Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 17:21
LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Village abandonné et mine d'Amen

L’or a toujours fasciné les hommes et les traces de sa recherche sont encore visibles ça et là dans le sol des Alpes-Maritimes. Mais un lieu particulier a toujours attiré et retenu les prospecteurs, il s’agit du vallon de Leouvé. Entaille tranchée dans le schiste rouge du permien, sur la zone de contact des couches du sol primaire et secondaire, cette zone offre toutes les garanties géologiques de succès.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Il ne faut pas glisser, autrement la chute, c'est 30m plus bas..chaussure randonnée cramponnable obligatoire

Si vous parcourez ce vallon, vous apercevrez parfois au détour d’une piste, dans une falaise abrupte, une cavité béante, obscure, que l’on pourrait prendre pour une grotte naturelle. Mais l’œil averti distingue la marque de l’homme dans le paysage : cabanes en ruines, grands éboulis de déblais qui dévalent la pente et dont la couleur plus vive ne s’est pas encore confondue avec celle de l’environnement.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)
LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

De bonnes chaussures de randonnée sont obligatoires et baton de marche 

Des hommes ont donc creusé là, dans des souterrains qui nous inspirent aujourd’hui méfiance et répulsion, mais vers quels objectifs ? La tradition dit qu’il y avait une mine d’or à Amen, village voisin de Léouvé, les habitants auraient abandonné leur village pour acquérir de superbes exploitations agricoles dans le Comté de Nice et la plaine du Var (le fleuve) sur les conseils du seigneur local. Et pour cause ? il connaissait l'existence des trésors géologiques du sous sols, occupé par les paysans du village, il fallait donc les appater par quelque chose d'autre.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

La conquete de l'ouest

Les géologues prudents n’indiquent que la possibilité de découvrir du cuivre. Les plus audacieux admettent pourtant qu’on ait pu y exploiter un filon de pyrite aurifère. D’autre part, des galeries ont été forées dans la falaise surplombant vertigineusement les gorges sur la rive gauche du Var (le fleuve Alpes Maritimes), et le seul attrait du cuivre, même à l’état natif, n’explique pas ces tentatives désespérées.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)
LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Regardez bien la verticalité du sentier...C'est pour du randonneur aguerri. Bravo Yvette !

Seule l’attirance aveugle, déclenchée par la soif de l’or, permet de concevoir qu’un homme puisse se suspendre par un filin à 80 métres au-dessus du vide, pour creuser au pic un boyau dans la roche. Mais rares sont les documents d’archives ou les bilans d’exploitation susceptibles de renseigner le chercheur, seule information évidente : le témoignage de quelques anciens.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Sur la piste des geants

Historiquement, il semble que tout ait débuté au XVIIIe siècle lorsqu’un paysan du village découvre un échantillon de minerai métallique à l’éclat jaune vif, qu’il descend porter au marquis de Villeneuve, seigneur de Daluis. Ce noble personnage s’intéresse à la recherche minière, avec l’ambition d’exploiter les multiples filons cuivreux répartis le long des gorges.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)
LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Attention aux chutes de pierre (sur la 1er photo, amusez vous a lancer une pierre et vous comprendrez la verticalité du sentier)

Prudent, le marquis expédia le minerai découvert à Aix, pour y être identifié par un savant de l’époque. Confirmation sera donnée qu’il s’agit bien d’une pyrite à forte teneur en or. Le marquis de Villeneuve seigneur du lieu, obtint de Louis XV une concession à cet effet ».

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Des tétons en formation que j'ai baptisé des  Cicciolina

Cette information etant confirmée et on y voit quelques temps plus tard une excavation assez profonde au fond de laquelle des paysans intrépides se glissent quelquefois malgré le danger et en détachent des morceaux d’une pierre cuivreuse portant or.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Un minéralogiste plus hardi encore dit qu’il s’était fait attacher avec des cordes pour descendre le long de la montagne, à l’embouchure de l’excavation pratiquée dans son sein, et qu’il avait retiré des échantillons d’un minerai semblable au précédent. Mais, la pente vertigineuse de cette montagne est si périlleuse et la pierre de la roche si dure qu’on a déclaré cette mine inexploitable ... 

