Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 10:43

photos-janvier2011-0286.JPG Cette tour donjon sera achevée en 1385 par l’abbé de Thornafort qui ajoutera une enceinte. Le donjon carré, haut de 22 mètres, avec ses étages voutés en berceau, est accessible grâce à une porte située au premier étage à la suite d’un escalier extérieur. Un escalier intérieur conduit à une terrasse entourée d’une balustrade offrant une vue remarquable sur la cité, la rade et les iles. L’ensemble contigu forme l’ancien château ; le bâtiment sud a été remanié, celui situé à l’ouest a été reconstruit, seules les bases des tours carrées datent du XIIIe siècle. Le bâtiment de l’ancien château du Suquet est un musée avec de belles collections ethnographiques et archéologiques : Le musée de la Castre.

photos-janvier2011-0092.JPGphotos-janvier2011-0107.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fonds du musée proviennent à l’origine de la donation du baron Lycklama à la ville en 1877. Cet amateur d’antiquités, d’art primitif, d’orientalisme … avait constitué une collection grâce à ses voyages. Vous pourrez aussi découvrir des collections d’art et d’objets d’Océanie, d’Himalaya, des Amériques, des antiquités méditerranéennes et précolombiennes, ainsi qu’un ensemble d’instruments de musique du monde entier.

photos-janvier2011-0166-copie-2.JPGphotos-janvier2011-0158-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tour d’angle du château dite « Tour du Masque » demeure privée du comte Michel de Lacour, est entourée d’une part de mystère rejoignant la légende. Selon Michel de Lacour, le frère jumeau de Louis XIV, caché sous le fameux masque de fer, se serait refugié dans la tour après s’être évadé de l’ile sainte marguerite, avant son transfert à la bastille. Mieux, il y serait mort ….à preuve les restes d’un crane, d’un squelette et d’une cagoule découverts voici une quinzaine d’années dans une oubliette. Le crane serait l’homologue scientifiquement prouvé de celui du Roi Soleil (quel nom peu approprié !) et le masque de velours celui peint par un artiste de la cour sur un tableau d’époque.

photos-janvier2011-0212.JPGphotos-janvier2011-0282.JPGphotos-janvier2011-0231.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A ces troublantes révélations s’ajoutent des apparitions (lumières clignotantes, tètes cagoulées) constatées par les habitant du quartier, associées à des bruits étranges (chuintements, râles, fracas de porte de cave qui s’ouvre sans raison) contribuant à faire de cette tour hantée un lieu de souffrance pour une âme oubliée.
La venue d’un prêtre exorciste n’a apparemment pas apaisé les phénomènes. Précisons que le propriétaire de la tour a respecté le repos du défunt en laissant les restes dans l’oubliette. La poursuite des travaux, après sondage des murs qui se poursuivent encore aujourd’hui, pourrait fort bien révéler d’autres mystères tout aussi troublants.

photos-janvier2011-0213.JPGLes tours de guet bâties au Xe siècle, pour faire face à la menace des razzias conduites par les pirates Sarrasins, sont plantées comme autant de pions stratégiques dans les Alpes Maritimes. Leur fonction défensive est triple : elles servent d’observatoire, permettent de signaler le danger par des feux allumées au sommet, mais aussi d’abri pour accueillir dans leurs murs les populations menacées. Intégrés dans les châteaux médiévaux construits par la suite, elles deviendront alors des donjons du XIIIe siècle. Placées à l’avant de la fortification comme un bouclier face à l’attaque, leur plan est conçu avec des pointes dirigées vers l’ennemie.

photos-janvier2011-0318.JPGphotos-janvier2011-0323.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

derriere les cactus Euphorbia, les neiges des montagnes Grassoises 

 

Ces fières constructions, défiant l’épreuve du temps et les menaces d’agressions oubliées, témoignent encore d’une époque carrefour de l’histoire des Alpes Maritimes.
A propos du masque de fer, une autre légende que j’ai déjà évoquée dans mon article sur les Iles de Lérins est tout aussi incroyable que celle de la tour du Suquet. En 1687, le fort de Sainte-Marguerite, prison d'État, reçoit le fameux Masque de fer. Son identité n'a jamais été établie. Mais la légende veut que celui-ci soit  un frère adultérin du roi Louis XIV.

photos-janvier2011-0326.JPGphotos-janvier2011-0328.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des dizaines d'identifications ont été proposées depuis le XVIIe siècle. Le Masque de fer était-il le frère jumeau de Louis XIV ? Le fils de Louis XIV et de Louise de La Vallière ? Un fils indésirable d'Anne d'Autriche et du Cardinal Mazarin ? Le traitement de faveur exceptionnel dont bénéficiait ce prisonnier hors du commun dans les geôles de la prison de fort Royal sur l’ile Sainte Marguerite a toujours favorisé l’hypothèse de l’individu de sang royal.

photos-janvier2011-0377-copie-1.JPG 

Le "Cannes" que j'aime ! celui de l'hiver...

 

Mais l’hypothèse la plus folle est sans doute la suivante : de la liaison du Masque de Fer et d’une Cannoise venue agrémenter sa solitude, serait né un fils. L’enfant aurait été envoyé en Corse et placé chez une dame de confiance ignorant tout de son identité. On lui aurait alors recommandé d’entourer le nouveau-né des meilleurs soins, l’assurant qu’il venait de « Buona-Parté » (de « bonne part »). Une recommandation qui inspira la nourrice, qui le baptisa Buonaparte. Voilà comment la légende venait d’attribuer un arrière-grand-père illustre au futur Napoléon !

photos-janvier2011-0399.JPGphotos-janvier2011-0443.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Se promener dans les vieilles ruelles du vieux Cannes en se second jour du mois de février est un pur bonheur, un pur moment de plaisir. Peu ou pas de touristes, la ville appartient à ses habitants. Même si la plupart des restaurants du suquet et de la rue Saint Antoine sont fermés, vous en admirerez les décors de leurs façades peintes par les artistes. C’est le cas du plus vieux restaurant de Cannes « Da Bouttau » fondé en 1860. Une institution, un resto/musée ou le livre d’or des convives est aussi impressionnant que celui du festival du film.

photos-janvier2011-0450.JPGphotos-janvier2011-0463.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivez-moi maintenant vers l’église Russe de Cannes en passant par la croisette loin d’être désertique pour ce deux février. Les cannois profitent déjà pleinement des rayons du soleil qui permettent de se mettre en T-shirt.
L'église russe fut construite pour l'épouse du tsar Alexandre III, Maria Alexandrovna. Cette belle église orthodoxe russe vous séduira par ses bulbes bleus et ses mosaïques sur les toits.

photos-janvier2011-0354.JPGBâtie par Louis Nouveau un architecte Cannois en 1894, elle témoigne de l’importante présence de l’aristocratie russe sur la côte d’Azur et particulièrement à Cannes au XIXème siècle. L’église fut fondée par le Grand Duc Michel. Elle n’est bien sur pas aussi importante que celle de Nice, mais vous en apprécierez les magnifiques décorations intérieures, et si vous avez la chance de tomber sur un office, la chorale est extraordinaire... Pour un peu que vous voulez sortir des sentiers battus et loin des clichés de la petite cité azuréenne, Cannes est un village tout à fait remarquable de par un passé culturel architectural et historique important …


DIAPORAMA SUR LE SUQUET SUIVI DU MUSEE D'ANTROPOLOGIE

 

 

                           MUSEE DE L'ANTROPOLOGIE

Partager cet article

Repost 0
Published by freerider06 - dans ALPES MARITIMES

Retour Blog Principal & Commentaire