois portent un bonnet rouge. Ce type de bonnet de laine rouge, appelé "barreto de pescadou" (ou barreto roujo), était utilisé par les pêcheurs du littoral, qui y glissaient un hippocampe séché, censé les protéger des maux de tête et des accidents de mer.

 

                      DIAPORAMA DE LA SAINTE FLEUR


  
Partager cet article
Repost0
Published by freerider06 - dans comté de Nice

Retour Blog Principal & Commentaire