Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 07:37

 photos-2010a-0256.JPG

4 jours de fetes pour le jumelage de Nice et de Papeete, mais aussi une grande nuit festive sur la promenade des Anglais appelé plus intimement par les Niçois « la prom ». Soirée fastueuse sur le bord de mer qui a tout d’abord commencé par la course des porteurs de fruits Tahitiens organisée dans le cadre de la semaine tahitienne qui scelle en terre nissarte le récent jumelage entre Nissa et Papeete. Une course aussi spectaculaire que rigolote. Mais attention ! Les candidats prenaient cela aux sérieux.

photos-2010a-0070.JPGphotos-2010a-0074.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 On faisait tout d’abord chauffé les muscles et le camphre parfumait les jardins Albert 1er. Les coureurs se préparaient et s’entrainaient avant la course qui allait opposer Tahitiens et Niçois.Une traditions polynesienne, à la fois sportive. Il faut porter 30 kilos sur environ un kilometre. A ce petit jeu la, les polynésiens sont les plus fort et notre meilleur Niçois finira troisième ,ce qui est vraiment honorable pour quelqu’un qui découvre ce sport. Puis ce fut les démonstrations de danses par de jolies vahinés qui ont déambulé toute la soirée le long de la prom’ alternant chaussée nord et chaussée sud.

photos-2010a-0061-copie-1.JPGphotos-2010a-0066-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant ce temps la, les orchestres installés sur les chars continuaient à déverser leurs flots de musiques les plus diverses sur six scènes mobiles qui changeaient de places toutes les heures entre le Negresco et le palais de la Méditerranée. Un hôtel comme le Royal avait même décidé d’offrir une soirée cabaret sur sa terrasse avec un Rae Rae de Tina Turner. L’asphalte de la prom’s devenait une énorme et longue piste de danse ou plus de 500000 milles personnes ce sont amusés sans discontinuer. Nice is Magic ! Nice is the best of the best.

photos-2010a-0142-copie-3.JPGphotos-2010a-0153.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand aux stands du village Tahitien du théâtre de verdure, ils ont attiré la foule jusqu’a minuit. Au moment où je rédige mon article, il y aura ce soir la soirée « Unighed » de David et Cathy Guetta et je n’ose imaginer l’ambiance délirante qui s’en suivra. Mais revenons à cette journée et cette soirée qui s’est traduit par de nombreuses animations entre les démonstrations de « comment mettre un paréo » ou bien « comment décortiquer une noix de coco » pour ensuite fabriquer le monoï.

_0113.JPGphotos-2010a-0033.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Monoï ! Une institution polynésienne. Les noix de coco mûres sont ramassées, fendues dans les 48 heures pour en recueillir l’amande qui est mise à sécher au soleil pendant une semaine. Placées dans des sacs de jute les amandes, sous le nom de coprah, sont expédiées à l’huilerie de Tahiti. Broyé en farine, chauffé à 125°, le coprah est alors pressé et donne une huile de première pression. L’huile est raffinée, stockée dans des cuves. Après une dernière filtration on obtient le monoï qui peut être parfumé avec d’autres extraits d’espèces végétales récoltées localement (vanille, frangipanier, ylang-ylang, santal...).
Bien sur tout au long de la journée les groupes de musiciens et de percussionnistes polynésiens animaient plusieurs secteurs de la ville. Sans oublié les Vahinés qui sont le point de mire des spectateurs.

photos-2010a-0231.JPGPlace maintenant à une autre course mythique, celle en pirogue tahitienne ou « va’ a » entre la plage du centenaire et le port de villefranche sur mer.
Autant vous dire tout de suite  que les participants à cette course ne sont pas des gringalets ! Plutôt le genre armoires à glaces. Car pour propulser en mer une pirogue de 13,50 m de long et 130 kilos minimum à la vitesse moyenne de 14 km/h, il en faut des bras …

photos-2010a-0018-copie-2.JPGTout ca pour vous dire que la « Tahitienne va’a Nice » qui vous est proposée dans le cadre de la semaine tahitienne, ce n’est pas du folklore. La course est d’ailleurs inscrite au calendrier international de « va’a » et aligne quatre champions du monde sur les 138 rameurs qui prennent le départ !
Autant vous dire que l’équipage Niçois à fort à faire….

photos-2010a-0043-copie-1.JPGphotos-2010a-0051-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les corps tendus, muscles bandés, le bruit des pagaies dans l’eau, le soleil de plomb implacable, l’effort. Les pirogues tahitiennes fendent la mer, vingt trois équipages qui filent dans la baie des Anges. Ils sont venus du bout du monde pour participer à cette épreuve, d’Italie notamment, de Sardaigne notre ancien pays, d’Allemagne, mais aussi beaucoup d’équipages Français, de perpignan, de Toulon, de Nice bien sur !