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Le paradis des géologues..

La présence de l’or est donc bien attestée, mais l’exploitation minière, rendue difficile par les moyens de l’époque, sera différée d’un siècle en attendant l’usage pratique des percements par explosifs. Au traité de Turin de 1760, la frontière est rectifiée et le territoire de Daluis détaché du Royaume de France, au profit de celui de Savoie-Piémont-Sardaigne (rendu) sans ralentir l’exploitation entreprise par le marquis de Villeneuve.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Un autre témoignage historique intéressant soutient la thèse des folles entreprises tentées par quelque solitaire pour arracher le précieux métal à la montagne. L’ingénieur L. Francfort, directeur des mines du Var (toujours le fleuve Alpes Maritimes, le département du Var aurait du être supprimé et renommé), rapporte le 30 Novembre 1863, avoir découvert dans la même zone :

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Sur la piste des Commanches

« une vieille galerie pleine d’os humains dont nous n’avons sur l’origine, la cause ou la provenance pas la moindre tradition dans le pays, mais qui évidemment présente les caractères d’une bien grande ancienneté ».

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Ruine de la Basse Mihubi et bergerie en été

Il apparaît que le « trésor d’Amen » ne soit pas un mythe, et que, comme chaque fois, derrière la légende se cache une explication historique et scientifique souvent simple. Ce petit hameau situé sur l’ancienne voie muletière, qui reliait Puget-Théniers (Ancienne prefecture des Alpes Maritimes) à Guillaumes (06) et Barcelonnette  (04) depuis l’Antiquité, fut placé par Napoléon III (après le rattachement frauduleux de 1860) sur la route départementale 16, qui ne sera jamais ouverte au-delà de Léouvé ! 

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Les raisons obscures qui décidèrent de l’abandon de ce tracé historique ne s’expliquent pas par les seuls impératifs de la voie ferrée Nice - Puget-Théniers. L’ouverture scabreuse de la route dans l’entaille fantastique des gorges de Daluis, confirme amplement qu’on a préféré la difficulté au choix plus sage d’un passage par le col de Roua et le hameau d’Amen.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Les coussins hémisphériques de l'Euphorbe Epineuse

L’explication de cette hérésie au bon sens est encore connue des anciens. Au moment d’établir les plans de la nouvelle route, un notable en renom usa de son influence pour éviter à tout prix l’ouverture de terrassements dans la traversée du site d’Amen, maintenant ainsi le hameau et ses campagnes à l’écart du passage.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Cette chasse gardée n’aurait eu d’autre intérêt que la richesse du sous-sol. Des fouilles discrètes menées à l’aide de moyens modernes confirmèrent les espoirs de l’intéressé. Il ne reste plus aujourd’hui que les miettes du festin, un village déserté par ses habitants, et une merveilleuse histoire qui hante encore la mémoire.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)
LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

El Dorado la prisonniere du desert

Si, attiré par la beauté sauvage du site dantesque que constituent les gorges rouges de Daluis, vous parcourez la route qui les traverse, arrêtez-vous au « Point Sublime ». En face, sur la rive gauche, vous remarquerez la clue étroite d’Amen et dans la falaise dominant les eaux tumultueuses du Var de quelques 250m, un groupe de cavités sombres taillées au-dessus du vide. Elles témoignent mieux que tout de la passion qui peut animer l’homme stimulé par le désir de conquête de l’ardent métal.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

Lieu de vertige surplombant les ravins de "terres rouges » , ce hameau des Alpes Maritimes nous fera revivre le parcours des anciens mineurs et des orpailleurs à la recherche du trésor perdu.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

De l'histoire de ces bâtisseurs téméraires, il ne reste qu'une légende dont les mots sont de pierres, dressées nostalgiquement vers l’azur. Après en avoir terminé avec notre randonnée, on ne pourra qu'être interpellé par l'existence autarcique que menèrent des générations de mineurs-paysans.

LES MINES D’OR DE LEOUVE & AMEN (2)

La faille du diable. Quelqu'un veut il aller voir ?

 

                               DIAPORAMA DE LA BALADE

Partager cet article

Repost 0
Published by freerider06 - dans comté de Nice

Retour Blog Principal & Commentaire