Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 18:05

photos-septembre-2010-0437.JPG Ma route du baroque commence par Breil-sur-Roya ! Difficile de savoir par où commencer quand on arrive sur la place bordée d'arcades dont la couleur des enduits de façade se nomme poétiquement « gris huile de noix », face à cet ensemble urbanistique que composent l'église Santa Maria in Albis, les chapelles de la Miséricorde et Santa-Catarina. Derrière les façades étroites, pauvres et rigides jaillissent les couleurs, l'audace et l'exubérance.

photos-septembre-2010-0448.JPGphotos-septembre-2010-0458.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vingtaine d'églises et chapelles parsèment la commune.  C’est le village de ma mère, dont je vous avais raconté son histoire étant jeune, quand elle avait du traverser les lignes allemandes dans la nuit pour rejoindre Nice, et échappé à la déportation des habitants de la vallée. Passé le village de Breil, les gorges annoncent Saorge. Non, vous n'êtes pas au Tibet ! On peine à le croire, pourtant, quand on accède à cette ancienne place forte incrustée dans la montagne qui surplombe les gorges de la Roya.

photos-septembre-2010-0043-copie-1.JPGC'est là, dans l'ancien couvent des Franciscains fondé au XVIIe siècle et son église Notre-Dame des Miracles, qu'écrivains, traducteurs, scénaristes et compositeurs de musique se retirent pour se consacrer à l'écriture. D’ailleurs le jour de ma visite, j’ai rencontré un vieux prêtre new yorkais qui c’est retiré dans ce bout du monde et c’est grâce à lui, si j’ai pu faire quelques photos de la cour intérieure...

photos-septembre-2010-0049.JPGLe Couvent des Franciscains Observantins Réformés ou " Récollets " a été fondé en 1633. En 1639, la commune de Saorge mit à disposition des frères, la chapelle Saint-bernard. En 1648, pour leur permettre de construire le couvent, elle leur concéda un terrain attenant. En 1661, elle leur attribua une aide financière pour terminer l’église. La construction du couvent s’acheva dans les années qui suivirent. Les bâtiments furent restaurés entre 1760 et 1762 par le maître-maçon luganais calderari qui apporta un complément de décoration à l’église et au cloître.

photos-septembre-2010-0038.JPGphotos-septembre-2010-0083.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1794, les Franciscains furent chassés par les soldats français qui occupèrent le Couvent. Il fut ensuite affecté à l’Hospice communal puis rendu aux Franciscains en 1824. Ils y demeurèrent jusqu’en 1903, date de promulgation de la loi sur les congrégations. Puis le monument périclita et fut utilisé à des fins diverses : occupation par les soldats italiens et allemands durant le conflit de 1939-1945.Classé monument historique en 1917, l’État en fit l’acquisition en 1967 et entreprit des programmes de restauration.

photos-septembre-2010-0052.JPGL’un d’eux permit le retour des Franciscains de 1969 à 1988. Depuis leur départ définitif, et afin de faire revivre le couvent, le Ministère de la Culture a décidé d’y organiser une retraite d’écriture. De nombreuses manifestations culturelles y sont également organisées, notamment en partenariat avec l’Association « Les Fioretti ». Dans le centre du village, l’église Saint Sauveur, aujourd'hui joyau du baroque, est à  l'origine une église romane  revêtue des ors et des peintures très colorées du dix-huitième siècle. Cette église du XVème siècle fut, comme beaucoup d'autres dans le Comté de Nice, "baroquisée" au XVIIIème siècle.

photos-septembre-2010-0166.JPG  L'iglesa di Saorge

 

Sa façade elle-même porte encore des traces très visibles de colonnes peintes en trompe-l’œil suivant la façon de l'époque. Le maître-autel, construit par un artisan de San Remo a été consacré en 1732. C'est une merveille de marqueterie de marbre. Un carillon très original, dont les quatre cloches on été fondues au dix-neuvième siècle à Nice, équipe le clocher. Le maître-carillonneur de Saorge sonne régulièrement aux mains et aux pieds le "tirignoun de saoudge», j’ai eu la chance d’entendre ce concert de carillon à midi, juste avant de repartir du village.