photos-2010a-0079.JPGIls ont pris la mer après avoir dit une prière en Tahitien. Des Anonymes, mais aussi beaucoup de champions, des médaillers olympiques, des champions du monde dans leur discipline. Tous avaient à cœur de battre les insurmontables polynésiens dans cette course marathon d’une incroyable puissance.

photos-2010a-0053.JPGphotos-2010a-0077-copie-3.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais la victoire  fut sans surprise et les Tahitiens ne donnèrent aucune chance aux autres équipages. On a même pu se rendre compte que la grande bleue était leur jardin marin tellement leur puissance a été fulgurante.  Comme quoi la technique est Reine et il ne suffit pas de bâtir une équipe Niçoise constitué de champions pour gagner un titre. L’équipe Niçoise était constitué de Johanna Daumas , championne du monde de Triathlon, Marc Raquil , champion du monde d’Athlétisme, Christophe Saioni champion de ski, Guillaume Nery recordman du monde d’Apnée et Mickael Meloul champion du monde de Taekwondo. Autant vous dire que l’équipage tahitien a été « énorme ».

photos-2010a-0223.JPGLes Niçois ont donné rendez vous l’année prochaine car les liens avec les tahitiens ont été eux aussi énorme. On est heureux de faire des choses avec Papeete, heureux que le rapprochement entre nos deux villes et nos deux pays ne soit pas seulement un rapprochement sur papier mais un vrai échange.
D’ailleurs je peux vous dire que ce rapprochement ne c’est pas fait que sur papier avec votre serviteur, mais j’ai pu apprécier plusieurs spécialités locale comme ce vin de Tahiti et plus particulièrement ce vin blanc de corail.

photos-2010a-0180.JPGphotos-2010a-0267.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est un vignoble d’exception unique au monde, situé sur un atoll corallien, la vigne pousse au milieu d’une cocoteraie en bord de lagon tropical de Rangiroa. La vendange prend le bateau avant de rejoindre le chai. Les récoltes sont aux nombres de deux par an. Je l’ai gouté, c’est incomparable à ce qui existe par ailleurs, indescriptible. Le Blanc de corail est brillant comme la pleine lune sur le  Pacifique, le nez de ce vin blanc élégant et fin s’ouvre sur des notes exotiques et minérales de mangue, d’ananas, et de banane confite.

photos-2010a-0064.JPGDe subtils arômes de lychee et de papaye complètent ce tableau en deuxième nez. Expressif et complexe, l’attaque est franche en bouche. Le rosé est tout aussi complexe et fin. Vin unique au monde qui présente lui aussi un trait d’union des similitudes avec le vin Niçois, le bellet et son cépage unique en France : la Fuëlla nera totalement inconnu des vignerons des autres régions viticoles françaises.

photos-2010a-0094.JPGphotos-2010a-0266.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre spécialité que l’on pouvait rencontrer sur la plage du centenaire par exemple, ce sont les massages tahitiens pratiqués par Titaina et  Fateata, modelages du corps à l’huile de monoï garanti anti stress. Des artisanes ? Oui ! De vrais doigts de fées…

photos-2010a-0242.JPGLe dimanche s’est terminé avec un « Tamure Marathon » ou toute la communauté Tahitienne de France avait fait le déplacement pour ce spectacle impressionnant. On voyait des Tahitiens de partout dans le centre ville de Nice. Tous les intrépides danseurs se sont essayés à cette compétition enjouée. Le principe est très simple : toutes les volontaires peuvent se présenter. Hommes ou femmes s’inscrivent, se voient attribuer un numéro, enfilent un paréo et doivent tenir quatre heures. L’ambiance étant extrêmement chaleureuse. Vivement l’année prochaine que cela recommence, nos amis polynésiens, nous ont fait passer une semaine remarquable.

photos-2010a-0068-copie-1.JPGphotos-2010a-0206.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Car entre les deux pays, il y a une évidente communauté de vie et de destin : une culture, une langue, une économie organisée autour du tourisme, le soleil ! C’est comme si la fleur de tiaré se mariait avec le jasmin.  Mais les deux fleurs ne sont elles pas de la même famille que le gardénia. Alors quoi de plus logique se rapprochement entre ces deux destination de rêve…

              DIAPORAMA DE LA JOURNEE TAHITIENNE


Partager cet article

Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice

Retour Blog Principal & Commentaire