photos-septembre-2010-0178.JPGL'église possède un orgue de facture italienne entièrement restauré, régulièrement joué lors de concerts et manifestations religieuses. Saorge est un point important de la « Route du Baroque et des orgues historiques de la Vallée de la Roya ». Les orgues de l'église paroissiale Saint-Claude-Martyr de Saorge sont une réalisation des frères Lingiardi en 1847. Enfin ! On ne peut pas, ne pas apercevoir le clocher de « La Madona Santa Maria del Poggio » d’une hauteur de 30 mètres.

photos-septembre-2010-0283.JPGphotos-septembre-2010-0284.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En l'an 1092, la  communauté d’hommes et des femmes de Saorge faisait don d'une chapelle Santa Maria sise au "Poggio" à l'Abbaye cistercienne des Iles de Lérins. Les moines de Lérins de Cannes demeurèrent environ sept siècles à Saorge. La Chapelle de la Madone del Poggio (Poggio vient du latin Podium qui a donné le français Puy, point dominant) est d'un pur art Roman ancien rehaussé de fresques (notamment une Sainte Lucie en relief à l'intérieur, et des fresques du quinzième siècle dues à Baleison à l'extérieur et dans l'abside centrale). Une poutre de Gloire porte un Christ de facture très primitive.

photos-septembre-2010-0022-copie-1.JPGphotos-septembre-2010-0173.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ma visite se poursuit dans la vallée, au village de la Brigue classé monumental lui aussi comme son voisin Saorge. Monumental veut dire que tout le village entier est classé monument historique. La moindre pierre, la moindre maison, les ponts, les portes, les voutes, les linteaux, tout est classé, c’est la distinction suprême pour un village.

photos-septembre-2010-0293.JPGLa Colégiala San-Martino est l'iglésa principale du village où se célèbrent les messes du dimanche. De construction romane, elle fut démolie à la fin du XIV siècle  et entièrement rebâtie en style roman lombard. Elle abrite à son intérieur de nombreux retables baroques, en particulier une Nativité de Louis Bréa, et un orgue monumental du XIXe siècle de fabrication italienne.

photos-septembre-2010-0299.JPGphotos-septembre-2010-0302.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une partie des fresques exceptionnelles de cette église est reproduite dans le musée des monuments français, au Trocadéro à Paris. Je suis impressionné et en admiration devant tant de magnificence … Mes parents ont habité une maison quand j’avais l'age de 3 mois, la brigue est aussi un village sentimental pour moi.

photos-septembre-2010-0305.JPGphotos-septembre-2010-0389.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma dernière étape sera pour le village de Tende, le dernier village de la route du baroque Nisso Ligure avant de franchir à nouveau le Piémont Italien. La frontière italienne limite le nord et l'est de la commune par une ligne de sommets élevés (plus de vingt sommets dépassant 2 000 mètres, culminant aux cimes de l'Agnel, 2 852 mètres, avec la brèche du col de Tende à 1 871 mètres).La neige m’apparaît toute proche pour la première fois depuis mon départ du matin.

photos-septembre-2010-0405.JPGLa Construction de la Collégiale Notre Dame de l'Assomption de Tende fut ordonnée par le Comte de Tende, Honoré Lascaris vers la fin du XVème siècle sur les vestiges d'une église romane .Le portail présente les douze apôtres et le christ au centre.  Le buffet d’origine est daté de 1673. Dix autels et retables, du XVIIème et parfois doré à l’or fin (redorés en 1866 par Joseph Parodi), sièges de compagnies et de confréries, sont dédiés à un ou plusieurs Saints: Sacré Cœur, St Eloi (patron des muletiers), Ste Agathe, Ste Brigitte, Ste Lucie…

photos-septembre-2010-0399.JPGphotos-septembre-2010-0404.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la chapelle de gauche abrite l’entrée des catacombes renfermant les tombeaux des nobles de Tende. Un ciel bleu profond étoilé décore l'ensemble de la voute centrale et date du XIXème. Avec cette église se termine mon itinéraire des églises baroques de la vallée et sans aucun doute sur celle qui est la plus théâtrale de toute …

DIAPORAMA DES EGLISES BAROQUE DE LA VALLEE

Partager cet article
Repost0
Published by freerider06 - dans comté de Nice

Retour Blog Principal & Commentaire